Benayes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benayes
Image illustrative de l'article Benayes
Blason de Benayes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Brive-la-Gaillarde
Canton Uzerche
Intercommunalité CC du Pays de Lubersac-Pompadour
Maire
Mandat
Jean-Louis Maury
2014-2020
Code postal 19510
Code commune 19022
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2014 en diminution de 9,7 % par rapport à 2009)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 15″ nord, 1° 28′ 18″ est
Altitude Min. 333 m
Max. 479 m
Superficie 23,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Benayes

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Benayes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Benayes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Benayes

Benayes (Benaias en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune est située sur la rivière Auvézère (source).

Histoire[modifier | modifier le code]

Réserves : Il est difficile de démontrer avec précision des faits datant du Moyen Âge. Les traces écrites se contredisent parfois les unes des autres. Voici cependant ce que l'on peut dire.

Milieu Xe s : les dons à l'abbaye Saint Martial de Limoges de 9 mas (ou manses) dans la prétendue vicairie civile de "Meuzac" et le village de Benayes, par le vicomte de Limoges Hildegaire et sa femme Tetberge (Bulletin de Limoges, XXV, 391) est à reconsidérer : il s'agirait en fait d'une confusion ancienne avec un ancien prieuré de Saint-Martial appelé Benayas, situé près de Bourganeuf, Creuse, dans la vicairie de Mansat-La-Courrière[1]. Il est à noter que le prieuré -cure de Benayes relevait bien de l'abbaye de Saint-Martial au XIII°. Les Vicomtes de Limoges possédaient des terres à Salon La Tour (l'antique Celom des Cartulaires) commune voisine dont la Tour Vicomtale et l'Eglise dont un Vicomte fit don à l'abbaye d'Uzerche. La paroisse de Benayes comprit à l'origine les neuf manses qui au début constituèrent le fief presbyteral. Comme la plupart des paroisses issues de prieuré-cure, Benayes a une petite surface comme Montgibaud, aussi prieuré-cure. Lors de la création des communes, Benayes vit son territoire agrandi au détriment de celui de Meuzac. (ADHV-Les limites des communes à l'issue de la révolution), comme Montgibeaud. Surfaces à comparer avec celles de Coussac-Bonneval-Meuzac-Lubersac. L'ancienneté des paroisses de Meuzac et Lubersac (mémoire de M.Aubrun sur les paroisses du Limousin.ADHV).

987 : Il est dit dans le privilège d'Hildegaire, évêque de Limoges, qu'Arbert et Adélaïde rendent l'église de Benayes à l'abbaye d'Uzerche : ecclesiam quoe dicitur Benagias.

1025 : Guy et Anne, époux, vendent au monastère d'Uzerche l'église de Benayes (Pouillé. par Nadaud).

1202 : Pierre du Dognon de Benayes miles de Bré fait des dons à l'abbaye d'Aureil lors de son départ à la croisade. Sa tour castrale et ses dépendances s'élevaient dans le village du même nom. Madame Chassagne dudit village indique un champ où sont enfouis des vestiges de murs (parchemin conservé aux archives départementales de la Haute-Vienne). Voir aussi sous Wilipedia Meuzac: histoire de la paroisse.

Début XIIIe : Le prieuré de Benayes est cité dans l'inventaire des biens de l'abbaye Saint Martial de Limoges avec un moine pour prieur (Chronique de Saint Martial, par Duplès-Agier, pp 247, 251, 321). 1209 : Le moine convers Guillaume Chapde est responsable du prieuré de Benayes. 1230 : Benayes est attesté comme vicairie de Saint-Martial (Nadaud).

1569 : Saint Maurice et saint Jean (Nativité) sont saints patrons de l'église de Benayes (Nadaud).

1585 : Reconstruction du château de Forsac (F.). Un linteau brisé au pas de la porte principale indique : CEST ÉDIFICE FUT FAICT L AN 1585

1736 : Réparation de l'église de Benayes : la charpente est terminée le 27 avril 1736 par le charpentier, maître Antoine Boyer. Le dallage effectué cette même année a coûté 625 livres (A.D.).

1744 : État Général des Fonds de Benayes (A.D.) : premier inventaire territorial de la paroisse. C'est l'ancêtre du cadastre. Sont cités les noms de Bordas. Labaume et Médas comme propriétaires terriens.

1814 : Édition du premier cadastre dit "cadastre Napoléon" (M.). 1870 - 1880 : restauration du château de Forsac (F.).

1868 : Construction du presbytère. La poste actuelle

1968: Dernière édition du cadastre (M.).

Benayes possède dans sa paroisse trois châteaux, Forsac, Puymalie, La Vergne. La tradition orale mentionne l'existence d'un château dans le bourg d'une part, et au Puyreynaud d'autre part. Rien n'a pour l'instant permis de prouver l'existence de l'un ou de l'autre.

LES FAMILLES DU PASSE

Le Bourg Les familles Bordas, Labaume et Médas sont citées comme propriétaires terriens dans l'Etat général des Fond de Benayes en 1744. Les Lavergne du Saillant. Les Châteaux L'étude est en cours.

N.B. Les informations citées avant 1585 proviennent du Dictionnaire Archéologique des Paroisses de Tulle de l'abbé Poulbrière. Les informations citées après proviennent de recherches aux archives départementales (A.D.), Bibliothèque Nationale (B.N.), mairie (M), Forsac (F).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Sadarnac    
mars 2008 en cours Jean-Louis Maury[2] PS Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2014, la commune comptait 242 habitants[Note 1], en diminution de 9,7 % par rapport à 2009 (Corrèze : -0,83 %).
          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
833 560 581 929 909 973 870 954 950
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
840 815 780 785 874 852 905 914 953
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
923 968 984 878 804 732 726 680 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
550 472 412 365 310 288 274 272 270
2013 2014 - - - - - - -
248 242 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joseph Parel Despeyrut de La Chatonie, est un homme politique français né le 1er janvier 1755 à Treignac et décédé le 16 juillet 1843 au château de Forsac à Benayes.
  • Xavier de Chérade de Montbron (1916-1952), commandant de l'Armée de l'Air, chevalier de la Légion d'Honneur, Compagnon de la Libération, décoré de la Croix de Guerre 39/45 (2 citations), de la Médaille de l'Aéronautique, de la Médaille Commémorative 39/45 (agrafes "France", "Grande-Bretagne", "Allemagne" et "Libération"), de la 1939-1945 Star (agrafe "Battle of Britain"), de l'Air Crex Europe Star et de la War Medal

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Benayes Blason Écartelé, aux 1 et 4 de gueules à trois rocs d'échiquier d'argent, aux 2 et 3 d'azur à trois fasces d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historique (in "le Journal de Benayes", 1995, Jeux, Frédéric).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique (in "le Journal de Benayes", 1995, Jeux, Frédéric)
  2. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.