Benjamin-Octave Roland-Gosselin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Roland-Gosselin.
Benjamin-Octave Roland-Gosselin
Image illustrative de l'article Benjamin-Octave Roland-Gosselin
Biographie
Naissance
à Paris (France)
Ordination sacerdotale par
Mgr Albert Farges
Décès (à 81 ans)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Cardinal Léon-Adolphe Amette
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Mosynople
Archevêque titulaire de Laodicée de Syrie
23 avril 1952 – 22 mai 1952
Évêque titulaire de Sigus
12 avril 1952 – 23 avril 1952
Évêque de Versailles
3 avril 1931 – 12 avril 1952
Précédent Charles Gibier Alexandre Renard Suivant
Évêque coadjuteur de Versailles
12 mars 1926 – 3 avril 1931
Évêque auxiliaire de Paris
Évêque titulaire de Mosynopolis
3 juillet 1919 – 12 mars 1926

Blason
« In cruce spes mea »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Benjamin-Octave Roland-Gosselin ( à Paris - ) est un ecclésiastique français, évêque de Versailles de 1931 à 1952 puis archevêque de Laodicée en 1952, assistant au trône pontifical.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de financiers et d'agents de change Parisiens, Benjamin-Octave Roland-Gosselin naît le 17 décembre 1870, en pleine guerre franco-allemande. Il fait ses études au collège des jésuites où il se lie avec Pierre Rivière, futur évêque de Monaco.

Son père Louis Roland-Gosselin était un des plus fameux et plus connus agents de change de Paris. Fervent catholique, Louis Roland-Gosselin aida financièrement à l'édification de 17 églises à Paris, dont la basilique du Sacré-Cœur, et donna trois enfants à l'Église (dont une religieuse, un prêtre et Mgr Roland-Gosselin). Il se verra même remettre le titre, par le Pape Léon XIII, de comte Palatin du Latran, à la suite d'un don important au denier de saint Pierre, titre qu'il déclina.

À 18 ans, Benjamin-Octave exprime le désir de rentrer dans les ordres ; au début son père demande qu'il puisse étudier chez lui au lieu d'aller au séminaire pour des raisons de santé, mais il entre finalement (le 1er octobre 1890) au séminaire d'Issy, où il étudiera aux côtés du futur cardinal Jules Saliège.

Il est ordonné prêtre le 21 décembre 1895 (par Mgr Farges, évêque de Thénarie), et débute sa vie pastorale dans la paroisse Saint-Pierre de Chaillot dont le curé (le Père Chesnelong, futur archevêque de Sens) était un ami de sa famille. Il est par la suite nommé aux œuvres et vocations de l'archevêché de Paris, dont il devient sous-directeur en 1902, fonction qui lui vaut de devenir chanoine. Il acquiert le château de Montsoult, qui servira à l'accueil des écoles libres du diocèse de Paris et à l'organisation de retraites pour le clergé parisien. Le château fut alors acquis, pour 240 000 francs, par Mgr Benjamin Roland-Gosselin, alors évêque auxiliaire de Paris. Le liquidateur des congrégations ne l’avait estimé qu’à 120 000 francs. Il rebaptisa la bâtisse « villa Béthanie ». Son beau-frère et sa sœur, monsieur et madame Masquelier, possédaient l’autre château de Montsoult, la villa des Peupliers.

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert en aumônier militaire dans la Marine. Les services qu'il y rend lui valent d'être cité et fait chevalier de la Légion d'honneur.

Dès la fin de la guerre et sur demande au pape Benoît XV du cardinal Amette (archevêque de Paris), il est nommé (lors du consistoire du 3 juillet 1919) évêque in partibus de Mosynople et évêque-auxiliaire de Paris. La consécration épiscopale (la cérémonie correspondante) a lieu le 12 août à Notre-Dame de Paris, sous la présidence du cardinal Amette et avec l'assistance de Mgr Chesnelong (archevêque de Sens) et Mgr Gibier (évêque de Versailles), devant le clergé de la capitale, un grand nombre d'évêques et une foule de plus de 4 000 personnes.

Après la mort du cardinal Amette (29 août 1920), Mgr Dubois (alors archevêque de Rouen) lui succède à l’archevêché de Paris, en gardant Mgr Roland-Gosselin comme auxiliaire. Mais les deux hommes s’entendent rapidement assez mal, et après quelques difficiles années de collaboration, il devient coadjuteur de Mgr Gibier à l’évêché de Versailles, sur demande de ce dernier. L’entente est cette fois excellente, et en 1931 Mgr Roland-Gosselin succède à son ami et devient lui-même évêque de Versailles.

C'est Monseigneur Roland-Gosselin qui, à cette époque, approuva la Pieuse Union des Adoratrices du Cœur Sacré de Jésus et reconnut officiellement les apparitions de Jésus Roi de France et Marie Reine de France.

En 1947, s’estimant trop faible pour gérer son diocèse, il demande au pape Pie XII à en être déchargé, ce qui ne sera accepté qu’au printemps 1952, lorsqu’il est pris d’une maladie l’affaiblissant considérablement. Il est alors nommé archevêque in partibus de Laodicée de Syrie[1] .

Il meurt peu après, le 22 mai 1952, et est inhumé dans le caveau des évêques de Versailles, dans la cathédrale de Versailles. Il sera succédé à l'évêché de Versailles par Mgr Renard.

Il était le cousin germain du botaniste français Robert Roland-Gosselin[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sous le nom de Lattaquié, Laodicée avait du reste été française pendant l’entre-deux-guerres au titre du mandat français en Syrie.
  2. Lien de parenté