Belle Johnson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnson.
Belle Johnson
Belle-Johnson-self-portrait.jpg
autoportrait de B.J. (1898)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Monroe City (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Miss BelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Saint Mary's College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Belle Johnson, née le à Mendota (Illinois) et morte le à Monroe City (Missouri), est une photographe américaine, active à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle[1]. Elle est l'une des fondatrices de la Women's federation de la Photographers Association of America (en)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Belle Johnson est née le 4 août 1864 à Mendota et y a grandi[3]. Son père était un fermier prospère et elle avait une grande sœur prénommée Mary[3]. De à , elle suit les cours du Saint Mary's College à Notre Dame dans l'Indiana où elle reçoit les honneurs pour son excellent travail en astronomie, en logique et en composition d'anglais[3]. Elle suit sa grande sœur, mariée à R. Manning Walker, bijoutier et fermier, et déménage à Monroe City dans le Missouri en [3]. L'auteur Dean Howd interprète le fait qu'elle reste vivre chez les Walker de à comme étant une indication qu'elle enseigne durant cette période, mais aucune archive n'existe pour valider ce fait[3].

En , elle s'initie à la photographie auprès de M. Rippey après avoir répondu à son annonce d'ouverture d'un poste d'assistante[3]. Rapidement après avoir trouvé sa place dans le studio, elle s'applique à apprendre la retouche des images, ce qu'elle fit en trois semaines[3]. Le , elle reprend le studio à son compte, en gardant M. Rippey en tant qu'employé pendant 6 mois[3]. Selon Dean Howd, elle prit le temps de lire et de se former pendant 4 ans. Il le déduit du fait qu'elle ne publia sa première annonce qu'en [3].

Elle photographie jusqu'à ses derniers jours la vie de sa communauté de Monroe City, que ce soit l'actualité de sa ville ou le portrait des habitants et de ses environs[3].

Une avenue porte son prénom en son hommage dans la ville de Monroe City.

Une entrepreneuse du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Belle Johnson est une femme d'affaires : au-delà de la qualité de son travail de photographe, elle assure le développement de son entreprise en faisant publier régulièrement des publicités dans les journaux locaux, mais aussi en organisant des manifestations ou des réunions publiques dans son studio[4].

L'incendie de 1899[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du lundi 31 janvier 1899, un incendie ravage des bâtiments de Monroe city et empêche Belle Johnson d'utiliser son studio[5]. Elle est alors hébergée au studio de C.S. Robertshaw : celui-ci fait paraître de très nombreuses publicités où elle apparaît comme opératrice et vante les nombreux prix qu'elle a obtenus dans des concours de photographies[6].

Julia McClintic[modifier | modifier le code]

Publicité pour le studio de Belle Johnson et de Julia McClintic à Monroe City pour Noël 1914.

Son assistante fut chargée de retoucher les images et de gérer le studio en son absence. Elle est citée à de nombreuses reprises pour son efficacité dans la presse locale[7] et apparaît au même titre que Belle Johnson sur des publicités pour le studio.

Julia se chargera de nettoyer le studio à la mort de Belle Johnson en 1945[8].

Une photographe reconnue[modifier | modifier le code]

En 1894 elle fonde avec d'autres photographes la Photographic Association of Missouri et y soumet ses premières photographies. Sur 35 compétiteurs, elle se place troisième avec un tiers de point de moins que les deux premiers[3]. À cette occasion, le journal Monroe City du lui apporte son soutien et indique qu'il y avait face à elle des photographes de réputation nationale[9],[3].

Dans un article du numéro d' de Western Camera Notes, elle est invitée en tant que photographe professionnelle à donner des conseils aux amateurs[10],[3].

Régulièrement invitée à exposer son travail, elle est la seule femme présente à la rencontre organisée en 1906 par la plus grande association de photographes professionnels aux États-Unis : la Photographic Association of America[3]. Sa célébrité est importante et elle fut invitée à New York et Paris où elle gagna des médailles[11].

Fondatrice de la Women Federation[modifier | modifier le code]

Très engagée pour la reconnaissance des femmes photographes : elle fait partie du petit groupe de femmes avec la photographe Gertrude Käsebier qui se réunit en marge de la convention nationale de la PAA (Photographic Association of America) à Détroit en 1908 pour créer la Women Federation de la PAA. Elle en est la vice-présidente et supervise le cercle de réflexion The « Circle »[12].

Travaux[modifier | modifier le code]

Elle a essentiellement réalisé des études de personnages, des portraits, des natures mortes et des photographies d'animaux, en particulier les chats.

Elle a également publié de nombreuses photos pour des revues comme The Photographic journal of America.

Belle Johnson s'est rendue célèbre par sa faculté à photographier les personnes âgées, les bébés et les animaux dont il est difficile de capter une pose naturelle comme l'explique un article du journal The Ogden Standard de 1914 qui expose son art d'apprendre aux chats à poser de manière irrésistible pour ses photographies[11].

"Cette année faites-vous photographier pour votre anniversaire" : publicité dans le Monroe City Democrat. du 16 mars 1916.

Bibliographie sur Belle Johnson[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Naomi Rosenblum, A History of Women Photographers, Abbeville Press, (ISBN 9780789206589, lire en ligne), p. 977
  2. (en) Belle Johnson (vice-president), « The first annual meeting of the Federation of Women photographers », Wilson's Photographic Magazine, vol. XLVII, no 646,‎ , p. 435 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Dean Howd, « The photography of Belle Johnson from Monroe City, Missouri », Western Illinois Regional Studies,‎ , p. 35-48 (lire en ligne)
  4. (en) Monroe City Democrat, « Entertained », Monroe City Democrat,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « The disastrous fire », Monroe City Democrat.,‎ , p. 1 (lire en ligne) :

    « « Friends took charge of Miss Belle Johnson Art studio and fairly made negatives, pictures, etc, jingle. » »

  6. (en) « Monroe City Democrat. », Monroe City Democrat.,‎ , p. 5 (lire en ligne) :

    « Remember, miss Belle Johnson is now in possession of more awards and medals than any lady photographer in U.S. and has received every one through the photo graphic conventions, besides numerous special mentions. »

  7. (en) Monroe City Democrat, « Miss Belle Johnson leaves next week for St. Louis », Monroe City Democrat,‎ (lire en ligne) :

    « During her absence her Studio will be as usual in charge of her efficient assistant. Miss Julia McClintic. »

  8. (en) « Monroe City: day 3 », sur Faces of Rural America (Massillon Museum), (consulté le 3 mars 2017)
  9. Monroe City, News 1 Novembre 1894, page 1
  10. Western Camera Notes, numéro 10, octobre 1903
  11. a et b (en) « Teaching kittens to look pleasant », sur Library of Congress, (consulté le 10 janvier 2016)
  12. (en) « What the Women Federation of the Photographers' Association of America has to offer. », Wilson's Photographic magazine, vol. XLVII, no 641,‎ , p. 195-196 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :