Belonchamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Belonchamp
Belonchamp
Le mont de Vannes depuis Belonchamp.
Blason de Belonchamp
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes de la haute vallée de l'Ognon
Maire
Mandat
Rémy Noël
2014-2020
Code postal 70270
Code commune 70063
Démographie
Gentilé Blanchenets
Population
municipale
201 hab. (2016 en diminution de 14,1 % par rapport à 2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 14″ nord, 6° 36′ 42″ est
Altitude Min. 334 m
Max. 680 m
Superficie 6,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Belonchamp

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Belonchamp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belonchamp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belonchamp

Belonchamp est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belonchamp est situé à l'entrée des Vosges saônoises, le long de la D 486 entre Melisey et Ternuay. La commune est traversée par l'Ognon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ternuay-Melay-et-Saint-Hilaire Rose des vents
Mélisey N Fresse
O    Belonchamp    E
S
Saint-Barthélemy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Belonchamp faisait autrefois partie de la baronnie de Melisey et dépendait des seigneurs de Faucogney. On peut encore voir les vestiges de deux châteaux forts. Dans celui du Châtelet, on a découvert des médailles à l'effigie d'empereurs romains, tandis qu'au pied des ruines du mont Chaton ont été retrouvées des pièces d'armures. Celles-ci auraient été abandonnées là à la suite d'un combat entre les Lorrains et les Espagnols.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des mille étangs.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Mélisey[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton s'est agrandi, passant de 13 à 34 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des mille étangs depuis le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1995 Mélina Jeanroy    
juin 1995[2] février 2004 Guy Jeanroy    
avril 2004[3] En cours Rémy Noël DVG Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont les Blanchenets[3].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 201 habitants[Note 1], en diminution de 14,1 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290306325320270426427405418
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
393398398387378366379361391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
386350346338358360373370377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
358320262254238202218235216
2016 - - - - - - - -
201--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sites naturels[modifier | modifier le code]

  • L'étang du Grand Rosbeck.

Sites architecturaux[modifier | modifier le code]

  • La mairie est située dans l'ancienne école. Elle a été construite au début du XIXe siècle en grès.
  • Le calvaire de 1349 situé devant la mairie est surnommé "Croix de la Peste".
  • Un monument aux morts et une stèle commémorative en hommage à Michel Thiebaud, jeune résistant des Francs-tireurs et partisans tué le 21 septembre 1944[8],[9].
  • Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Belonchamp Blason D'azur à trois soleils d'or, non figurés et mal ordonnés.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Mérites reconnus et récompensés », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Rémy Noël s’adressant à son adjoint [Bernard Perroz], éclairait rapidement son parcours au bénéfice de la population commencé comme conseiller en 1983, avec Mélina jusqu’en 1995, puis avec Guy Jeanroy et depuis 2004 avec l’actuel 1er élu ».
  3. a et b « Le maire se représente », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Rémy Noël se présentera en mars prochain devant les Blanchenets pour un nouveau mandat de maire. Après celui de conseiller et neuf ans d’adjoint, il a pris la tête de la commune il y a dix ans ».
  4. « Rémy Noël retrouve son fauteuil », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Synthèse des relevés - Belonchamp (70 - Haute-Saône) », sur memorialgenweb.org (consulté le 20 avril 2016).
  9. « Ne pas oublier Michel Thiébaud », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Comme tous les ans, depuis des décennies, une cérémonie du souvenir organisée par la municipalité s’est déroulée dimanche après-midi, à la stèle érigée à la mémoire de ce garçon venu dans le secteur pour repérer les emplacements des batteries d’artillerie allemandes supposées être au lieu-dit Le Raddon ».
  10. « Recherches sur critères », Clochers de France.