Benjamin Spark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benjamin Spark
Benjamin Spark - 01.jpg

Benjamin Spark en 2017.

Naissance
Nationalité

Benjamin Spark est un artiste peintre franco-belge né à Boulogne-Billancourt (France) en 1969. Son langage visuel s'inspire librement de l'histoire de l'art et de la culture populaire, redéployant des styles et des genres canonisés tout en empruntant des images au mainstream culturel, ainsi qu'à certaines subcultures des années 1990.

Il vit et travaille à Bruxelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant d'être artiste, Benjamin Spark a d’abord fondé et travaillé dans une entreprise Internet à Paris avant d'abandonner cette voie professionnelle à l’âge de 30 ans pour se consacrer à la peinture[1].

Il a suivi des cours du soir à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans le domaine du dessin. Il quitte par la suite définitivement Paris pour s'installer à Bruxelles en 2006 et se trouver un atelier pour pratiquer son art. Sa carrière prend un nouvel essor dès son arrivée en Belgique[2].

Son œuvre s’inspire à la fois du street art et du pop art[3]. Un art parfois qualifié de street pop[4]. Sa source d’inspiration est principalement puisée dans la peinture de la figuration libre, la figuration narrative et le pop art[5]. Selon l'artiste, c’est bien la figuration narrative de Erró qui l’a le plus fortement marqué et encouragé dans cette voie[6]. Il cite aussi comme artistes influents Michel Macréau, Michel Majérus ou Sigmar Polke[6].

Il mélange dans ses œuvres des personnages de bande dessinée provenant de tous les horizons avec des images inspirées par le graffiti, les logos, les jeux vidéo, la publicité, le manga ou par l’histoire de l’art[7]. Les images sont découpées, modifiées et juxtaposées pour obtenir une composition narrative qui exprime les sentiments de l’artiste[8]. Les images sont sorties de leur contexte et plaquées sur des arrière-plans colorés et contrastés.

Il utilise une technique mixte avec un recours au pastel sec afin de tracer des lignes sur la toile et écrire quelques mots, un peu à la façon de l’artiste britannique David Spiller,[9] ou de Jean-Michel Basquiat. Benjamin Spark précise dans son interview par le critique littéraire Edmond Morrel qu’il s’inspire aussi de sources plus diverses dans la culture populaire comme le cinéma ou la publicité[10].

En 2017 il devient ambassadeur de la marque Piaget et engage un partenariat artistique avec la fameuse marque suisse de montres et de bijoux[11][12].

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, Benjamin Spark est exposé dans plusieurs galeries en France et à l’étranger. Sa première exposition personnelle a eu lieu en 2009 à la Galerie Berthéas à Vichy (France). Cette galerie deviendra par la suite sa galerie exclusive pendant plusieurs années[13]. En 2010 il expose à Monaco à la galerie l’entrepôt lors d'une exposition personnelle intitulée "Bad Joke". C'est lors de son exposition "Spark au carré" à la Galerie Berthéas de Saint-Étienne en 2012 que l'artiste Ben (Benjamin Vautier) préface son catalogue d'exposition. La même année il est exposé lors d'une collective à la Galerie Pop International à New York (États-Unis). L'année suivante, en 2013, il participe à une importante exposition collective intitulée "Graffiti Group Show" à la Galerie Berthéas à laquelle participent les artistes Speedy Graphito, JonOne, M. Chat, Miss.Tic, Quick et Crash (aka John Matos).

En 2014, Benjamin Spark expose pour la première fois au Maroc à la Galerie BCK pour un solo show à Marrakech. Il expose aussi la même année à la Galerie Mazel à Bruxelles lors d'une exposition personnelle intitulée "It takes a lifetime to unlearn everything". Une galerie qui présente aussi le travail de Vincent Corpet, Quentin Garel et Stéphane Penchréac'h. L'année suivante il est exposé à la fois à Paris, à Bruxelles (Galerie Marie Demange) et à Düsseldorf lors d'une exposition collective à la Galerie Zimmerman & Heitmann. En 2016 il expose en solo en Grèce à la Galerie Kapopoulos à Athènes lors d'une exposition appelée "The Possibility of an Island"[14] ainsi qu'à Hambourg à la Galerie Metropolitan.

