Benjamin Pavard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pavard.

Benjamin Pavard
Image illustrative de l’article Benjamin Pavard
Pavard avec l'équipe de France en 2018.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart
Numéro 21
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (22 ans)
Lieu Maubeuge (France)
Taille 1,87 m (6 2)
Période pro. 2014-
Poste Défenseur
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
2002-2005Drapeau : France Jeumont
2005-2015Drapeau : France Lille OSC
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
2015-2016Drapeau : France Lille OSC 025 0(0)
2016-Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart070 0(2)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2015Drapeau : France France -19 ans 004 0(0)
2015-2017Drapeau : France France espoirs 015 0(0)
2017-Drapeau : France France 018 0(1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 6 décembre 2018

Benjamin Pavard, né le à Maubeuge, est un footballeur international français qui évolue au poste de défenseur au VfB Stuttgart.

En 2018, titulaire au poste d'arrière latéral droit, il est sacré champion du monde avec l'équipe de France à l'issue de la finale face à la Croatie (victoire 4-2) le 15 juillet au Stade Loujniki de Moscou. Il marque notamment sur une reprise en demi-volée des 20 mètres qui part dans la lucarne face à l'Argentine en huitièmes de finale, permettant ainsi à la France d'égaliser à 2-2 avant de s'imposer. Ce but est considéré comme un des tournants du parcours des Bleus vers leur deuxième sacre mondial et sera par ailleurs élu plus beau but du tournoi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Comme Jean-Pierre Papin, Benjamin Pavard grandit à Jeumont, dans la périphérie de Maubeuge. Il y joue sous les ordres de son père, magasinier à l’hôpital de Maubeuge et ancien défenseur en troisième division[1]. Un autre éducateur se rappelle : « En dehors du foot, Benjamin était un garçon très timide. Et dès qu’il rentrait sur un terrain, il se transformait complètement. Malgré son jeune âge, il prenait ses responsabilités. (...) Benjamin n’était pas très costaud. (...) Mais à l’époque, déjà, il était au-dessus de la moyenne. À l’entraînement, il comprenait tout plus vite que tout le monde. Il était milieu axial dans une équipe de football à sept. Mais il était très polyvalent, il pouvait jouer n’importe où. Et malgré ses carences physiques, il possédait déjà une belle qualité de passe et de frappe »[2].

À neuf ans, Il réalise des tests de détection avec le Lille OSC et le RC Lens et opte pour les Dogues de Lille. Quatre fois par semaine, ses parents font les cent kilomètres qui séparent leur domicile du chef-lieu du département pour accompagner leur fils unique. Sa mère, secrétaire dans un hôpital[3], lui fait faire ses devoirs dans le vestiaire[1].

Il poursuit sa formation en sports-études au lycée Jean Perrin[4] à Lambersart, puis au pôle espoirs de Liévin durant ses années de collège, avant de préparer un brevet d’éducateur sportif. « J’encadrais des jeunes, je n’ai pas fini mes études car je suis passé pro. Il ne faut pas en parler, les gens vont dire que je n’avais pas de diplômes[1]. »

Début professionnel au LOSC (2014-2016)[modifier | modifier le code]

Pavard (n°33 à droite) lors du Derby du Nord en mai 2015.

Benjamin Pavard débute comme professionnel sous les ordres de René Girard le 31 janvier 2015 contre le FC Nantes en tant que titulaire. Il est ensuite souvent appelé dans le groupe professionnel, et régulièrement titularisé en fin de saison en l'absence de Marko Baša, blessé[5].

En l'absence de ce dernier, il commence la saison 2015-2016 en tant que titulaire. Cependant, le nouvel entraîneur de Lille, Frédéric Antonetti, ne lui fait que peu confiance et lui préfère Baša et Renato Civelli. Mécontent de son sort, Pavard quitte le nord de la France pour le VfB Stuttgart à l’été 2016, en quête de temps de jeu et de reconnaissance[1]. Il déclarera ensuite : « Je n'avais pas la confiance de l'entraîneur et quand je jouais, c'était à tous les postes sauf le mien, qui est défenseur central. Il n'y avait pas de communication avec moi. Je sentais qu'il ne me considérait pas vraiment car j'étais jeune. C'est ses choix, je les respecte mais je devais penser à ma carrière »[6].

Révélation à Stuttgart (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Benjamin Pavard avec Stuttgart en septembre 2016.

