Belleville (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belleville.

Belleville
Belleville (Rhône)
Mairie de Belleville.
Blason de Belleville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Belleville (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
Bernard Fialaire
2014-2020
Code postal 69220
Code commune 69019
Démographie
Gentilé Bellevillois, Bellevilloises
Population
municipale
8 293 hab. (2015 en augmentation de 4,76 % par rapport à 2010)
Densité 796 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 34″ nord, 4° 45′ 00″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 225 m
Superficie 10,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Belleville

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Belleville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belleville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belleville
Liens
Site web mairie-belleville.fr

Belleville est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Située au nord de l'aire urbaine de Lyon, c'est l'une des deux villes-centres de l'unité urbaine qui porte son nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belleville est située à environ 45 km au nord de Lyon, au bord de la Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Lager Saint-Jean-d'Ardières Taponas Rose des vents
Charentay N Guéreins (Ain)
Montmerle-sur-Saône (Ain)
O    Belleville    E
S
Saint-Georges-de-Reneins

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Belleville-sur-Saône.

Belleville possède une gare SNCF. De 1869 à 1987, il y avait aussi un chemin de fer (ligne de Belleville à Beaujeu) qui est devenu aujourd'hui la voie verte du Beaujolais. De nombreux bus passent par Belleville, dont une navette faisant le tour de la ville et des transports scolaires.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Belleville est parfois appelée, à titre d'usage, Belleville-sur-Saône, mais l'appellation officielle, retenue par le code officiel géographique de l'INSEE, reste Belleville. L'appellation Belleville-en-Beaujolais a été également un temps envisagée et même retenue pour la dénomination inscrite sur les plaques de rues.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu a été habité dès la préhistoire, comme le prouve des objets trouvés au bord de la Saône datant de l'âge de pierre. On attribue à la commune l'ancienne cité romaine de Lunna. Le territoire aurait également été occupé par des gaulois, d'après des fouilles archéologiques. La ville de Belleville a réellement été fondée par les Sieurs de Beaujeu, notamment Hubert III, qui entoure la ville de remparts, lui offre une charte et fonde, en 1158, un abbaye, achevée en 1179 qui devient la nécropole des Sires de Beaujeu. La ville se développe peu à peu, notamment dans le vin. On y expédie également le bois, l'huile le blé et les vins grâce à la Saône.

Au fil des siècles, la ville connait des pillages, des maladies tel la peste, mais respectera sa devise "durablo" (je durerais).

Au XIXe siècle, l'arrivée ferroviaire va également contribuer à l'accroissement de la commune.

En 2019, la ville fusionnera à sa commune voisine Saint Jean D'Ardières, pour devenir Belleville-en-Beaujolais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales 2014[1], la liste conduite par Bernard Fialaire (Belleville au cœur), maire sortant LDD, a été élue dès le premier tour avec 1 736 voix (100 % des suffrages exprimés).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1894
(décès)
Joseph Martel   Médecin
Conseiller général du canton de Belleville (1888 → 1894)
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 Jean-Marie Bardonnet    
1947 1957 Marius Mathon    
1957 octobre 1973
(décès)
Joseph Rosselli FGDS Ingénieur conseil puis directeur de cabinet
Député de la 10e circonscription du Rhône (1967 → 1968)
Conseiller général du canton de Belleville (1964 → 1973)
octobre 1973 mars 1977 Alexis Bichonnier PS Conseiller général du canton de Belleville (1973 → 1976)
mars 1977 mars 1983 Robert Morillon UDF-Rad. Conseiller général du canton de Belleville (1982 → 1983)
mars 1983 mars 1989 Raymond Quintaux    
mars 1989 juin 1995 Georges Dutrève app. UDF Conseiller général du canton de Belleville (1983 → 1994)
juin 1995 en cours Bernard Fialaire UDF puis PR-UDI
puis MRSL
Médecin
Conseiller général (1994 → 2015) puis départemental du canton de Belleville (2015 → )
Président de la CC Beaujolais Val de Saône (1995 → 2014)
Président de la CC Saône Beaujolais (2014 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Belleville est jumelée avec la commune allemande de Salzkotten.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 8 293 habitants[Note 1], en augmentation de 4,76 % par rapport à 2010 (Rhône : +5,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5361 8181 7551 8002 4362 4482 4252 8313 070
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 9193 0523 2613 2713 3643 0543 1672 8922 922
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9063 1192 9412 6712 8932 9613 0383 1873 575
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4 0405 8376 3606 3975 9355 8407 1137 2897 465
2013 2015 - - - - - - -
8 1238 293-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Deux écoles primaires publiques et une privée.
  • Le collège Émile-Zola (enseignement public), rénové en 2006 et 2009, accueille environ 800 élèves (en 2013)[réf. nécessaire]. Il abrite une unité pédagogique d'intégration (ULIS) pour des élèves en situation de handicap et possède une SEGPA (section d'enseignement général et professionnel adapté) qui accueille des élèves de la 6e à la 3e présentant d'importantes difficultés d'apprentissage.
  • Mitoyen, ouvert en septembre 2000, le lycée Aiguerande propose une section d'enseignement général et technologique et une section d'enseignement professionnel.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête des conscrits le dernier dimanche de février.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Belleville dispose d'un hôpital gériatrique accueillant par ailleurs une maison médicale de garde. Pour une hospitalisation d'un autre type, les habitants peuvent aller à l’hôpital nord-ouest de Villefranche-sur-Saône (Gleizé) ou à Mâcon.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs sports peuvent être pratiqués à Belleville.

