Beffroi de Nuits-Saint-Georges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Beffroi de Nuits-Saint-Georges
Nuits-st-georges-beffroi.jpg
Beffroi de la place de la république à Nuits-Saint-Georges.
Présentation
Type
Destination initiale
Style
Inspiration flamande
Construction
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
1 Grande-RueVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne
voir sur la carte de Bourgogne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Côte-d’Or
voir sur la carte de la Côte-d’Or
Red pog.svg

Le beffroi de Nuits-Saint-Georges est un beffroi d'inspiration flamande du XVIIe siècle à Nuits-Saint-Georges en Côte-d'Or en Bourgogne-Franche-Comté. Il est inscrit aux monuments historiques depuis le [1].

Historique[modifier | modifier le code]

Entre 1610 et 1619[2], le bâtiment carré qui intègre le beffroi est construit dans le centre historique commerçant de la cité, sur l'actuelle place de la république, sur la route des Grands Crus du vignoble de Bourgogne, à 5 km du château du Clos de Vougeot.

Entre 1619 et 1629, le beffroi de deux étages et une cave, est intégré dans le bâtiment précédent à titre de tour de garde, avec l'ajout au somment en 1633 d'un campanile en forme de lanterneau octogonal doté d'un carillon automatique de plusieurs cloches pour rythmer la vie de la cité, l’une d’elles, datant de 1619, étant classée[3].

L'ensemble abrite l’hôtel de ville jusqu’en 1833. Le bailliage où se réunissaient les échevins, est situé derrière, avec des halles en bois qui séparaient les deux.

Depuis la démolition du bailliage en 1832 et des halles en 1848, libérant une grande place, le beffroi est devenu et reste un des monuments historiques symboliques de la ville.

En 1933, Paul Gasq érige le monument du sculpteur nuiton Paul Cabet (1815-1876), élève et gendre du sculpteur dijonnais François Rude, sur la façade du beffroi au-dessus d'une fontaine.

L'édifice recouvert de vigne vierge est restauré en 1989 et fait toujours entendre son carillon automatique. Il n'est pas ouvert à la visite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00112573, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Date inscrite sur le fronton de la fenêtre la plus haute, côté rue Crébillon.
  3. L’église Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges du XIIIe siècle abrite également un carillon manuel de 37 cloches à l'intérieur de son clocher.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]