Le 30 août 2016, Pavard, qui a tout juste 20 ans, signe un contrat de quatre ans avec le VfB Stuttgart[7], pour un montant estimé à 5 millions d'euros[8], ce qui le place parmi les dix transferts les plus chers de l'histoire du club allemand. Il participe, en tant que titulaire, à la remontée du VfB Stuttgart en Bundesliga. Après une première saison en 2. Bundesliga et une montée immédiate, Benjamin Pavard devient un pilier de l'équipe[3].

Il débute la saison 2017-2018 en tant que titulaire et dispute l'intégralité des matchs. Il marque son premier but en Bundesliga le 29 octobre 2017 contre Fribourg-en-Brisgau[9]. Le 20 décembre 2017, Pavard prolonge son contrat au VfB Stuttgart jusqu'en juin 2021[10]. Le défenseur de 21 ans est élu meilleur jeune joueur du mois de février 2018 en Bundesliga[11],[12]. Il joue tous les matchs, un record sur la saison en Bundesliga, dont 31 en défense centrale. Il est le défenseur ayant réalisé le plus d'interceptions[3].

Dans un effectif où il est toujours titulaire, le début de saison 2018-2019 est délicat pour Pavard et le VfB (dernier après sept journées avec une seule victoire). L'entraîneur Tayfun Korkut est alors remplacé par Markus Weinzierl[13].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Parcours en équipes juniors et premières sélections avec l'équipe de France (2015-2018)[modifier | modifier le code]

Pavard avec l'équipe de France U19 en mars 2015.

Benjamin Pavard participe avec l'équipe de France au championnat d'Europe des moins de 19 ans 2015 organisé en Grèce. Il joue deux matches contre l'Ukraine et contre la Grèce (victoires 3-1 et 2-0). La France atteint les demi-finales de la compétition, où elle est éliminée par le futur vainqueur, l'Espagne. En fin de compte, Pavard est sélectionné quatre fois en U19[3].

Ensuite, il rejoint l'équipe de France espoirs pour les matches qualificatifs du championnat d'Europe 2017. En novembre 2017, Pavard est encore invaincu avec les Bleuets (12 victoires, 3 nuls). Il y compte 15 sélections[3] et s'y impose comme titulaire. Dans ces rencontres, Pavard occupe, la plupart du temps, le poste d'arrière latéral droit, mais aussi de défenseur central et d'arrière gauche[5].

Le 2 novembre 2017, il est appelé en équipe de France A pour la première fois par Didier Deschamps[14] et entre en jeu à la mi-temps le 10 novembre 2017 contre le Pays de Galles à la place de Christophe Jallet pour sa première sélection[3]. À la 80e minute, sa frappe croisée heurte le poteau gallois (victoire 2-0). Il connait une première titularisation contre la Russie lors du dernier match amical précédant la liste de Deschamps pour la coupe du monde[15].

Coupe du monde 2018[modifier | modifier le code]

Benjamin Pavard en 2018.

Le 17 mai 2018, il fait partie des 23 joueurs sélectionnés par Deschamps pour jouer la Coupe du monde 2018[3]. Suite à sa bonne performance contre l'Italie[16], en match amical, il laisse entrevoir une potentielle inversion de la hiérarchie sur le coté droit avec Djibril Sidibé (de retour de blessure)[17].

Il dispute ensuite les deux premiers matchs de poule contre l'Australie et le Pérou comme titulaire, mais est laissé au repos, comme plusieurs autres joueurs dans le dernier match contre le Danemark, la France étant déjà qualifiée. En huitièmes de finale, face à l'Argentine, il inscrit son premier but dans cette compétition, d'une reprise en demi-volée depuis l'extérieur de la surface, permettant ainsi à son équipe d'égaliser à 2-2 (pour une victoire finale 4-3). Cette égalisation, suivant la seule fois du tournoi où la France est menée au score, est généralement considérée comme un des principaux tournants dans le parcours des Bleus vers le sacre mondial[18] [19]. Son tir en pleine lucarne occasionne même une chanson reprise par les supporters dans tout le pays : « Benjamin Pavard ! Je ne crois pas que vous connaissiez, il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! »[20]. Ce but lui vaut également la distinction du plus beau but de la Coupe du monde 2018, après un vote des internautes du monde entier organisé par la FIFA sur une sélection de 18 buts marqués lors de ce Mondial[21].

Le défenseur de Stuttgart reste titulaire lors de tous les matchs jusqu'à la finale qu'il joue en intégralité. Il devient champion du monde le 15 juillet 2018 après la victoire de l'équipe de France face la Croatie (4-2)[22].

