Bechara El-Khoury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Béchara el-Khoury
Bechara El-Khoury
Naissance
Beyrouth, Liban
Activité principale Compositeur
Style Musique contemporaine
musique symphonique, musique concertante
Activités annexes poète
Lieux d'activité Paris, France
Années d'activité Depuis 1979
Maîtres Hagop Arslanian, Pierre Petit
Récompenses Prix Rossini (2000)
Distinctions honorifiques chevalier de l'Ordre National du Cèdre du Liban

Compositeur et poète franco-libanais, Bechara El-Khoury est né le 18 mars 1957 à Beyrouth.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Ses débuts artistiques sont très précoces, mais ce n'est qu'en 1969 qu'il commence de sérieuses études musicales  à  Beyrouth,  sous  la  direction  d'Hagop  Arslanian  (piano,  harmonie,  contrepoint,  fugue  et analyse), tout en poursuivant des études supérieures.

Entre 1971 et 1973, il publie trois recueils de poèmes. En 1973, il est maître de chapelle à l'église Saint-Élie à Antélias, près de Beyrouth. Il se partage alors entre la composition de musique pour chœurs et pour orchestre.

En 1979, Bechara El-Khoury se rend à Paris afin d'y perfectionner son métier de compositeur auprès de Pierre-Petit (composition et orchestration). Depuis cette année, il réside à Paris. Il est membre du jury aux concours de l’École Normale Supérieure de Musique de Paris et à Radio France.

En 1983, Erato enregistre un album de deux disques exclusivement consacré à la musique symphonique et concertante de Bechara El-Khoury. Cet enregistrement est réalisé par l'Orchestre Colonne dirigé par Pierre Dervaux, avec le concours du pianiste américain David Lively.

La même année, un grand concert de gala télévisé est organisé au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, dans le cadre du « Centenaire Khalil Gibran », au cours duquel l'Orchestre Colonne et Pierre Dervaux interprètent un programme entièrement constitué d'œuvres du compositeur.

En 1985, il compose sa Symphonie op. 37,  Les Ruines de Beyrouth, en souvenir de la guerre du Liban de 1975.

En 1994, la Lebanese Broadcasting Corporation International, (L.B.C.I.) première chaîne de télévision au Liban, lui décerne le « Prix des Arts et de la Culture ».

En  1996, le label  Forlane  réédite  en  2  CD l’ensemble  des  enregistrements de sa musique  symphonique  et concertante réalisé par David Lively, Gérard Poulet, Abdel Rahman El Bacha et l’Orchestre Colonne dirigé par Pierre Dervaux. Cette même année, la création de son Sextuor pour violons, commande de Shlomo Mintz pour ses master-classes, est filmée à Tel-Aviv et fait l’objet d'une projection publique en 1997 au Carnegie Hall à New York.

En 2000, Bechara El-Khoury reçoit le « Prix Rossini » de l’Académie des Beaux-Arts (Institut de France) puis en 2001 il est promu « Chevalier dans l'Ordre National du Cèdre du Liban ».

En 2002, il commence sa collaboration avec le label Naxos.

En 2003 à Londres,  il  est  finaliste avec Les Fleuves engloutis opus 64 au Concours International  de Composition pour orchestre le « Masterprize ».  Cette même œuvre a été créée  sous la direction de Daniel Harding par le London Symphony Orchestra au Barbican Hall (2003) et reprise par l’Orchestre national de France sous la direction du même chef au Théâtre des Champs-Elysées (2004).

En  janvier  2006,  le  London  Symphony  Orchestra  enregistre  deux  œuvres  majeures  de  Bechara  El-Khoury : New York, Tears and Hope, dédiée aux victimes du 11 septembre 2001 (chef : Martyn Brabbins) ainsi que Les Fleuves Engloutis (chef : Daniel Harding).

Le 25 mai 2006, son concerto pour violon, opus 62,  Aux frontières de nulle part est  créé par Sarah Nemtanu et  l’Orchestre national de France sous la direction de Kurt Masur au Théâtre des Champs-Elysées.

Le 26 juin 2007, première mondiale de New York, Tears and Hope, par l’Orchestre Symphonique de Détroit, sous la direction de Peter Oundjian  au Detroit Concert Hall.

Le 12 mars 2009 Unfinished Journey pour violon et orchestre à cordes, a été créée à Berlin par le violoniste britannique Daniel Hope, et la Kammerakademie Potsdam pour le dixième anniversaire de la mort de Yehudi Menuhin (commande du Menuhin Festival Gstaad dont Bechara El-Khoury était compositeur en résidence pour l’été 2009).

Le 18 septembre 2009 dans le cadre du Festival Présences à Radio France, le Concerto pour cor et orchestre, The Dark Mountain, est créé par David Guerrier et L’Orchestre national de France sous la direction de Jean-Claude Casadesus (commande de Radio France).

