Benjamin Gross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Benjamin Gross
פרופסור בנימין גרוס.GIF
Beno Gross
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
JérusalemVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation

Benjamin, dit Beno Gross, né le à Strasbourg et mort le à Jérusalem, est un enseignant et philosophe juif franco-israélien contemporain.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Benjamin Gross est né à Strasbourg le , dans une famille d'origine polonaise et allemande.

Après des études de philosophie générale à l'université de Lyon puis à l'université de Strasbourg, Beno Gross fonde en 1948 l'École Aquiba de Strasbourg[1], qu’il dirige jusqu’en 1969[1].

Le , il épouse Miryam, la deuxième des cinq filles de Maître Mathieu Muller[2]. Ils se sont rencontrés dans le mouvement de jeunesse juif religieux français Yechouroun[3]. Elle est kinésithérapeute[4].

En 1967, il obtient un doctorat de philosophie de l'université de Strasbourg.

Beno Gross « monte » en Israël en avec sa femme et leurs cinq enfants. Il dirige alors à Jérusalem un lycée de tendance sionisme religieux (moderne orthodoxe).

Il devient professeur de philosophie juive à l'université Bar-Ilan. Plus tard, il dirige le département de philosophie juive, et devient, en 1988, doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Bar-Ilan.

Il est également professeur invité aux universités de Genève, Melbourne et Harvard.

Beno Gross meurt le [5], à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem[6], des suites d'une longue maladie[7]. Il est enterré le lendemain au cimetière de Har HaMenouhot, à Jérusalem[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre est inspirée par la pensée du Maharal de Prague[9].

En anglais :

  • The Holy Tongue & How It Changed the Course of History[11].

Préfaces :

  • Jonathan Aikhenbaum. Le Judaïsme et l'environnement, Préface de Benjamin Gross, 2013.
  • Yossef Attoun. Naissance d'Israël. Le printemps du monde. Préface du Professeur Benjamin Gross[12].

Témoignages[modifier | modifier le code]

Dans ses « Mémoires » publiées en 1994, Elie Wiesel raconte son séjour à Ambloy (Loir-et-Cher)[13]:

« Un groupe d'intellectuels juifs religieux, Yeshurun (Yechouroun), vient souvent passer le Shabbat avec nous. J'assiste aux réunions, sans doute trop savantes, avec un sentiment d'exclusion: je ne comprends pas leur français. Parmi eux, Marc Breuer, fils et petit-fils de rabbins; Théo Dreyfus, auteur d'un ouvrage sur le Maharal de Prague, deviendra directeur de l'école Maïmonide avant d'émigrer en Israël; Benno Gross, autre élève d'André Neher, enseignera à l'université Bar-Ilan et Lucien Lazare écrira des ouvrages importants sur la Résistance juive et les Justes non juifs en France. »

Pensées[modifier | modifier le code]

Beno Gross soutient qu'il n'y a pas de relation de cause à effet entre la Shoah et la création de l'État d'Israël[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]