Invaincu pendant ses 35 premiers matches en bleu[modifier | modifier le code]

Depuis mars 2015, date de sa première sélection en U19, il connaît 35 matches consécutifs en équipe de France sans défaite (4 avec les U19, 15 avec les Espoirs, 16 avec l’équipe A), série qui prend fin le 16 novembre 2018 sur une défaite 2-0 à Rotterdam face aux Pays-Bas[23].

Style de jeu : défenseur polyvalent de caractère[modifier | modifier le code]

Formé au poste de milieu défensif, il est repositionné défenseur en fin de formation au Lille OSC. Stéphane Dumont, qui s’occupe de lui en moins de 19 ans[1] se souvient : « Ce qui lui a permis de franchir un autre cap, c'est le fait d'être passé de milieu défensif à défenseur. Il devenait alors quelqu'un d'important à un poste qui mettait davantage en valeur sa qualité de relance. Mais qui le sanctionnerait également à la moindre facilité. Il l'a emmagasiné et ça l'a énormément fait progresser »[24]. René Girard, qui le fait débuter en professionnel, évoque cette époque : « Je crois l'avoir fait jouer aux trois postes, à droite, à gauche et dans l'axe »[2]. Plus tard, à Stuttgart, il est utilisé en défense centrale par Hannes Wolf. Lors de ses débuts en équipe de France, l'ex-Dogue évolue dans le couloir droit[2],[5].

René Girard, qui le lance en professionnel, se souvient : « J'avais été agréablement surpris, puisqu'il s'était très bien fondu dans le groupe des pros, même s'il avait été appelé au dernier moment. (...) Je me rappelle d'un garçon avec de la personnalité, une facilité technique[2]. Il avait beaucoup d’aplomb, de caractère, de personnalité. Il tentait des choses difficiles. Ça pouvait passer pour de la suffisance vu de l’extérieur. Mais il était mature, réservé, à l’écoute[1]. » Lorsqu'il parle de son transfert à Stuttgart, Pavard déclare : « L'Allemagne m'a appris la rigueur. Au début, le coach me gueulait beaucoup dessus. Il m'observait et ne me lâchait pas. Je faisais des choses qui ne servaient à rien. (...) Aujourd'hui, je ne prends plus ce genre de risques et je dégage le ballon. Je me sens épanoui. L'Allemagne m'a fait énormément évoluer. »[3]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Benjamin Pavard est en couple avec Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007, depuis février 2018[25].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Benjamin Pavard au 21 septembre 2018[26]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B M B C M B M B
2014-2015 Drapeau de la France LOSC Lille Ligue 1 8 0 - - - - - - - - - 8 0
2015-2016 Drapeau de la France LOSC Lille Ligue 1 13 0 1 0 3 0 - - - - - 17 0
Sous-total 21 0 1 0 3 0 - - - - - 25 0
2016-2017 Drapeau de l'Allemagne VfB Stuttgart 2. Bundesliga 21 1 - - - - - - - - - 21 1
2017-2018 Drapeau de l'Allemagne VfB Stuttgart 1. Bundesliga 34 1 2 0 - - - - - - - 36 1
2018-2019 Drapeau de l'Allemagne VfB Stuttgart 1. Bundesliga 3 0 - - - - - - - - - 3 0
Sous-total 58 2 2 0 - - - - - - - 60 2
Total sur la carrière 79 2 3 0 3 0 - - - - - 85 2

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

Par année[modifier | modifier le code]

Statistiques de Benjamin Pavard au 7 septembre 2018
Saison Sélection Phases finales Éliminatoires Matchs amicaux Total
Compétition M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
2017-2018 Drapeau de la France France Coupe du monde 2018 6 1 0 - - - 6 0 1 12 1 1
2018-2019 Drapeau de la France France Ligue des nations - - - 3 0 0 - - - 3 0 0
Total sur la carrière 6 1 0 3 0 0 6 0 1 15 1 1

Liste des matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Buts internationaux de Benjamin Pavard
Date Lieu Adversaire Score Résultat Compétition
1. 30 juin 2018 Kazan Arena, Kazan, Russie Drapeau : Argentine Argentine 2 - 2 4 - 3 Coupe du monde 2018

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection nationale[modifier | modifier le code]


Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

  • Récompensé par la FIFA pour avoir inscrit le « plus beau but de la Coupe du monde 2018 » lors du match France - Argentine (4-3) en huitièmes de finale : le joueur de 22 ans a fait preuve d’une technique parfaite pour envoyer au fond des filets adverses un véritable missile de l'extérieur du pied[28].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Benjamin Pavard, il les défrise », sur liberation.fr, (consulté le 23 mai 2018)
  2. a b c et d « Coupe du monde : Benjamin Pavard, portraits croisés », sur leparisien.fr, (consulté le 3 juillet 2018)
  3. a b c d e f g et h « Benjamin Pavard : 10 choses à savoir sur ce défenseur nordiste à l'ascension fulgurante », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 3 juillet 2018)
  4. « Section Sportive Sports Etudes Football Lycée Jean Perrin », sur http://www.lyceejeanperrin.fr, (consulté le 5 juillet 2018)
  5. a b et c « Couteau suisse, invincibilité, Dogues : 5 choses à savoir sur Pavard, l’invité surprise des Bleus », sur eurosport.fr, (consulté le 23 mai 2018)
  6. « Benjamin Pavard : "Antonetti ne me faisait pas confiance" », sur goal.com (consulté le 23 mai 2018)
  7. (de) « VfB verpflichtet Benjamin Pavard », sur vfb.de, VfB Stuttgart, (consulté le 30 août 2016)
  8. « LOSC – Mercato : Benjamin Pavard signe à Stuttgart », sur lavoixdunord.fr,
  9. « Stuttgart – Fribourg », sur http://www.eurosport.fr/,
  10. (de) « Der VfB verlängert vorzeitig mit Benjamin Pavard », sur vfb.de, VfB Stuttgart, (consulté le 20 décembre 2017)
  11. « Benjamin Pavard (Stuttgart) élu meilleur jeune du mois de février en Bundesliga », sur lequipe.fr, (consulté le 3 juillet 2018)
  12. (en) « Archives des meilleurs rookies en Bundesliga », sur rookie-award.com, (consulté le 11 août 2018)
  13. Stuttgart : Markus Weinzierl nouvel entraîneur
  14. « Nabil Fekir et Anthony Martial rappelés en équipe de France, Steven Nzonzi et Benjamin Pavard convoqués », sur lequipe.fr, .
  15. « Russie-France », sur fff.fr,
  16. Jean-Philippe Cointot et Johan Rigaud, « Le débrief de France-Italie : Pavard et Hernandez ont marqué des points », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  17. Régis Testelin, « Moins de deux semaines après sa blessure, Djibril Sidibé recourt déjà », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  18. Eurosport, « Cinq moments qui nous ont fait comprendre qu'ils iraient loin », sur Eurosport, (consulté le 18 juillet 2018)
  19. France Football, « Coupe du monde 2018 : le grand débrief du Mondial de l'équipe de France », sur France Football, (consulté le 17 juillet 2018)
  20. BenoÎt Zagdoun, « VIDEO. Pavard et sa "frappe de bâtard", les Champs-Élysées pour Kanté... Écoutez les chansons des supporters des Bleus », sur Franceinfo, (consulté le 17 juillet 2018)
  21. France Info, « Coupe du monde 2018 : la "frappe de bâtard" de Benjamin Pavard contre l'Argentine élue plus beau but de la compétition », sur Franceinfo, (consulté le 25 juillet 2018)
  22. Timothée Vilars, « Tous les records battus par les Bleus pendant la Coupe du Monde », sur L'Obs, (consulté le 18 juillet 2018)
  23. « Équipe de France: «Il nous a manqué de tout», constate Benjamin Pavard qui n’est plus invaincu avec les Bleus », LA VDN,‎ (lire en ligne)
  24. Timothé Crépin, « De ses surnoms "Brebis" et "Pavardinho" à Daniel Balavoine en passant par Laurent Blanc : Benjamin Pavard raconté par ceux qui l'ont côtoyé », sur France Football, (consulté le 4 juillet 2018)
  25. Prisma Média, « Benjamin Pavard : on sait ENFIN comment il a séduit Rachel Legrain-Trapani - Voici », Voici,‎ (lire en ligne)
  26. « Fiche de Benjamin Pavard », sur footballdatabase.eu
  27. Le premier chiffre correspond au score de l'équipe jouant à domicile.
    Le score est écrit en vert si l'équipe de France a gagné le match, en noir si elle a fait match nul et en rouge si elle a perdu le match.
  28. Rédaction, « La demi-volée de Benjamin Pavard élue plus beau but de la Coupe du monde », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :