Bella Ouellette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bella Ouellette
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Bella Ouellette, de son vrai nom Agnès Martine Ouellette, née à Montréal le [1] et décédée à Montréal le [2], est une comédienne québécoise.

Elle travaille essentiellement sur les scènes des théâtres et à la radio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bella Ouellette fait ses débuts à l'âge de treize ans à côté de M. Louis Labelle et Mme Blanche de La Sablonnière, artistes célèbres à l'époque[3]. Elle fait ses débuts professionnels au Monument national (Montréal) avec Paul Cazeneuve.

Par la suite, Bella Ouellette connait une grande carrière sur les scènes des théâtres montréalais du début des années 1900 jusqu'à la fin des années 1930. Elle est l'actrice principale de la troupe de Julien Daoust[4].

Elle épouse Julien Daoust le 14 février 1906, à Ste-Brigide, Montréal[5]. Ils se séparent en 1919 et elle crée sa propre troupe de théâtre en 1922 avec Jeanne Demons (la Troupe Ouellette-Demons)[6]

D'ailleurs, au cours des années 1920, elle est considérée comme l'une des grandes actrices de théâtre du Québec[7].

Au début des années 1930, elle est active au sein de la troupe de théâtre que Fred Barry, mise sur pied avec le comédien Albert Duquesne. La Troupe Barry-Duquesne s'installe dès le début au cinéma Chanteclerc (à Montréal), connu éventuellement sous le nom de Théâtre Stella. Fred Barry et Albert Duquesne sont entourés au sein de cette troupe par Bella Ouellette, Marthe Thiéry, Antoine Godeau, Pierre Durand, Mimi d'Estée, Henry Deyglun, Jeanne Demons et Gaston Dauriac[8]. La Troupe Barry-Duquesne, accompagnée du Quatuor Alouette, s'embarque pour Paris en 1937. Bella Ouellette et les autres membres de la troupe y jouent une pièce d'Henry Deyglun, Vers la terre canadienne. Pour la première fois, une troupe québécoise présente une pièce du Québec en France.

Devant le marasme que connaît le théâtre à Montréal à partir des années 1930, elle se tourne aussi vers la radio et joue en fin de carrière dans les premiers feuilletons radiophoniques tel Un homme et son péché.

Elle épouse Fred Barry en 1944[9].

Le fonds d'archives de Fred Barry et Bella Ouellette est conservé au centre d'archives de Montréal à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de baptême de Marie Agnès Martine Ouellette de la Basilique-Notre-Dame de Montréal, naissance 1046 de l'année 1886. Baptisée le 24 octobre 1886 et née le 19 octobre, en ligne sur le site de FamilySearch.
  2. Le monde du théâtre perd Bella Ouellette dans le journal montréalais Le Jour, édition du 8 décembre 1945, page 7
  3. Raoul Léry, Canada qui chante. Revue musicale, artistique, littéraire, illustrée, Montréal : vol. 2, n° 6 (juin 1928), p. 1-2.
  4. Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, 2008, p.303
  5. "Archives Nationales".
  6. Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, 2008, p.304
  7. Raymonde Bergeon et Marcelle Ouellette, Radio-Canada 1936-1986
  8. Bilan du siècle
  9. Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, 2008, p 34
  10. Fonds Fred Barry et Bella Ouellette (MSS446) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Sources[modifier | modifier le code]