En 2017, il expose à la Galerie The Art Project à Bruxelles et au Centre d'art de la Maison Triolet-Aragon (Moulin de Villeneuve) en France qui a déjà exposé des artistes comme Bernard Rancillac, Benjamin Vautier(BEN), Erró, Ernest Pignon-Ernest et Jacques Villeglé[15].

Foires d'art contemporain[modifier | modifier le code]

  • ArtéNimes à Nîmes en 2010
  • Art Up ! (anciennement Lille Art Fair) en 2011, 2014, 2015, 2016
  • START de Strasbourg en 2012

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Presse et médias[modifier | modifier le code]

Il est présent dans le livre "129 artistes belges" de la photographe Patricia Mathieu, paru en 2016 chez Itinérances Éditions (ISBN 9789057791543) dans lequel apparaissent aussi Jan Fabre, Michel François, Bram Bogart, Wim Delvoye, Arne Quinze ou Luc Tuymans[16]

Il apparaît dans le Livre de Philippe Bonan Gueules d’artistes chez Critères Éditions (ISBN 2917829265) dans lequel apparaissent aussi Keith Haring, Robert Combas et Roy Lichtenstein.

Il intervient dans l’émission de télévision La Grande Expo consacrée à l’art et la bande dessinée[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Spark, Benjamin Spark, Éditions Louise à Bruxelles, , page 30 p. (ISBN 978-2960184709)
  2. « France-Belgique : avantage Bruxelles ? - Le Journal des arts - n° 366 - 30 mars 2012 », sur www.lejournaldesarts.fr (consulté le 8 mars 2017)
  3. « À la rencontre de Benjamin Spark, le roi de la street pop - Gael.be », Gael.be,‎ (lire en ligne)
  4. « Benjamin Spark En 6 dates (La Libre Belgique) », sur La Libre Belgique,
  5. « Sortir du carcan », sur momento.blogs.lalibre.be (consulté le 16 janvier 2017)
  6. a et b Benjamin Spark, Benjamin Spark, Éditions Louise à Bruxelles, , page 11 p. (ISBN 978-2960184709)
  7. http://www.galeriedys.com/images/presse/COLLECT-AAA-FR-NOV15.pdf
  8. « Benjamin Spark », sur Télérama Sortir (consulté le 28 janvier 2017)
  9. « Benjamin Spark : «Une fois que tout est propre… je salis tout» », http://www.leprogres.fr/,‎ le 24/11/2013 à 00:44 (lire en ligne)
  10. « Benjamin Spark : l'artiste inspiré du chaos des cultures », sur www.espace-livres.be (consulté le 16 janvier 2017)
  11. « Piaget x Benjamin Spark: la street pop à la rencontre du luxe - ELLE.be », ELLE.be,‎ (lire en ligne)
  12. « Benjamin Spark, nouvel ambassadeur Piaget - Gentleman.be », Gentleman.be,‎ (lire en ligne)
  13. « Benjamin Spark fait pop », DH,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « The possibility of an island: Έκθεση του Benjamin Spark στην Kapopoulos Fine Arts - Μύκονος », http://www.culturenow.gr,‎ (lire en ligne)
  15. « Benjamin Spark | Connaissance des arts », Connaissance des arts,‎ (lire en ligne)
  16. « Title Summary », sur www.exhibitionsinternational.org (consulté le 29 mai 2017)
  17. lefigaro.fr, Programme TV - La Grande Expo - Art et Bande dessinée présenté par David Abikersur TVMag [1] consulté 2017-01-16

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :