Benoît Lutgen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Benoît Lutgen
Illustration.
Benoît Lutgen (2007).
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 24 jours)
Élection 26 mai 2019
Législature 9e
Groupe politique PPE
Bourgmestre de Bastogne
En fonction depuis le
(9 ans, 5 mois et 23 jours)
Élection 14 octobre 2012
Réélection 14 octobre 2018
Coalition LDB-cdH
Prédécesseur Philippe Collard
Président du Centre démocrate humaniste

(7 ans, 4 mois et 15 jours)
Prédécesseur Joëlle Milquet
Successeur Maxime Prévot
Ministre wallon des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine

(2 ans et 5 mois)
Ministre-président Rudy Demotte
Gouvernement Demotte II
Prédécesseur Lui-même (Agriculture, Ruralité)
Jean-Claude Marcourt (Patrimoine)
André Antoine (Développement territorial)
Successeur Carlo Di Antonio
Ministre wallon de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme

(4 ans, 11 mois et 26 jours)
Ministre-président Jean-Claude Van Cauwenberghe
Elio Di Rupo
Rudy Demotte
Gouvernement Van Cauwenberghe II
Di Rupo II
Demotte I
Prédécesseur José Happart (Agriculture et Ruralité)
Michel Foret (Environnement)
Successeur Lui-même (Agriculture, Ruralité)
Philippe Henry (Environnement)
Paul Furlan (Tourisme)
Biographie
Nom de naissance Benoît M.A.J. Lutgen
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Bastogne (Province de Luxembourg, Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Les Engagés

Benoît M.A.J. Lutgen, né à Bastogne le , est un homme politique belge francophone, membre du parti social-chrétien dont il est le président de 2011 à 2019. Il a été Ministre wallon des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine.

Il est un des fils de l'ancien ministre Guy Lutgen et le frère de Jean-Pierre Lutgen, Président Directeur-général de l'ICE Group.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Après un court séjour au Royaume-Uni, Benoît Lutgen devient responsable des suivis et des planifications de productions au sein de l'entreprise Unilever à Marche-en-Famenne.

En 1997, il se lance dans le domaine de la communication comme indépendant. Coordinateur de la campagne électorale du Parti social-chrétien (PSC) dans la province de Luxembourg dans les années 1998-1999, il devient Secrétaire général du PSC en 2001. Il participe à la transformation du PSC (qui devient le cdH, le ).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

En 2003, il se présente, pour la première fois, aux élections fédérales. Directeur national de la campagne du cdH et candidat au Sénat (5e suppléant), il obtient 22 484 voix de préférence. Il devient alors administrateur-délégué du Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation, asbl d'éducation permanente liée au cdH.

L'année suivante, à nouveau directeur national de la campagne cdH, Benoît Lutgen se présente, cette fois, aux élections régionales et européennes. Il obtient respectivement 10 018 et 31 942 voix de préférence et devient, à 34 ans, Ministre wallon de l'Agriculture, de la Ruralité, de l'Environnement et du Tourisme (le ).

Lors des élections fédérales en juin 2007, il se présente à la Chambre dans la circonscription de la province de Luxembourg. Il obtient 24 331 voix de préférence mais demeure Ministre au gouvernement wallon.

À la suite des élections régionales de juin 2009, il reste Ministre wallon avec pour compétences les Équipements, l'Agriculture, la Ruralité, le Patrimoine et la Conservation de la nature.

Le , il est élu, conjointement avec Joëlle Milquet, à la présidence du cdH avec 87 % des voix[1].

Le , il succède à Joëlle Milquet et devient président du cdH[2]. Quelques semaines après, il se déclare aussi officiellement candidat au poste de bourgmestre de Bastogne en vue des élections communales d'octobre 2012.

À la suite de son accession à la présidence de son parti, Benoît Lutgen quitte son poste de ministre, le 15 décembre 2011, et est remplacé par Carlo Di Antonio au sein du gouvernement wallon. À la suite des élections communales de 2012, il devient bourgmestre de Bastogne. Le 19 juin 2017, Benoît Lutgen, président du centre démocrate humaniste (cdH), retire sa confiance accordée aux gouvernements Bruxellois, Wallon et celui de la Communauté française à la suite de différents scandales au sein du Parti socialiste (Affaire du Samusocial)[3].

Lors des élections communales de 2018 à Bastogne, son duel avec son frère Jean-Pierre, qui se présente sur une liste concurrente, défraye la chronique[4]. Benoît Lutgen est cependant réélu haut la main au poste de bourgmestre[5].

Benoît Lutgen annonce quitter la présidence du cdH le 15 janvier 2019, il soutient la candidature du bourgmestre de Namur, Maxime Prévôt, à ce poste.

Thèmes de campagne[modifier | modifier le code]

Les villes nouvelles[modifier | modifier le code]

Pour faire face à la croissance démographique[6],[7] en Wallonie[8], Benoît Lutgen se prononce en faveur de la création de villes nouvelles, à l'instar de ce qui s'est fait pour Louvain-la-Neuve[9].

Mandats[modifier | modifier le code]

  • 2004 - 2009: ministre wallon de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme
  • 2009 - 2011: ministre wallon des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine
  • 2011 - 2019: président du Centre démocrate humaniste
  • 2013 - : bourgmestre de Bastogne
  • 2019 - : député européen

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Milquet-Lutgen élus avec 87,07 % sur Lalibre.be
  2. Premier discours présidentiel pour Benoît Lutgen sur Lalibre.be
  3. « Le coup de poker du CDH isole le PS et ouvre le jeu francophone », sur Site-LeVif-FR, (consulté le )
  4. « bataille fratricide dans les Ardennes belges », sur lemonde.fr (consulté le )
  5. « A Bastogne Benoît Lutgen conserverait sa majorité absolue », sur rtbf.be (consulté le )
  6. Le solde migratoire en Belgique était de 111 361 personnes entre le 1er janvier 2010 et le 1er janvier 2011
  7. Solde migratoire de 111.361 personnes sur un an entre le 1er janvier 2010 et le 1er janvier 2011
  8. L'INS estime cette augmentation à 400 000 habitants environ pour les 10 à 15 prochaines années.
  9. « Interview de Benoît Lutgen dans le Soir, 10 juin 2013 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]