Benjamin Gross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Benjamin Gross
פרופסור בנימין גרוס.GIF
Beno Gross
Naissance
Décès
Nationalités
Formation

Benjamin, dit Beno Gross, né le à Strasbourg et mort le à Jérusalem, est un enseignant et philosophe juif franco-israélien contemporain.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Benjamin Gross est né à Strasbourg le , dans une famille d'origine polonaise et allemande.

Après des études de philosophie générale à l'université de Lyon puis à l'université de Strasbourg, Beno Gross fonde en 1948 l'École Aquiba de Strasbourg[1], qu’il dirige jusqu’en 1969[1].

Le , il épouse Miryam, la deuxième des cinq filles de Maître Mathieu Muller[2]. Ils se sont rencontrés dans le mouvement de jeunesse juif religieux français Yechouroun[3]. Elle est kinésithérapeute[4].

En 1967, il obtient un doctorat de philosophie de l'université de Strasbourg.

Beno Gross « monte » en Israël en avec sa femme et leurs cinq enfants. Il dirige alors à Jérusalem un lycée de tendance sionisme religieux (moderne orthodoxe).

Il devient professeur de philosophie juive à l'université Bar-Ilan. Plus tard, il dirige le département de philosophie juive, et devient, en 1988, doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Bar-Ilan.

Il est également professeur invité aux universités de Genève, Melbourne et Harvard.

Beno Gross meurt le [5], à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem[6], des suites d'une longue maladie[7]. Il est enterré le lendemain au cimetière de Har HaMenouhot, à Jérusalem[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre est inspirée par la pensée du Maharal de Prague[9].

En anglais :

  • The Holy Tongue & How It Changed the Course of History[11].

Préfaces :

  • Jonathan Aikhenbaum. Le Judaïsme et l'environnement, Préface de Benjamin Gross, 2013.
  • Yossef Attoun. Naissance d'Israël. Le printemps du monde. Préface du Professeur Benjamin Gross[12].

Témoignages[modifier | modifier le code]

Dans ses « Mémoires » publiées en 1994, Elie Wiesel raconte son séjour à Ambloy (Loir-et-Cher)[13]:

Un groupe d'intellectuels juifs religieux, Yeshurun (Yechouroun), vient souvent passer le Shabbat avec nous. J'assiste aux réunions, sans doute trop savantes, avec un sentiment d'exclusion: je ne comprends pas leur français. Parmi eux, Marc Breuer, fils et petit-fils de rabbins; Théo Dreyfus, auteur d'un ouvrage sur le Maharal de Prague, deviendra directeur de l'école Maïmonide avant d'émigrer en Israël; Benno Gross, autre élève d'André Neher, enseignera à l'université Bar-Ilan et Lucien Lazare écrira des ouvrages importants sur la Résistance juive et les Justes non juifs en France.

Pensées[modifier | modifier le code]

Beno Gross soutient qu'il n'y a pas de relation de cause à effet entre la Shoah et la création de l'État d'Israël[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]