Behice Boran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Behice Boran
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Députée à la Grande Assemblée nationale de Turquie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Parti ouvrier de Turquie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Behice Sadik Boran, née le 1er mai 1910 à Bursa et morte le 10 octobre 1987 à Bruxelles, est une femme politique et sociologue turque, qui a été aussi présidente du Parti ouvrier de Turquie.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de son père, des tatars originaires de Kazan[1], s'installent en Empire ottoman dans les années 1890. Son père travaille dans le commerce des céréales. Elle naît à  Bursa en 1910. Elle est la plus jeune de la fratrie[2].

Elle commence ses études à Bursa. Pendant la guerre d'indépendance, lorsque les Grecs entrent dans la ville, sa famille émigre à Istanbul. Elle poursuit ses études dans une école de religieuses françaises, puis entre au Collège américain pour filles, l'American collège[1],[3]. En 1933, elle est professeur d’anglais à Manisa, ville où s’est installée la famille après le décès de son père[1]. En 1934, elle obtient, par l'intermédiaire d'un de ses anciens professeurs, une bourse pour reprendre des études à l'université du Michigan. Elle y mène un doctorat de sociologie[4],[1].

En 1939, elle devient professeur associé puis titulaire de la chaire de sociologie, créée à la faculté de langues, d'histoire et de géographie, au sein de l'université d'Ankara[5],[6]. Elle mène des recherches sur le milieu rural en Turquie, et constitue, avec ses études sur les villages de la région de Manisa (Toplumsal yapı araştırmaları (Recherches sur la structure sociale)), un cadre d'analyses qui sert de référence à des générations de chercheurs[7],[6]. Au cours de la même période, elle participe à l'équipe de rédaction de publications de gauche, est membre du parti communiste turque (TKP), se marie en 1946 avec Nevzat Hatko, mais est contrainte en 1948, dans le climat de guerre froide qui s'installe, de quitter son poste à l'université, et d'arrêter son enseignement et ses recherches. Avec son mari, elle ouvre un bureau de traduction[1]. En 1950, elle est incarcérée et condamnée à 15 mois de prison pour ses prises de position contre le gouvernement de Menderes et contre la participation de l'armée turque à la guerre de Corée, mais est libérée périodiquuement pour raisons de santé. C'est dans ces conditions, à 41 ans, qu'elle donne naissance à un fils, Dursun, en septembre 1951[1].

En 1962, elle devient membre du Parti ouvrier de Turquie. Elle est élue député aux élections de 1965 pour la province de Şanlıurfa[8]. En 1975, elle devient présidente du Parti ouvrier de Turquie[1]. Après le coup d’État militaire du 12 mars 1971 elle est de nouveau arrêtée. Elle est condamnée à 15 ans de prison. Mais en 1974 elle bénéficie de l'amnistie générale et redevient libre. Peu de temps après le coup d'état militaire du 12 septembre 1980, les partis politiques sont interdits. Elle est placée en résidence surveillée, puis quitte la Turquie[9].

En 1981, la citoyenneté turque lui est retirée[8]. Elle meurt en octobre 1987 à Bruxelles, deux jours après avoir annoncé la fusion du Parti ouvrier et du Parti communiste turc[9]. Dans une volonté d'apaisement, le gouvernement turc autorise le retour en Turquie de sa dépouille, drapée dans le drapeau national, et l'organisation d'une cérémonie officielle devant l'Assemblée nationale. Quinze mille personnes participent aux obsèques[10]. Elle est inhumée à Istanbul au cimetière de Zincirlikuyu.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Toplumsal Yapı Araştırmaları (İki Köy Çeşidinin Mukayeseli Tetkiki), Türk tarih kurumu basımevi, 1945.
  • Edebiyat yazıları, Istanbul, Sarmal , 1992.
  • Türkiye ve sosyalizm sorunları, İstanbul, Sarmal yayınevi , 1992.
  • Savunma, 1992.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Platon,1944, Devlet Adamı, İstanbul: Maarif Vekilliği (Mehmet Karasan'la Birlikte).
  • Harley Granville-Barker, 1946, Voysey Mirası, İzmir : Tülin.
  • John Steinbeck, 1964, Sardalya Sokağı, İstanbul : Batı.
  • Howard Fast, 1966, Hürriyet Yolu, İstanbul : İstanbul Matbaası.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Khoojinian 2009, p. 107-130.
  2. Atılgan 2007, p. 17-28.
  3. Atılgan 2007, p. 27-35.
  4. Atılgan 2007, p. 35-41.
  5. Atılgan 2007, p. 45.
  6. a et b Aksaz 2013, p. 594.
  7. Atılgan 2007, p. 151-154.
  8. a et b Biyografi.net
  9. a et b Rédaction LM 1987, Le Monde.
  10. Corresp. 1987, Le Monde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rédaction LM, « Turquie : Décès de Behice Boran, dirigeante du parti des travailleurs », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Corresp., « Turquie : Quinze mille personnes aux obsèques de Béhicé Boran », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (tr) Gökhan Atılgan, Behice Boran : Öğretim Üyesi, Siyasetçi, Kuramcı, Yordam Kitap, .
  • Mazyar Khoojinian, « L'exil belge de Behice Boran, présidente du Parti Ouvrier de Turquie (1981-1987) », dans Anne Morelli (dir.), Femmes exilées politiques : exhumer leur histoire, Éditions de l'Université libre de Bruxelles, , 107-130 p. (lire en ligne).
  • Elif Aksaz, « Boran, Behhice Sadik [Bursa 1910 - Bruxelles 1987] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 594.
  • (tr) « ARŞİV ODASI: Behice Boran, 1983 », BBC,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]