Belprahon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belprahon
Belprahon
École de Belprahon.
Blason de Belprahon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Jura bernois
Communes limitrophes Moutier, Roches, Grandval, Eschert
Maire Évelyne Rais
NPA 2744
No OFS 0681
Démographie
Population
permanente
279 hab. (31 décembre 2020)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 10″ nord, 7° 24′ 25″ est
Altitude 627 m
Superficie 3,83 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Belprahon
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Belprahon
Géolocalisation sur la carte : canton de Berne
Voir sur la carte administrative du canton de Berne
City locator 14.svg
Belprahon
Liens
Site web www.belprahon.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Belprahon (ancien nom allemand : Tiefenbach) est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belprahon se situe dans le Cornet (également appelé Grand Val), à 2 km à vol d’oiseau à l’est-nord-est de Moutier. Il s’étale dans la pente sud du Raimeux, du cours de la Raus (542 mètres d’altitude), au sommet de la montagne (1 265 mètres d’altitude). Sa frontière nord-ouest longe l’Arête de Raimeux.

Photo aérienne par Walter Mittelholzer (1919)

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de village apparaît pour la première fois dans un document au XIIe siècle.

Jusqu’en 1797, Belprahon appartient à l’Abbaye de Moutier-Grandval. De 1797 à 1815, Belprahon a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, le territoire de l’ancien évêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815. Le , la commune vote pour son rattachement ou non au canton du Jura, à l'instar de Moutier le où le oui l'a emporté, ce résultat étant un prérequis à l'organisation de la votation à Belprahon[3],[4]. Le non l'emporte finalement dans la commune, par 121 voix contre 114[5].

Le , le Conseil communal de Belprahon désire revoter sur son appartenance cantonale du fait qu'en , l'avenir de Moutier sur son appartenance cantonal était incertain. En effet, la commune possédant des liens économiques, sociaux et culturels avec Moutier, souhaite revoir sa décision à la suite du changement de canton planifié par la cité prévotoise. Les autorités communale prépare une votation pour le [6]. En réaction, le Conseil-exécutif bernois annonce que la tenu de ce scrutin est impossible au vu de la fin constitutionnelle de la Question jurassienne. Le Conseil du Jura bernois a également fait savoir qu'il estime cette votation illégale et la Confédération annonce qu'elle ne soutient pas ce nouveau vote[7]. Cependant, le Conseil communal de Belprahon persiste et averti organiser une votation dite « sauvage ». Le comité antiséparatiste Belprahon Jura bernois décide de déposer un recours contre ce vote[8].

Le , le Conseil communal de Belprahon annonce finalement renoncer à organiser ce vote mais indique que « la commune de Belprahon n'abandonne pas ses droits et les fera revivre par tous les moyens à sa disposition »[9].

Population[modifier | modifier le code]

Surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont surnommés les Renards[10]. Ce surnom serait cependant rarement usité[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune compte 126 habitants en 1850, 188 en 1900, 141 en 1950 et 306 en 1990[12].

Transports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L’activité économique de Belprahon est essentiellement agricole. Au fil des ans, la localité est devenue une zone d’habitation pour des pendulaires travaillant à Moutier.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Willy Houriet, personnalité du monde agricole[13]
  • Umberto Maggioni, sculpteur et graveur[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. Moutier dit oui au Jura, Radio télévision suisse, 18 juin 2017
  4. « Si Moutier dit oui, Belprahon votera le 17 septembre », sur https://www.rjb.ch, (consulté le ).
  5. « Belprahon et Sorvilier restent dans le canton de Berne », sur https://www.letemps.ch, (consulté le )
  6. « Voisine de Moutier, Belprahon veut revoter sur son appartenance cantonale », sur rts.ch, (consulté le )
  7. « La Confédération défavorable à un nouveau vote sur l'avenir de Belprahon », sur rts.ch, (consulté le )
  8. « Un bras de fer se dessine sur l'avenir de la commune de Belprahon », sur rts.ch, (consulté le )
  9. « Belprahon (BE) renonce à organiser un vote sur son appartenance cantonale », sur rts.ch, (consulté le )
  10. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 11
  11. Les Armoiries jurassiennes, Delémont, Les fils de Paul Boéchat,
  12. François Wisard, « Belprahon » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  13. Article dans le Dictionnaire du Jura
  14. Article dans le Dictionnaire du Jura

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :