Benjamin Creme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benjamin Creme
Description de cette image, également commentée ci-après

En conférence à Paris le 17 mars 2006

Naissance (93 ans)
Glasgow
Activité principale
Artiste peintre, auteur ésotériste, conférencier
Auteur
Langue d’écriture anglais

Œuvres principales

La Mission de Maitreya, Le Grand Retour, La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse

Benjamin Creme (né en 1922 à Glasgow) est un artiste écossais, ésotériste, auteur et rédacteur en chef de la revue Share International (Partage international pour la version française).

Il affirme que la seconde venue du Christ, annoncée par de nombreuses religions aura lieu prochainement, sous la forme de Maitreya, l'Instructeur planétaire. Maitreya est le nom que les bouddhistes donnent au futur Bouddha, mais Creme affirme que Maitreya est l'envoyé divin attendu par toutes les grandes religions sous des noms différents : le Christ, l'Imam Mahdi, Krishna, le 5e Bouddha Maitreya, ou encore le Messie.

Selon Benjamin Creme, Maitreya est basé à Londres depuis le 19 juillet 1977[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

À l'âge de 13 ans, Benjamin Creme commença à peindre, inspiré par les œuvres de Rembrandt. Il quitte l'école à 16 ans pour se consacrer entièrement à la peinture[2].

Entre temps, il s'est découvert un intérêt pour l'occultisme après à voir lu le livre d'Alexandra David-Neel, Mystiques et magiciens du Tibet. De 1957 à 1959, il est vice-président de la Aetherius Society, un groupe affirmant la présence extraterrestre et s'inspirant fortement des enseignements théosophiques. En 1958, il rencontre George Adamski et depuis, Creme affirme que les contacts qu'Adamski prétend avoir eu avec des extraterrestres sont authentiques[3].

Mission[modifier | modifier le code]

Benjamin Creme raconte qu'il a été contacté pour la première fois par son Maître par télépathie en janvier 1959. Ce dernier lui demande d'effectuer des enregistrements des messages qu'il lui transmettra[4]. Le Maître lui propose la mission d'annoncer le retour à la vie publique - l'"Emergence" - du groupe appelé les Maîtres de Sagesse, à la tête duquel se trouve le plus avancé d'entre eux, Maitreya. Creme accepte et donne une première conférence le 30 mai 1975 à Londres[5]

Le cœur du message de toutes ces conférences consiste en l'annonce de l'existence et du prochain retour à la vie publique des Maîtres de Sagesse. Ces êtres réalisés guident et accompagnent l'évolution de l'humanité depuis toujours (ils constituent la Hiérarchie spirituelle de la Terre). Le moment est maintenant venu pour eux de réintégrer notre réalité physique, au moment où cette planète doit franchir un seuil évolutif décisif, l'entrée dans l'Ere du Verseau, une ère de paix et de fraternité basée sur les principes du partage, de la justice et de la coopération. En un mot, sur l'Amour.

Depuis 1975, Benjamin Creme a parcouru le monde inlassablement, indifférent aux quolibets, pour tenir le même discours, à peu de choses près, dans d'innombrables conférences et interviews. Une vingtaine de livres ont été publiés et traduits en de nombreuses langues, constitués des transcriptions de ces interventions.

Rappel historique[modifier | modifier le code]

Maitreya est le "nom d'initié" du leader des Maîtres de Sagesse (un autre nom, plus "commun", figure son son passeport). Creme affirme que Maitreya est arrivé à Londres le 19 juillet 1977[6],[7] après être "descendu de sa retraite dans les Himalayas".

En 1982, Creme et son groupe publient des annonces pleine page dans plusieurs journaux anglophones anglais, américains et français, avec comme titre "The Christ is here" ("Le Christ est ici maintenant" pour la version française). Selon ces annonces, le Christ/Maitreya allait se faire connaître au grand public dans les deux mois. Il semble qu'au fil des années, Benjamin Creme a préféré utiliser davantage le nom de Maitreya plutôt que celui de Christ, trop identifié aux religions de la chrétienté. Maitreya, précise-t-il, ne peut être identifié à une religion ou à une autre. Son message et sa mission concernent la Terre entière.

