Benjamin Rush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant américain
image illustrant un homme politique image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un médecin américain et un homme politique américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rush.

Benjamin Rush, né à Byberry (comté de Philadelphie) le et mort à Philadelphie le , est un des Pères fondateurs des États-Unis.

Benjamin Rush était un médecin, auteur, éducateur. Il a fondé Dickinson College à Carlisle (Pennsylvanie).

Signataire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique, Rush a également siégé au Congrès continental. Il est ensuite devenu professeur de théorie médicale et de pratique clinique à l’Université de Pennsylvanie.

Benjamin Rush est, en dépit de sa grande influence sur le développement du gouvernement fédéral des États-Unis et de ses grandes contributions à la société américaine, moins connu que ses contemporains. Aujourd’hui, il est surtout célèbre pour avoir, en 1812, contribué à réconcilier deux des plus grands esprits de la République américaine : Thomas Jefferson et John Adams.

Rush était également opposé à l’esclavage et à la peine de mort. Sur ce sujet, il reste pourtant une controverse importante quant à la réelle position de Benjamin Rush en ce qui concerne l'abolition de l'esclavagisme. En effet, bien qu'ayant signé la déclaration d'indépendance et se décrivant comme abolitionniste, Rush a usé du terme « négritude » pour décrire une maladie de la peau qui s'apparente à la lèpre, et dont la seule façon de guérir est de devenir blanc[1].

Documents de Benjamin Rush en français[modifier | modifier le code]

Traduction de son texte « An inquiry into the effects of ardent spirits upon the human body and mind » : Une enquête sur les effets des spiritueux sur le corps et l’esprit humains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vernellia R. Randall, « An Early History - African American Mental Health » (consulté le 21 décembre 2008).