Benin City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bénin (homonymie), Edo et BNI.

Benin City
Benin City
Vue aérienne
Administration
Pays Drapeau du Nigeria Nigeria
État Edo
Démographie
Population 2 571 000 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 6° 19′ 03″ nord, 5° 36′ 52″ est
Altitude 80 m

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

Voir la carte administrative du Nigeria
City locator 14.svg
Benin City

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

Voir la carte topographique du Nigeria
City locator 14.svg
Benin City

Benin City (anciennement Edo), capitale de l'État d'Edo, au sud du Nigeria, est un port sur le Bénin et le siège de l'université du Benin. Les principales industries sont celles du caoutchouc et de l'huile de palme. La ville est aussi célèbre pour son artisanat d'art, notamment d'objets en laiton.

Benin City possède un aéroport (code AITA : BNI).

Histoire[modifier | modifier le code]

Benin City précolonial[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Murs de Benin City.

Au milieu du XVe siècle, Benin City, alors dénommée « Edo », devient la capitale du royaume du Bénin sous l'impulsion de l'Oba Ewuare.

Il s’agit de la capitale d’un des royaumes d’Afrique de l’Ouest le plus puissant de l’époque[1]. La ville avait une situation géographique privilégiée : située à l’intérieur des terres, elle était accessible principalement par la voie maritime. Benin City était le passage vers la capitale de l’époque, Gwato, avant le changement de pouvoir politique confirmant alors la ville comme la capitale du royaume[2].

Il y a près de 500 ans, les habitants de Benin City ont construit un fossé très massif autour de la ville en vue de se protéger des étrangers. Cette méthode défensive a été construite, développée et achevée sous le règne du puissant roi Oba de Benin, alors connu pour son leadership militaire, religieux et civil[3]. La hauteur du mur, du fossé au sommet, avait vingt mètres de hauteur autour de la ville et une épaisseur de trois mètres[3]. Les murs et ces structures défensives étaient surtout en place en guise de protection contre l’envahisseur, or quelques fonctions magiques ont également été décernées aux murs renforçant l’aura de protection associée à la structure[4]. L’établissement de cette structure colossale sur le territoire a permis un façonnement morphologique des activités socio-économiques à l’intérieur et l’extérieur de ces remparts.

Le pouvoir politique précolonial[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la destruction de la ville par les Britanniques en 1897, le pouvoir politique était une organisation monarchique de roi divin[2]. Les divers rois se succédant le trône du royaume d’Edo ont permis à la ville et au royaume d’obtenir une grande visibilité à l’échelle continentale, de développer une société civile forte et une vitalité économique importante au sein de la région. Le royaume d’Edo était un territoire important lors de la traite des esclaves[5]. Le lieu de résidence de la royauté était situé au centre de la ville de Benin City et le palais avait des proportions monumentales qui traduisait ainsi dans l’espace l’importance accordée au pouvoir politique, spirituel et traditionnel.

Le premier européen à visiter la ville fut le Portugais Ruy de Sequiera en 1492[2]. Plusieurs explorateurs hollandais et français ont ensuite visité la ville de Benin City[3]. En 1553, les premiers colonisateurs britanniques ont exploré le territoire[4].

L’organisation sociale de la ville impressionnait les visiteurs ; c'était un important pôle économique dans la région. Il était possible d’y trouver de l’ivoire, du poivre et des esclaves[1]. Les Européens ont rapidement voulu échanger de l’huile de palme (le palmier à huile poussant abondamment dans la région) contre des fusils[3]. Il y a donc eu un changement des armes utilisées par les habitants du royaume lors du passage d’armes « traditionnelles » à celles, « technologique », importées par les colons[4]. Il y avait une bonne vitalité économique dans la région associéee aux importations et exportations des ressources entre les puissances coloniales et le pouvoir en place[3]. La majorité des échanges se faisait dans les marchés dans la ville de Benin City, les plus connus étaient Eki-Oba (marché Oba), Agbado, Eki-Uselu et Eki-okpagha[1]. Le caractère pittoresque de ces commerces a transformé l’urbanisme de la ville de Benin City tout en renforçant son poids politique et économique dans la région[1].

À l’époque des explorations des Européens, plusieurs missionnaires ont voulu évangéliser la population de la ville, sans grand succès, celle-ci étant davantage fidèle au culte du roi[3].

La colonisation de la ville[modifier | modifier le code]

Le royaume d’Edo est resté indépendant jusqu’à la signature du traité de 1892 avec les Britanniques qui établissait un partage économique entre les acteurs signataires. L’attrait du royaume pour les Britanniques était double. D’une part, les ressources naturelles abondantes sur le territoire représentaient une opportunité économique pour la métropole. D'autre part, depuis la visite du consul Richard Burton en 1862, l’opinion publique britannique était grandement influencée par ses écrits stipulant que Benin City était une ville où la « barbarie était gratuite et puait la mort »[6]. Plusieurs historiens identifient les constats du consul à une période de rites, devsacrifices et de célébrations. La ville de Benin City n’était donc pas barbare, mais les célébrations spirituelles et religieuses, les sacrifices mortels ont pu choquer les Européens[5]. La population anglaise était favorable à une conquête du territoire[6].