Le 9 juin 2010, est créé le Poème Nocturne pour flûte et orchestre à la Salle Pleyel par Vicens Prats et l’Orchestre de Paris sous la direction d’Eivind Gullberg-Jensen (commande de l’Orchestre de Paris à la mémoire de Jean-Pierre Rampal).

Le 18 juin 2011, création de son War Concerto par le violoniste Daniel Hope en Allemagne (NDR Symphony Orchestral Hamburg, chef Cornelius Meister).

Le 5 novembre 2012, création mondiale de son Poème symphonique n° 6, Espaces-Fragmentations (commande de Radio France) au Théâtre des Champs-Elysées, par l’Orchestre national de France sous la direction de Daniele Gatti.

Le 11 septembre 2013 se tient la création mondiale par l’Orchestre de Paris sous la direction de Paavo Järvi de l'œuvre Orages (commande de l’Orchestre de Paris) à la Salle Pleyel.

Eté 2013, à l’occasion de sa résidence au Festival « Musique à l’Empéri » où 8 concerts de ses œuvres sont donnés, seront créées deux pièces commandées par le festival : 7 pièces picturales brèves pour flûte, clarinette et piano par Emmanuel Pahud, Paul Meyer et Eric Le Sage ainsi que Mare Nostrum pour 10 instruments.

En juin 2015 Bechara El-Khoury est promu sociétaire honoris causa de la SACEM.

Son catalogue comprend plus d’une centaine œuvres qui ont été accueillies dans différents lieux :

  • Théâtre des Champs-Elysées, Salle Pleyel, Théâtre du Châtelet, Radio France, Salle Gaveau, Salle Cortot à Paris, Opéra Berlioz/Le Corum à Montpellier, Festival Présences à Paris et Flâneries de Reims
  • Barbican Hall, St Luke Church, Leighton House Museum à Londres et BBC
  • Philharmonie de Kiev
  • Festival de Gstaad en Suisse
  • Cairo Opera House
  • Grand Sérail, Assembly Hall (American University), Cathédrale St Joseph à Beyrouth
  • Théâtre Noga et Recanatti Hall à Tel‑Aviv, Radio Télévision d'Israël.
  • Orchestra Hall, Detroit (USA)
  • Festival Mecklenburg-Vorpommern

Elles ont aussi été interprétées par de nombreuses formations :

  • l’Orchestre National de France
  • le London Symphony Orchestra
  • l’Orchestre de Paris
  • l'Orchestre Colonne
  • l’Orchestre National de Montpellier
  • l'Orchestre Symphonique Français
  • l’Orchestre Philharmonique de Moscou
  • l'Orchestre Symphonique du Caire
  • l’Orchestre de Chambre d’Israël
  • l'Orchestre Symphonique National d'Ukraine
  • le Lebanese National Symphony Orchestra
  • le Detroit Symphony Orchestra
  • le Dearborn Symphony Orchestra (Michigan)
  • Kammerakademie Potsdam
  • Camerata Salzburg
  • l’Orchestre Symphonique du Liban
  • NDR Symphony Orchestra Hamburg
  • Aspen Chamber Symphony Orchestra
  • l’Orchestre du Konzerthaus de Berlin
  • l’Orchestre de Chambre d’Europe
  • l’Orchestre de Chambre de Bâle
  • le Hallé Orchestra
  • Gävle Symfoniorchester (Suède)
  • l’Ensemble Orchestral de Paris
  • l’Ensemble de Basse-Normandie
  • l’Orchestre Philharmonique d’Oslo
  • la Philharmonique Tchèque
  • l’Orchestre des Pays de Savoie…

Certaines de ses œuvres ont fait l'objet de commandes de : Radio France, l’Orchestre de Paris, Musique Nouvelle en Liberté, l'Orchestre Symphonique Français, les Master classes de Shlomo Mintz, l'École Normale de Musique de Paris, Sommet de la Francophonie, le Menuhin Gstaad Festival, Festival Présences Paris, le Festival des Flâneries de Reims, le Festival de Mecklenburg-Vorpommern, le Concours Long/Thibaud/Crespin.

Elles sont publiées aux Éditions Max Eschig, aux Editions Durand et aux Editions Alphonse Leduc.

« Sa production musicale, à travers laquelle s’exprime un humanisme basé sur une spiritualité chrétienne sous-jacente, est dominée par des œuvres symphoniques et concertantes ».  (Gérald Hugon)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique instrumentale[modifier | modifier le code]

  • DIX PIÈCES POUR ENFANTS op.12 (1980) Pour piano
  • SONATE Nº1 op.35 (1984) Pour piano
  • MÉDITATION op.39 (1986) Pour clarinette basse en si bémol
  • THÈME ET VARIATIONS op.45 (1987) Pour piano
  • ÉTUDE op.51 (1992) Pour piano
  • WAVES op.60 (1998) Pour piano
  • SONATE Nº2 op.61 (1998) Pour piano
  • SOUVENIRS DE LA MER PHÉNICIENNE op.63 (2000-2001)
  • FLÂNERIE PARIS-REIMS op.79 (2009) Pour piano
  • FRAGMENTS OUBLIÉS op.66 (2002) Pour piano