Le 14 mai de cette année 1982, Creme donna une conférence de presse à Los Angeles devant 90 représentants des médias. Il déclara que Maitreya résidait dans le quartier de Brick Lane à Londres. Il proposa alors un défi aux médias : s’ils recherchaient activement Maitreya, ce dernier se manifesterait à eux.

Il déclara à cette occasion que Maitreya, le moment venu, apparaîtra à la télévision en mondovision et établira un lien télépathique avec toute l’humanité[8]. Creme appelle cet événement le Jour de déclaration. Il précise qu'à cette occasion, dans le monde entier les gens verront Maitreya sur leurs écrans de télévision, et qu'ils entendront et comprendront ses mots mentalement dans leur propre langue, quelle qu'elle soit, alors que Maitreya ne parlera pas, "physiquement". C'est ce qu'entend Creme par "lien télépathique". Il s'agira là d'un miracle d'une importance majeure. Creme ajoute qu'à ce moment, "les gens ressentiront un flot d'amour comme jamais il n'en auront connu auparavant", l'énergie d'amour que Maitreya incarne, et qui évoquera chez de très nombreuses personnes, une réponse intuitive et venant du cœur. Simultanément se produiront des centaines de milliers de guérisons spontanées "miraculeuses". C'est ainsi que Maitreya se déclarera au monde et démontrera son statut de messager divin et d'instructeur planétaire pour la durée de l'ère du Verseau (un des Maîtres de son groupe lui succédera ensuite).

Le 14 janvier 2010, Creme annonça que Maitreya avait donné sa première interview sur une télévision américaine, de façon anonyme, c'est-à-dire sans révéler sa véritable identité. Depuis, toujours selon Creme, Maitreya a été interviewé à de multiples reprises par des chaines de TV dans plusieurs pays, dont la Russie et la Chine. Mais ni les journalistes qui l'interviewent ni les téléspectateurs ne savent qui il est réellement. Creme explique que Maitreya ne le confirmera que lorsque son message aura été compris et intégré. Il ne veut pas être accepté pour ce qu'il est mais pour la valeur des idées qu'il propose.

Crop-circles, ovnis et miracles divers[modifier | modifier le code]

Creme associe les crop-circles et les apparitions d'ovnis à la présence de Maitreya et de son groupe les Maîtres de Sagesse. Il explique que nos "Frères de l'espace" se manifesteront ouvertement après le Jour de déclaration, après que Maitreya les aura présentés et qu'il aura expliqué leur mission. Creme insiste sur le fait que ces habitants d'autres planètes sont là pour nous aider, en étroite collaboration avec la Hiérarchie spirituelle de la Terre. "Les ovnis jouent un rôle majeur dans la sécurité de cette planète du point de vue écologique. [Les crop-circles sont l'expression d'] une nouvelle science qui nous fournira de l'énergie directement du soleil. Le pétrole deviendra de l'histoire ancienne. Dans le futur, personne ne pourra plus vendre de l'énergie."[9]

Creme explique que les crop circles sont créés par les ovnis : "Les crop-circles servent à attirer l'attention du public sur le fait que les Frères de l'espace sont parmi nous. Ils les "fabriquent" en quelques secondes depuis leurs vaisseaux spaciaux. Ces formes géométriques étonnantes et très belles ne peuvent être faites d'aucune autre manière. Les crop-circles apparaissent tout autour du monde mais la majorité se trouvent dans le Sud de l'Angleterre. Pourquoi ? Parce que Maitreya réside à Londres."

Creme fait aussi un lien direct entre la présence des Maîtres et tous les phénomènes de type miraculeux qui se produisent partout dans le monde (statues de la Vierge qui versent des larmes de sang, icônes qui se mettent à suinter de l'huile d'olive, etc.[10],[11],[12]

Prédictions[modifier | modifier le code]

Tout le discours de Creme repose sur le contact télépathique qu'il affirme avoir avec l'un des Maîtres de Sagesse et la foi que l'on peut lui prêter. Pourtant, nombre des prédictions qu'il a faites au cours des années se sont avérées étonnamment justes. De 1989 à 1991 en particulier, Creme a publié dans sa revue Partage International une série de prédictions qu'un proche de Maitreya a confiées à deux journalistes, Patricia Pitchon et Brian James, parmi lesquelles la chute du mur de Berlin, la fin du communisme en Union soviétique, la libération de Nelson Mandela et la fin du régime de l'apartheid en Afrique du Sud, la libération de l'otage anglais Terry Waite après quatre années de captivité, la démission précipitée du premier ministre britannique Margaret Thatcher, et bien d'autres prédictions[13],[14].

