Bellinzone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bellinzona)
Aller à : navigation, rechercher
Bellinzone
Bellinzona
Blason de Bellinzone
Héraldique
Image illustrative de l'article Bellinzone
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Tessin
District Bellinzone
Maire Mario Branda
Code postal 6500
N° OFS 5002
Démographie
Population 17 323 hab. (31 décembre 2009)
Densité 905 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 00″ Nord 9° 01′ 00″ Est / 46.2, 9.01666666667
Altitude 238 m
Superficie 1 915 ha = 19,15 km2
Divers
Nom officiel Bellinzona
Nom français Bellinzone
Langue Italien
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Tessin

Voir sur la carte administrative du Canton du Tessin
City locator 14.svg
Bellinzone

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bellinzone

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bellinzone
Liens
Site web www.bellinzona.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bellinzone (en italien, Bellinzona, en romanche : Blizuna) est le chef-lieu du canton du Tessin en Suisse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est située dans le centre du canton, sur la rivière Tessin. C'est un point de passage important d'où partent des routes vers les cols du Saint-Gothard, du Lukmanier, du San Bernardino et du Nufenen.

Selon l'Office fédéral de la statistique, la ville de Bellinzone s'étend sur 19,15 km2[2].

Transports[modifier | modifier le code]

La gare CFF de Bellinzone est également le départ de la route cycliste nationale appelée route des Grisons qui conduit à Coire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est pour la première fois citée en 590 dans un texte des Historiae de Grégoire de Tours car, aux portes de Bellinzone, se déroula une bataille entre Lombards et Francs : « Olo autem dux ad Bilitionem huius urbis castrum, in campis situm Caninis, inportunae accedens, iaculo sub papilla sauciatus, cecidit et mortuus est. »

Durant le Moyen Âge, la ville dépendait du duché de Milan. Les guerres successives menées par les canton suisses aboutirent à l'annexion de Bellizone et sa région. Le bailliage de Bellinzone était propriété communs d'Uri, de Schwytz et de Nidwald. La Constitution de la République helvétique du 12 avril 1798 créa le canton de Bellinzone. En 1803, le canton du Tessin est créé par fusion du canton de Bellinzone avec le canton de Lugano. Bellinzone et les autres deux villes principales, Lugano et Locarno, se disputent alors le titre de capitale ; un décret de 1878 fixe définitivement les institutions à Bellinzone.

C'est à Bellinzone que le Théâtrophone fait ses débuts dès 1878 où, du théâtre de la ville, on transmet l'opéra Don Pasquale de Donizetti sur le réseau téléphonique[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Juridiction[modifier | modifier le code]

Bellinzone abrite le siège du Tribunal pénal fédéral, créé en 2004.

Administration cantonale[modifier | modifier le code]

La ville abrite le Conseil d'État et le Grand Conseil du canton du Tessin.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La ville est dirigée par une municipalité de sept membres, dont le maire, élus pour un mandat de quatre ans, qui forment l'organe exécutif. Un conseil communal de cinquante membres élus constitue l'organe représentatif.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bellinzone comptait 17 323 habitants fin 2009[1]. Et sa densité de population atteignait alors 904,6 hab./km2.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2009 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 1er septembre 2010).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Christian Brochand, Histoire générale de la Radio et de la Télévision en France - La Documentation française - Paris 1994 -2110029927

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :