Benoît Gonod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benoît Gonod
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Benoît Gonod, né dans l’Ain à Artemare près de Culoz le et mort le , est un professeur et bibliothécaire français. Il est l'inventeur de la première sténotype.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1792 à Artemare, Benoît Gonod est d'abord professeur à Belley. À partir de 1815, il enseigne de nombreuses disciplines dont la rhétorique au collège de Clermont-Ferrand, ville qu'il ne quittera plus. Déjà remarqué pour plusieurs publications sur les langues grecques et latines, il est nommé en 1827 bibliothécaire de la ville, poste qu'il assumera jusqu'à sa mort[1].

Gonod prend en main le classement des collections provenant des confiscations révolutionnaires et parvient à les réorganiser.

Ses réflexions sur le classement et l'organisation de la bibliothèque attirent l'attention d'Ampère qui vient travailler avec lui à Clermont sur un projet de classification des connaissances. Gonod participe à toutes les publications auvergnates, publie de nombreuses études sur la région, édite des textes comme Les Mémoires sur les Grands Jours d'Auvergne tenus à Clermont en 1665 de Esprit Fléchier ou les Lettres de Armand-Jean Le Bouthillier de Rancé, abbé et réformateur de la Trappe de Rancé.

Par des acquisitions, effectuées très souvent de ses propres deniers, il contribue à l'enrichissement des collections de la bibliothèque dont il publie le catalogue en 1839. C'est à Gonod que revient également l'orientation régionale des fonds.

Il est élu le à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie, avec pour titre académique Correspondant[2].


Gonod meurt subitement en 1849 et ne voit pas la publication du second volume de son catalogue consacré à l'Auvergne. La publication de l'ouvrage est assurée par l'Académie de Clermont dont il était vice-président et l'un des fondateurs. Gonod était aussi collectionneur et bibliophile et avait réuni une bibliothèque personnelle qui viendra abonder les collections municipales par un don de sa veuve en 1850.

La ville donnera son nom à une rue qui borde la place de Jaude et le polygraphe Ambroise Tardieu le retiendra dans son Grand Dictionnaire biographique du Puy-de-Dôme.

Épitaphe[modifier | modifier le code]

Benoît Gonod a fait construire pour lui et sa femme un tombeau à Thèdes, un hameau de la commune de Saint-Genès-Champanelle où il avait une villégiature. Il a écrit lui-même le texte à placer sur sa stèle avant son décès.

 Eco Sum Resurrectio et Vita
 Ici Reposent

 Benoît Gonod
 Professeur en Rhétorique
 au Lycée de Clermont
 vice-président de l'Académie
 des Sciences, Arts, et Belles Lettres
 Chevalier de la Légion d'Honneur
 décédé le 14 février 1849
 Âgé de 56 ans
 Profondément instruit,
 plus modeste encore,
 au cœur aimant et généreux,
 Noble victime du devoir,
 La joie et l'orgueil
 de sa compagne chérie.

       ********

 Il passa en faisant le bien.

       ********

 Prions pour lui.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ambroise Tardieu, Grand Dictionnaire biographique du Puy-de-Dôme, 1878, p. 114
  • Dictionnaire de biographie française, 1933, XVI, p. 583
  • Trésors & Merveilles de la Bibliothèque Municipale et Interuniversitaire de Clermont-Ferrand, catalogue d'exposition, 15 oct. 1998-1er janv.1999, p. 38-39