Benjamin Rolland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Benjamin Rolland
Eugénie du Colombier - Portrait de Benjamin Rolland.jpg
Portrait de Benjamin Rolland dans son atelier, par Eugénie du Colombier
(musée de Grenoble)
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Benjamin Rolland ou Benjamin de Rolland est un peintre français né en Guadeloupe en 1777, mort à Grenoble le 1855[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Jacques-Louis David., il fut ensuite professeur à Naples des enfants de Joachim Murat. Il peignit de nombreux portraits.

Conservateur du musée de Grenoble de 1817 à 1853, il y fut également professeur à l'école de dessin, ayant notamment pour élèves les peintres Ernest Hébert, Théodore Fantin-Latour (père d'Henri Fantin-Latour), Jules Guédy et Eugénie du Colombier[2].

Salons[modifier | modifier le code]

  • Il exposa aux Salons de:
  • 1806,
  • 1808,
  • 1817,
  • 1819,
  • 1822, "Rolland, à Grenoble, n° 112 - Un portrait",
  • 1824.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Par ordre chronologique

  • Jeune fille entrant dans le bain. Huile sur toile, 1,51 x 0,93. Signé et daté en bas à gauche : « B Rolland 1805 », salon de 1806. Musée de Grenoble (MG 3690 bis).
  • Un père et son enfant malade. Huile sur toile, 0,65 x 0,55. Signé et daté en bas à gauche : « Rolland 1808 », salon de 1819. Offert par l’artiste au marquis de Pina, maire de Grenoble, don de ce dernier au musée avant 1838. Musée de Grenoble (MG 208).
  • Portait d’Achille Murat, Palais de Caserte[3].
  • Portrait de Lætitia Murat, Palais de Caserte.
  • Portrait de Lucien Murat, Palais de Caserte.
  • Portrait de Louise Murat, Palais de Caserte.
  • Portrait d’un bébé, Palais de Caserte.
  • Réception à Bordeaux du duc et de la duchesse d’Angoulême venant présider les élections législatives en 1815. 1817. Huile sur toile, 3,28 x 2,26, salon de 1817. Musée d’Art et d’Archéologie de Libourne. Historique : déposé par le Louvre en 1820.
  • Une famille éplorée autour du père mourant. Huile sur toile, 0,35 x 0,41. Monogrammé en bas à gauche : « B.R. 1833 ». Au revers (caché par le rentoilage) : « A Anna par son frère Benjamin ». Musée de Grenoble (MG 1289).
  • Portrait d’Ernest Hébert adolescent. Huile sur toile, 0,64 x 0,54. Signé et daté en bas à droite : « Rolland 1834, gage d’amitié à son élève Ernest Hébert ». La Tronche, musée Hébert.
  • Portrait de Gabrielle Luc. Huile sur toile, 0,64 x 0,54. Signé et daté en bas à gauche : 1840. Musée de Grenoble (MG 1655).
  • Portrait d’A. Noël, cousin de l’artiste. Huile sur toile, 0,46 x 0,38. Légendé au revers : « AUG. NOEL MON PETIT COUSIN AGE DE 10 ANS PEINT PAR M. ROLLAND ». Musée des Beaux-arts de Lyon. Historique : legs de Marie Moreau en 1902.
  • Homère jouant de la lyre, Sens, musée municipal.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Louis Girodet de Roussy Trioson, Portrait de Benjamin Rolland, 1816. Musée de Grenoble (MG 156), acquisition[4] auprès du modèle en 1847[5]
  • Eugénie du Colombier, Portrait de Benjamin Rolland, 1833. Musée de Grenoble (MG 447).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jimmy Hammarberg, Benjamin Rolland, l'artiste qui venait d'ailleurs. Master 1 Histoire de l'art, Université Pierre Mendès-France Grenoble II, 2004-2005.
  • Catalogue des tableaux, statues et autres objets d'art du Musée de Grenoble par Benjamin Rolland,... assisté, en 1830, de M. Henry,...Grenoble : impr. de Prudhomme, 1838.
  • Grenoble et ses artistes au XIXe siècle (catalogue de l'exposition du 27 mai au 25 octobre 2020), Grenoble, Musée de Grenoble, (ISBN 9461615949).

Sources[modifier | modifier le code]

Site Joconde[6], site du musée Ernest Hébert[7], site acquisition des biens culturels en Espagne[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le dictionnaire Bellier de la Chavignerie indique avril, mais c'est une erreur, voir le registre de l'état-civil.
  2. Le patronyme complet est Chosson du Colombier
  3. Voir des reproductions de cette série de 9 tableaux sur le site Europeana [1].
  4. La notice du catalogue de l'exposition Girodet, Paris, 2005-2006, précise que ce tableau fut acheté 600 francs ; le site du musée, cf. note suivante, mentionne un don du modèle.
  5. Musée de Grenoble
  6. « Ministère de la culture - Direction générale des patrimoines - Service des musées de France - Joconde, portail des collections des musées de France », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  7. « Présentation des collections », sur Portail des Musées (consulté le 10 octobre 2020)
  8. « Adquisiciones de Bienes Culturales 2009 », sur calameo.com (consulté le 10 octobre 2020)