Beauwelz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beauwelz
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Momignies
Code postal 6594
Zone téléphonique 060
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 57″ nord, 4° 09′ 24″ est
Superficie 609 ha = 6,09 km2
Localisation
Localisation de Beauwelz
Localisation de Beauwelz au sein de Momignies
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Beauwelz
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Beauwelz
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Beauwelz

Beauwelz (en wallon Beawé) est une section de la commune belge de Momignies, située en Région wallonne dans la province de Hainaut. La commune est bornée au nord, à l'est et au sud par Momignies et à l'ouest par Anor (France). Source de l'Eau d'Anor, qui se dirige vers la France.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Histoire[1][modifier | modifier le code]

La 1re mention du nom du village date du début du XIVe siècle. Beauwelz est l’un des villages appelés les neuf villes du sart de Chimay, qui ont appartenu au seigneur de Chimay jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. En 1406, on y compte 15 feux ou maisons et 6 seulement en 1445, suite aux continuels de passages de troupes qui pillent et détruisent tout.

Le moulin à eau est détruit par les Français en 1544 ; il sera converti par la suite en fourneau par les Lobbet et Jacquier. En 1602, il appartient à Laurent Polchet, d'Eppe-Sauvage, qui a épousé Catherine Jacquier, et qui sera mayeur de Sivry six ans plus tard.

Une chapelle, desservie par le vicaire de Momignies, est construite en 1631 ; en 1803, la paroisse devient autonome et en 1840, on construit l'église actuelle dédiée à saint Quentin.

En 1829, la commune compte 667 habitants et 134 maisons couvertes de chaume pour les ¾ d'entre elles et d’ardoises pour le restant. Les bois couvrent 188 bonniers; au début du XXe siècle, on compte 18 voituriers dans la commune. A la même époque, on recense 41 chevaux, 5 poulains, 154 bêtes à cornes, 31 veaux, 20 porcs et 18 ruches. On cultive surtout les pommes de terre, base de la nourriture, et l’on produit du beurre et du fromage. Il existe alors 30 métiers de fabrication de bas en laine, pour le compte de fabricants de bonneterie qui fournissent la laine provenant des provinces de Namur et de Liège. Les femmes, elles, filent la laine. Il y a aussi 3 métiers à tisser le lin. La saboterie se développe au milieu du XIXe siècle ; au début du Xe siècle, neuf patrons occupent 36 ouvriers.

Le , on a inauguré deux stèles fixées sur un bloc de pierre en souvenir des Cadets de Gascogne qui ont libéré la commune le et à la mémoire du caporal Seillier, qui sonna l’armistice deux jours plus tard.

Le , l’abbé Desmoutiers, curé, et M. Delahaye, instituteur, sont conduits comme otages au casino de Dinant, en compagnie d’une trentaine de personnes.

Beauwelz.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le Musée de Cerfontaine a publié deux cahiers sur la commune

  • État civil de Beauwelz au 19e s. (André Lépine ; cahier no 276, 56 pages) ;
  • Beauwelz - Conseils communaux 1836-1976. Notes d’histoire (André Lépine ; cahier no 277, 37 pages).

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Lépine, Beauwelz - Les conseils communaux 1836-1976. Notes d’histoire

Liens externes[modifier | modifier le code]