Le BCB est le club de Basketball. Avec une équipe en R2, il continue d'évoluer à tout niveau avec des entraîneurs professionnels.

Le RCBB est le club de rugby de la commune. Plusieurs tournois sont organisés dans l'année et il est possible que, pendant les vacances scolaires, il y ait un échange avec un club de rugby d'Angleterre. Il y a également le tennis (tennis club Belleville), la natation (triton club Belleville), le karaté, le cyclisme, le judo, le football ainsi que « gim'saône fitness ».

Le handball. Le Beaujolais Val de Saône Handball créé en 1969 (anciennement CLOB) regroupe plus de 350 licenciés. Label Or des écoles de hand, toutes les équipes jeunes évoluent au niveau régional, et, l'équipe seniors masculins, après avoir remporté la Coupe de France régionale en mai 2013, évolue au niveau National. Le club organise chaque année à Pentecôte le BeaujolHand, l'un des plus importants tournois de handball sur herbe.

La natation. Le triton club Belleville (tcb) fondé en 1973, à la piscine municipale de Belleville.

Belleville offre un cadre de vie serein et paisible, avec beaucoup d'espaces arborés entretenus par la mairie, trois hypermarchés et un marché public.

  • Plans d'eau des Sablons : pêche à quatre cannes.

Environnement[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un cadre de verdure, de nombreux parcs. La ville dispose également du lac des Sablons, interdit à la baignade.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Religieux
  • Maison des Templiers (non localisée)
  • L'abbatiale de l'Assomption de Belleville (ou Notre-Dame de Belleville) est un édifice classé monument historique depuis 1862. Témoin majeur de l'art roman dans la région, de par son architecture et ses dimensions, sa construction débute en 1168 par Humbert III, sire de Beaujeu et seigneur du Beaujolais et s'achève seulement 11 ans après, en 1179. L'église est consacré à la Vierge Marie. Il s'agit du cœur d'une abbaye de l'ordre de Saint-Augustin, détruite lors de la Révolution française. L'église Notre-Dame comprenait par ailleurs la nécropole des sires de Beaujeu. Les dimensions de l'édifice sont remarquables : 63 m de long et 28 m de large au niveau du transept. Son architecture extérieure présente une très grande homogénéité de style roman. L'intérieur est également de pur style roman, avec cependant quelques éléments du XIVe siècle dans le chœur. Subsistent à l'intérieur du bâtiment des peintures aux styles et couleurs médiévaux (plafonds, murs, colonnes) datant de la dernière grande restauration du XIXe siècle. Le mobilier liturgique du chœur a été créé en 2004 par l'artiste Goudji. L'église Notre-Dame de Belleville est l'église principale de la paroisse Saint-Augustin en Beaujolais qui regroupe les communes de Belleville, Saint-Georges-de-Reneins, Saint-Jean d'Ardières, Taponas et Dracé.
Civils

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

Panneaux à Belleville : le panneau du Comité national pour le fleurissement de la France présente encore les « deux fleurs ».

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

« D'azur à la salamandre d'argent dans sa patience de gueules. »[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philibert Claitte (1859-1938), sculpteur français, y est né.
  • Francis Popy (1874-1928), compositeur de musique, y est mort. L'école de musique de Belleville porte son nom, comme le parc qui l'entoure (et jouxte la mairie) ainsi qu'une rue de la ville.
  • Gabriel Voisin (1880-1973), pionnier français de l'aéronautique, y est né.
  • Ulysse Jean Ernest Gavignet (dit Galien), héros de la résistance, fondateur du réseau Galien, déporté au camp de Dachau (libéré en 1945). Plusieurs fois parachuté dans la région où il se cachait chez ses beaux-parents (rue Nationale - Belleville-sur-Saône). Mort à Paris en 1974. Il est inhumé dans l'ancien cimetière de Belleville où il fut rejoint par sa femme née Jeanne Mélinand, exactement 30 ans plus tard.
  • Philippe Gardent (1964-), ancien joueur de handball, notamment champion du monde, y est né.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Elections municipales 2014
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  7. labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Belleville (Rhône).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]