Benali Boudghène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne Benali Boudeghine, dit « Lotfi ». Pour son homonyme, voir Lotfi.

Benali Boudghène
Colonel Lotfi
Benali Boudghène

Surnom Si Brahim
Naissance
Tlemcen (Algérie)
Décès (à 25 ans)
Au Djebel Béchar à côté de Béchar (anciennement Colomb-Béchar) (Algérie).
Mort au combat
Origine Algérie
Allégeance FLN-ALN
Grade Commandant puis Colonel
Années de service Octobre 1955-1960
Commandement Wilaya V
Conflits Guerre d'Algérie
Hommages 1er novembre 1954
Autres fonctions Adjoint du commandant Si Djaber
Famille Fatima Méchiche (épouse)

Benali Boudghène dit Si Brahim et connu sous le nom du Colonel Lotfi, né le à Tlemcen et mort en combattant durant la Guerre d'Algérie le dans les montagnes de Béchar à l'age de 26 ans. Il est nommé responsable de la wilaya V de la guerre de libération de 1958 à 1960[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Abdelkrim dit Abdallah et de Lokbani Mansouria il grandit dans l’Allée des Sources du quartier d’El Kalaâ de Tlemcen. Pour mémoire, cette rue de moins de 100 mètres a donné plus de vingt Chahids. C’étaient non seulement des voisins de Bénali, mais des amis et plus tard des compagnons d’armes. Il effectue ses études primaires dans sa ville natale de Tlemcen et obtient le certificat d’études primaires en 1948. Parti au Maroc pour poursuivre ses études secondaires, il revient au bout d’une année à Tlemcen pour rejoindre l’école franco-musulmane où il commence à se forger son esprit révolutionnaire à travers ses lectures mais aussi ses discussions politiques avec son entourage. Rapidement, il cherche à établir des contacts avec les militants des mouvements nationalistes, pour mieux s’imprégner des idées et des projections patriotes.   

Tout pour lui a été d’une très grande rapidité, qui dénotait une maturité précoce et une volonté d’engagement nationaliste chez ce jeune militant.

En octobre 1955 alors qu’il n’a que 21 ans il s’engage dans les rangs militaire de l’ALN dans la Wilaya V. Alors représenté par Larbi Ben M’hidi et Abdelhafid Boussouf, il occupe le poste d'adjoint particulier du Chahid le Commandant Si Djaber. Il sera ensuite amené à s’occuper de la section de Tlemcen et Sebdou et à installer les cellules clandestines du FLN naissant.

Repéré pour son intelligence et son sens d’organisation, il est désigné dès 1956 pour un travail de structuration des réseaux de fidayines dans toute l'Oranie. Dans une conjoncture marquée par l’intensification de la lutte armée, décidé par le commandement de la Révolution. Dès la fin des travaux du congrès de la Soummam du 20 août 1956, auxquels les représentants de l’Oranais ont eu une part active, grâce à la présence de Larbi Ben M’hidi qui en était l’un des principaux animateurs, Si Brahim c’était son premier nom de guerre se porte volontaire pour diriger les opérations militaires dans le Sud et mène plusieurs batailles décisives qui se solderont par de lourdes pertes dans les rangs de l’ennemi.

Il ne sera, toutefois, promu au grade de capitaine et chef de zone qu’en janvier 1957. Son ascension se fera de plus en plus rapide, en devenant commandant de la zone d’Aflou sous le nom de Lotfi, et membre du Conseil de direction de la Wilaya V.

En mai 1958, El Akid Lotfi est promu au grade de Colonel et désigné à la tête de la Wilaya V comme Commandant . Historiquement ce fut le plus jeune Colonel de la Guerre de Libération. Cette période est marquée par l’intensification des opérations française contre les maquis, et surtout par la construction des lignes Challe et Morice aux frontières est et ouest, visant essentiellement à empêcher l’acheminement des armes pour les maquis à travers les frontières tunisiennes et marocaines. Ce qui devait alourdir la responsabilité du Colonel Lotfi, et l’obliger à redoubler d’effort pour contrer ce blocus infernal tout en veillant à la poursuite du combat.