Le royaume d’Edo conserva son indépendance jusqu’à la visite d’Henry Gallway, en 1892, pour discuter de l’établissement d’un traité économique dans la région[3]. Plusieurs historiens relatent le fait que ce traité semblait davantage se destiner à être une annexion du territoire par les Britanniques[3].

En 1896, les armées du commandant Phillips ont voulu pénétrer le territoire de Benin City afin d’obtenir les dus des échanges économiques liés au traité de 1892[7]. L'Oba Ovonrawmen, souverain de l’époque, a averti les ressortissants britanniques de ne pas pénétrer le territoire puisqu’un rite de fertilité était alors organisé[7]. Les troupes du commandant Phillips n’avaient pas attendu l’autorisation du souverain. Par conséquent, en pénétrant le territoire, les ressortissants britanniques ont été attaqués par des guerriers du royaume[7]. S’ensuit alors un massacre des ambassadeurs de l’armée britannique. À la suite de cette attaque, le roi a poursuivi les activités du royaume, ne respectant pas le traité signé.

Les représailles de l’armée britannique n’ont pas tardé, la couronne britannique a répliqué en 1897 par une expédition destructive[6]. Une mission de 1 200 soldats a été organisée et en 17 jours, la ville du royaume de Benin City a été assiégée[7].

La ville est détruite en 1897 par les Britanniques, par une expédition punitive après le massacre d'une délégation d'ambassadeurs.

L’ensemble du royaume fut alors détruit par les flammes, un important brasier détruisant les murs des fortifications, le palais, les habitations et les lieux de cultes[7]. Plusieurs impacts majeurs découlèrent de cette prise politique et territoriale. D’une part, le souverain Ovonrawmen fut contraint de s’exiler à l’extérieur du royaume. D’autre part, le départ du souverain laissa la population locale sans organisation et sans pouvoir face aux troupes britanniques[5]. Une occupation du territoire suivit donc l’expédition punitive.

Lors de la conquête de l’armée britannique du territoire, le pillage qui a suivi fut très important. Il y eu, entre autres, l’acquisition de nombreux trophées de guerre ensuite ramenés par la voie maritime en Europe. Le cargo envoyé par le commandant Bacon contenait des pièces (bronzes, plaques, sculptures, ivoires) d’une grande valeur économique et artistique. Dans la conception de l’époque et le racisme alors présent, les connaissances artistiques du butin qui provenait du royaume d’Edo semblaient être beaucoup trop raffinées pour être réellement d’origine africaine[4]. La datation des pièces a permis d’attribuer la création des œuvres entre le XIIIe et le XVIIIe siècle[4].

Le résultat de l’expédition punitive des Britanniques est que le territoire, désormais sous le  contrôle de la Couronne britannique, devient alors la Colonie et protectorat du Nigeria[5].

La ville de Benin City au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Lors de la période des décolonisations africaines, la ville de Benin City et les vestiges du royaume d’Edo ont été intégrés au nouveau pays indépendant : le Nigéria, État le plus populeux d’Afrique à obtenir son indépendance de sa métropole. Benin City a été subdivisé en deux régions Edo et Delta et demeurait la ville centre et phare du sud-est de l’État[1].

Par l’intégration de la ville au nouveau pays indépendant nigérian, la structure même de l’agglomération a été grandement modifiée. D’une part, l’organisation politique et la structure des provinces ont été changées lors de l’intégration de Benin City à la province d’Edo. D’une seconde part, l’intégration de la ville au nouveau pays avait grandement défavorisé la préservation du patrimoine unique de la ville. En effet, les quelques vestiges qui avaient été préservés sur le territoire à la suite du brasier allumé par les Britanniques n’ont pas été conservés lors de l’adhésion de la ville à l’État. Les lieux de prières et de sacrifices ne font donc plus partie du paysage urbain de la ville depuis le milieu des années 1950[4]. Cela pourrait en partie s’expliquer par le changement démographique de la région connaissant à l’époque un boom démographique et un changement dans l’ethnicité de ces habitants. Les individus avaient donc moins grand sentiment d’appartenance et identitaire aux vestiges présents dans Benin City[4]. De plus, le manque de préservation du patrimoine était également attribuable à l’expansion urbaine très importante de la ville n’ayant peu ou pas de plan et de stratégies d’urbanisme mis en place pour alors conserver les vestiges du royaume d’Edo[1].

Enfin, la difficulté en ce qui a trait à l’appartenance des habitants de la région aux vestiges de Benin City était également attribuable au fait que ces derniers se trouvaient en majorité en sol européen. En effet, les plus grandes trouvailles artistiques lors de la colonisation de la ville du XVIIIe siècle ont été rapportées en Europe et n’ont pas été, lors de l’indépendance de l’État du joug britannique, restitué à l’État nigérien ni à la région de Benin City[7]. Cet enjeu de restitution des biens pillés et volés lors des périodes de colonisation représente à l’échelle des pays colonisés une lutte de reconnaissance du patrimoine et de reconnexion au passé de ces territoires dépouillés.