Critiques[modifier | modifier le code]

De nombreux sceptiques ont commenté ses prédictions de manière ironique[15],[16],[17]. Des groupes chrétiens fondamentalistes et d'autres mouvements ont accusé Creme de faire partie d'une conspiration sataniste, déclarant que Maitreya ne serait autre que l’antéchrist[18].

Malgré ses nombreuses visites et conférences en France, Benjamin Creme n'a jamais soulevé chez nous l'intérêt des journalistes, certainement à cause du problème de la langue, qui limite les interviews radio et TV. Aujourd'hui trop âgé pour voyager, il donne encore des conférences à Londres, et répète inlassablement que l'apparition de Maitreya au grand jour est plus proche que jamais : elle se produira selon Creme à la faveur de l'effondrement économique mondial qu'il prédit depuis les tous premiers débuts de sa "mission". Mais Creme reconnaît avec humour qu'il s'est déjà trompé sur les dates, tout en réitérant que cet effondrement est inéluctable.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gustav Niebuhr, « Religion Journal;New Millennium, Great Expectations », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  2. « artist bio », sur www.englandgallery.com (consulté le 16 juillet 2015)
  3. Benjamin Creme, La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, France, Partage Publication,‎ (ISBN 2951097425), page 12
  4. La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, page 13
  5. La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, page 21
  6. Share International
  7. Niebuhr, Gustav. "New Millennium, Great Expectations." The New York Times, July 20, 1996
  8. (en)Creme, Benjamin Maitreya's Mission I, 1986, page 23
  9. (en) R.V. Scheide, « "Signs of the times: Crop circles, weeping Madonnas and the strange esoteric world of Benjamin Creme". », Sacramento News & Review,‎
  10. « Le mystère des statues de la Vierge qui pleurent », sur LesBrinsdherbe.org,‎ (consulté le 24 octobre 2015)
  11. « Le miracle de l'icône fait tache d'huile », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 24 octobre 2015)
  12. « La Vierge qui pleure attire toujours des fidèles », sur LeParisien.fr,‎ (consulté le 24 octobre 2015)
  13. « Les prévisions de Maitreya », sur PartageInternational.org (consulté le 24 octobre 2015)
  14. « Les prévisions de Maitreya », sur PartageInternational.org (consulté le 24 octobre 2015)
  15. (en)« Francis Wheen's Diary » The Independent, January 27, 1991. « Hélas, Mr Maitreya semble s'être sérieusement fourré le doigt dans l'œil. Après que Saddam ait envoyé ses chars traverser la frontière en août dernier, Maitreya déclara qu'une force mystique dans la nature pousserait l'Irak à se retirer du Koweit sans condition. En novembre, son message était clair : “La crise du Golfe : Maitreya a annoncé depuis le début qu'il n'y aurait pas de guerre” »
  16. (en)« Kiwis prove to Aussies they're not that gullible » The Evening Post, December 4, 1995. « John O'Donnell du Transmission Meditation Network de Nouvelle-Zélande a déclaré que Mr Creme lui aurait dit que le tremblement de Terre d'une magnitude de 5.9 qui a secoué South Island le 24 novembre dernier était dû aux quatrièmes essais atomiques français effectués deux jours plus tôt. Personne n'a cependant encore prédit des invasions de sauterelles, de grenouilles, de mouches, des rivières de sang ou d'autres désastres à l'occasion des essais planifiés ultérieurement. »
  17. (en) Ron Rosenbaum (August 15, 2005). « Voices in Our Head: Where Is Good Old American Weirdness? » New York Observer
  18. (en)David V. Barrett, The New Believers, 2001 ISBN 0-304-35592-5, page 349