Au début de 1960, il assiste aux travaux du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA) tenus à Tripoli. A son retour dans sa wilaya, il est pris dans un traquenard dans les montagnes de Béchar au côtés de son plus fidèle Lieutenant le Tlemcénien (Louedj Mohammed) dit "Le Commandant Ferradj" . Ces deux moudjahidines accompagnés de leurs frères d'armes Aissa Benaroussi ; Cheikh Zaoui et Brik Ahmed ont lutté par foi et dévouement sans relâche , donné leur vie à la fleur de l'âge et qui sont morts pour que nous vivions libres. Avec pour seuls viatiques leur courage et leurs principes, Lotfi et Ferradj ont rejoint le maquis pour affronter une grosse armada de l'armée coloniale qui avait déjà mis sa machine de guerre en marche , où l’ennemi déploie une artillerie très lourde pour encercler toute la Wilaya V. Ils sont tous mort dans le maquis à l'exception d'Aissa Benaroussi gravement blessé dans le combat puis emprisonner par l'armée coloniale. C’était le 27 juin 1960 à Djebel Béchar. Il n’a pas eu la chance d’assister à l’indépendance de son pays le 5 Juillet 1962. Il ne restait pourtant plus que deux ans pour la signature des accords du cessez-le-feu en mars 1962.

Sur le plan politique, le Colonel Lotfi est surtout connu pour sa loyauté exemplaire, son intégrité et sa perspicacité. Il s’est très vite démarqué des querelles de chapelles et autres « intrigues politiciennes » qui émaillaient les conclaves auxquels il avait eu l’occasion d’assister, à Tunis, au Caire et enfin à Tripoli. Il est même allé jusqu’à dénoncer, auprès de Ferhat Abbas, alors président du GRPA, ce qu’il qualifiait de « tendance fascistes » chez certains chefs militaires sans les désigner, qui, selon ses termes, «rêvent d’être des sultans au pouvoir absolu. » Plus incisif encore, il ajoutait : «Derrière leurs querelles, j’aperçois un grave danger pour l’Algérie indépendante. Ils conservent du commandement qu’ils exercent le goût du pouvoir et de l’autoritarisme. » Il prévoyait en fait la guerre fratricide entre le GPRA et les wilayas qui lui étaient loyales d’un côté et l’Etat-major de l’armée de l’autre qui va éclater à l’annonce de l’Indépendance et prédisait dans le même temps le désarroi du peuple qui accédait enfin à la paix.    

C’est Ferhat Abbas qui a noté toutes les impressions du jeune colonel, dépité par la tournure prise par les événements : « L’atmosphère au sein de la Délégation extérieure, écrit-il, lui faisait peur. Les luttes sourdes des colonels ne lui avaient pas échappé. Il en était épouvanté : j’aime mieux mourir dans le maquis que de vivre avec ces loups. » Cette attitude chevaleresque d’un homme dévoué pour sa cause, celle de sa patrie, fera de lui un symbole du martyre.

L'Aéroport de Béchar - Boud[2]ghene Ben Ali Lotfi porte son nom et un film a été réalisé qui retrace sa biographie dont le titre est Lotfi. Le Complexe sportif Akid Lotfi de la ville de Tlemcen porte son nom également.

À Oran, l’un des plus grands quartiers récents de la ville porte son nom[3]; un lycée, situé au centre-ville, porte également son nom[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Achour Cheurfi, La révolution algérienne (1954-1962), Casbah, (ISBN 9961644786, lire en ligne), p. 220
  2. Mohamed-Chérif Lachichi, « «Le colonel Lotfi était peiné de voir la direction que prenait la Révolution»: Toute l'actualité sur lesoirdalgerie.com », http://www.lesoirdalgerie.com/,‎ (lire en ligne)
  3. Akid Lotfi : un pôle d'attraction Oran, El Watan du 31/07/2013.
  4. Près d'un millier d'absents et des évanouissements... : Oran, Horizons du 03/06/2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]