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • MÉDITATION POÉTIQUE op.41 (1986) (Pour violon & orchestre)
  • RÊVE op.43 (1987) Pour flûte & piano
  • QUINTETTE op.46 (1988) « VARIATIONS SANS THÈME » Pour quintette à vent
  • SEXTUOR op.58 (1996) Pour six violons (minimum)

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • POÈME op.2 (1979) « LE REGARD DU CHRIST »
  • DANSE op.9 (1980) « DANSE DES AIGLES » Pour orchestre
  • SÉRÉNADE Nº1 op.10 (1980) « FEUILLES D'AUTOMNE » Pour cordes
  • POÈME SYMPHONIQUE no 1 op.14 (1980) « LE LIBAN EN FLAMMES » Pour orchestre
  • REQUIEM op.18 (1980) «AUX MARTYRS LIBANAIS DE LA GUERRE» Pour orchestre
  • SÉRÉNADE Nº2 op.20 (1981) Pour orchestre à cordes
  • IMAGE SYMPHONIQUE op.26 (1982) « LES DIEUX DE LA TERRE » Pour orchestre
  • SUITE SYMPHONIQUE op. 29 (1982) « LA NUIT ET LE FOU » Pour orchestre
  • POÈME SYMPHONIQUE no 3 op.34 (1983) « VISION » Pour orchestre
  • SYMPHONIE op.37 (1985) « LES RUINES DE BEYROUTH » Pour orchestre
  • OUVERTURE-FANTAISIE op.42 (1986) « LE VOYAGEUR ET SON OMBRE » Pour orchestre
  • MÉDITATION SYMPHONIQUE op.53 (1993) « COLLINE DE L'ÉTRANGE » Pour orchestre
  • HARMONIES CRÉPUSCULAIRES op.55 (1995) « À LA MÉMOIRE DE PIERRE DERVAUX »
  • POÈME SYMPHONIQUE Nº4 op.59 (1997) « LE VIN DES NUAGES » Pour orchestre
  • LES FLEUVES ENGLOUTIS op.64 (2001) Pour orchestre
  • NEW-YORK, TEARS AND HOPE op.65 (2001/2005) « In memory of the victims of 9/11 » Pour orchestre

Orchestre avec soliste(s)[modifier | modifier le code]

  • POÈME Nº1 op.11 (1980) Pour piano & orchestre
  • POÈME Nº2 op.22 (1981) Pour piano & orchestre
  • CONCERTO op.36 (1984) Pour piano & orchestre
  • MÉDITATION POÉTIQUE op.41 (1986) Pour violon & orchestre

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • POÈME LYRIQUE op.44 (1987) « LE CHANT D'AMOUR » Pour soprano & orchestre
  • POÈME LYRIQUE op.44 (1987) « LE CHANT D'AMOUR » Réduction pour soprano & piano


Discographie[modifier | modifier le code]

Août 2002[modifier | modifier le code]

Les Ruines de Beyrouth (1985)

CD, Œuvres symphoniques,

Ukraine National Symphony Orchestra, direction : Vladimir Sirenko

Ref.8.557043. NAXOS

Avril 2006[modifier | modifier le code]

                Requiem pour Orchestre (1980)

                CD, Œuvres symphoniques, Orchestre Colonne, direction : Pierre Dervaux

                Ref.8.557691. NAXOS

Juillet 2006[modifier | modifier le code]

                Concerto pour piano (1984)

                CD, Œuvres concertantes, piano : David Lively, Abdel Rahman El Bacha, Violon : Gérard Poulet, Orchestre Colonne, direction : Pierre Dervaux

                Ref. 8.557692. NAXOS 

Septembre 2006[modifier | modifier le code]

New-York, Tears and Hope (2001-2005), The Rivers Engulfe

CD, Œuvres symphoniques, Œuvres pianistiques, piano : Dimitiri Vassilakis,

                Hidéki Nagano (Solistes de l’Ensemble Intercontemporain)

                London Symphony Orchestra, direction : Daniel Harding, Martyn Brabbins

Ref. 8.570134. NAXOS

Juillet 2014[modifier | modifier le code]

                Orchestre national de France, Orchestre de chambre de Paris, direction :  Kurt Masur, Jean-Claude Casadessus, Olari Elts. Trois concertos:  violon n°1, clarinette et cor, par Sarah Nemtanu, Patrick Messina et David Guerrier.

Ref. 8.572773. NAXOS

Ces 5 CD ont obtenu chacun les 3 étoiles dans le Penguin Guide to CDs and DVDs  2006- 2007,  2008 et 2014 .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zeina Saleh Kayali, Compositeurs libanais XXe et XXIe siècles, Séguier,‎