Belleville-en-Caux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belleville-en-Caux
Belleville-en-Caux
Blason de Belleville-en-Caux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes Terroir de Caux
Maire
Mandat
Denis Guillebert
2020-2026
Code postal 76890
Code commune 76072
Démographie
Gentilé Bellevillais
Population
municipale
728 hab. (2018 en augmentation de 8,33 % par rapport à 2013)
Densité 166 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 32″ nord, 0° 59′ 18″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 162 m
Superficie 4,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Luneray
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Belleville-en-Caux
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Belleville-en-Caux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belleville-en-Caux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belleville-en-Caux

Belleville-en-Caux est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Belleville-en-Caux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (86,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,2 %), zones urbanisées (13,1 %), forêts (13 %), prairies (6,7 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Villam Pulcherrimam en 734[8], Bella Villa au XIIe siècle[9].

Il s'agit d'une Bella Villa, un « beau domaine ».

Belleville-en-Caux est un toponyme dénaturé.
La paroisse aurait été dotée d'un complément fort ancien, antérieur à l'an mil, Villam Pulcherrimam super fluvio Sedana (la Saâne actuelle, un petit fleuve côtier) qui daterait du VIIIe siècle[10]. Charles de Beaurepaire fait un usage prudent du conditionnel. Puis le complément serait devenu moins flatteur Merdosa Villam au XIIe siècle[11] avant que le nom de la paroisse ne prenne la forme Belleville-sur-Anglesqueville[10].
On connaît en Normandie un certain nombre d'exemples de tels euphémismes, visant à remplacer un nom ressenti comme malséant par un autre, plus fade mais plus « convenable »

Le pays de Caux est une région naturelle de Normandie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, le village a subi un bombardement le dans le cadre de l'opération Crossbow, faisant plusieurs victimes civiles et détruisant l'église et le presbytère[12],[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Patrick Fremont    
    Julien Goudout    
1964 1987 Patrice Leroy-Jay    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Patrick Fremont    
mars 2014 En cours
(au 10 août 2020)
Denis Guillebert   Réélu pour le mandat 2020-2026[14],[15]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 728 habitants[Note 3], en augmentation de 8,33 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436412412464509519529513503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
469442385357334310295304290
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
289297279224233229217171204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
185210261305330357512534556
2013 2018 - - - - - - -
672728-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Wandrille.
  • Le château de Belleville-en-Caux. Il est en pierre et brique et d'époque Renaissance.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les Davy, marquis de la Pailleterie, possédaient le château. En descendent par les mâles, le général Dumas (qui a pris le nom de sa mère, esclave haïtienne, concubine du marquis de la Pailleterie) et Alexandre Dumas père et fils.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Belleville-en-Caux

Les armes de la commune de Belleville-en-Caux se blasonnent ainsi :
D'azur au coussinet d'or chapé du même aux deux perdrix de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Norbert Dufour (dir.) et Hubert Leroy-Jay (dir.), Histoire de Belleville-en-Caux,
  • Joseph Daoust, La Fontelaye, Val-de-Saane, Belleville-en-Caux

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 12 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jean Adigard des Gautries-Fernand Lechanteur, Les noms des communes de Normandie - V [article] Annales de Normandie Année 1962 - page 8.
  9. Annales de Normandie - Volumes 12 à 13 - Page 344.
  10. a et b Christian Guerrin - Les compléments toponymiques dans les noms de communes de Seine-Maritime [article] Nouvelle revue d'onomastique - Année 2000 - page 311.
  11. François de Beaurepaire - Aux origines de la toponymie urbaine : les anciens noms de rues de Rouen [article]Nouvelle revue d'onomastique - Année 1996 - page 65.
  12. Norbert Dufour et Christian Doré (préf. Daniel Pégisse), L'Enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde Guerre mondiale, Luneray, Bertout, , 295 p. (ISBN 2-86743-179-4), p. 105-106.
  13. Bernard Garnier (dir.), Michel Pigenet (dir.), M. Dandel, G. Duboc, A. Kitts et E. Lapersonne (préf. Antoine Rufenacht), Les Victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie. 1er janvier 1944-12 septembre 1944, Caen/Rouen/Cormelles-le-Royal, CRHQ-IRED-La Mandragore, , 350 p., relié (ISBN 2-912468-02-7), p. 49.
  14. « Municipales 2020. Denis Guillebert est tête de liste à Belleville-en-Caux : Le maire sortant a présenté son programme et sa liste pour les élections municipales de mars 2020 », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2020).
  15. « Belleville-en-Caux. Un troisième mandat pour Denis Guillebert réélu maire », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2020).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.