Par conséquent, les vestiges et les résidents de la ville de Benin City ont connu des changements majeurs dans les aspects économiques, technologiques, physiques de la ville, démographiques et dans l’organisation politique de l'agglomération[1]. Tous ces changements avaient alors laissé place à d’autres structures pouvant s’illustrer, se manifester en vue de changer ou modifier l’ordre politique et social existant [1]. Une des conséquences importantes de ces bouleversements a été la guerre du Biafra, ce conflit identitaire, ethnique, régionaliste et religieux[8].

Benin City et la Guerre du Biafra[modifier | modifier le code]

Crise humanitaire, famine et maladies au Biafra découlent de la guerre pour l'indépendance de ce territoire.

Lors de la décolonisation de la région et de la création du Nigéria comme nouveau pays indépendant, un conflit identitaire et idéologique a eu lieu entre juillet 1967 et janvier 1970 lors de la guerre du Biafra opposant principalement les Haoussas, les Yorubas et les Ibos[8].

Il s’agit d’une guerre fortement médiatisée où il y a eu ingérence politique des anciennes puissances coloniales européennes et des États-Unis : grande puissance de la Guerre froide[8]. La répercussion internationale du conflit et le début de la photojournalisme a permis une diffusion et une internationalisation du conflit engendrant de grandes implications chez les habitants de la région[9]. En effet, la guerre a duré environ trois ans, a engendré un déplacement important de la population et un nombre élevé de décès liés à une famine et à la crise humanitaire découlant du conflit[6].

Concrètement, pour la ville de Benin City, les représailles de cette guerre ont été nombreuses. Les déstabilisations du nouvel État central ont conduit à des revendications permettant au cours de l’été 1967 la prise et le contrôle de la région Centre-Ouest de l’État nigérian et donc de Benin City par les représentants de l’autogestion du Biafra[9]. Il y a donc eu création de l’éphémère République du Benin. La reprise par l’armée fédérale a été très rapide puisque grâce à l’ingérence des puissances extérieurs, le nouvel État non reconnu n’avait pas été en mesure de combattre les armes, les technologies et les soldats envahissant alors le territoire[9].

Au début de la guerre du Biafra, en 1967, elle est la capitale de l'éphémère « République du Bénin », dont l'armée fédérale nigériane ne tarde pas à reprendre le contrôle (à ne pas confondre avec l'actuel Bénin, qui correspond à l'ancien Dahomey).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Oba du Benin et ses serviteurs.

Elle abrite les restes de l'ensemble architectural des murs de Benin City, un gigantesque quadrillage de terrassements, détruit par les Anglais en 1897.

Personnalités de la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) Andrew O. Ozo, « Urban change and conflict in the traditional character of an African city: the example of Benin City, Nigeria », Planning Perspectives, vol. 24, no 4,‎ , p. 485–507 (ISSN 0266-5433, DOI 10.1080/02665430903145713, lire en ligne, consulté le 6 avril 2019)
  2. a b et c Montserrat Palau Marti, Le roi-dieu au Benin, Paris, Berger-Levrault, , 259 p., p. 64
  3. a b c d e f g et h (en) Connah Graham, Forgotten Africa : An Introduction to Its Archaeology, Routledge, (ISBN 0203511808), p. 125-131
  4. a b c d e f et g Basil Davidson, L'Afrique au XXe siècle, Éditions J.A, (ISBN 2852581493 et 9782852581494, OCLC 461763101, lire en ligne)
  5. a b c et d Catherine Coquery-Vidrovitch, The history of African cities south of the Sahara : from the origins to colonization, Markus Wiener Publishers, (ISBN 1558763023, 9781558763029 et 1558763031, OCLC 56685261)
  6. a b c et d (en) « Benin City | Nigeria », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 6 avril 2019)
  7. a b c d e et f Alan Maxwell Boisragon, « The Benin massacre », sur library.si.edu, (consulté le 6 avril 2019)
  8. a b et c Odile Goubali Talon, « Littérature engagée : Une nouvelle perspective sur la guerre civile au Nigéria (1967-1970) », Sciences de l'Homme et des sociétés, Université de Cergy Pontoise,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019)
  9. a b et c Marc-Antoine Pérouse de Montclos, « La violence ethnique à l'épreuve des faits : le cas du Nigeria », Revue Tiers-Monde,‎ 2003/4 n. 176, p. 857 à 881 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Ekhaguosa Aisien (et al.), Benin City : the Edo state capital, Aisien Publishers, Benin City, Nigeria, 1995, 117 p. (ISBN 978-31533-1-5)
  • (en) Charles Gore, Art, performance and ritual in Benin City, Edinburgh University Press for the International African Institute, 2007, 248 p. (ISBN 978-0-7486-3316-6)
  • (it) Laura Maragnani et Isoke Aikpitanyi, Le ragazze di Benin City : la tratta delle nuove schiave dalla Nigeria ai marciapiedi d'Italia, Melampo, Milan, 2007 (2e éd.), 211 p. (ISBN 978-88-89533-16-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]