Beaumont (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont.
Beaumont
Pont de l'Artigue.
Pont de l'Artigue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Armagnac-Ténarèze
Intercommunalité Communauté de communes de la Ténarèze
Maire
Mandat
Jacques Maury
2014-2020
Code postal 32100
Code commune 32037
Démographie
Gentilé Beaumontois, Beaumontoise
Population
municipale
140 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 50″ nord, 0° 17′ 10″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 152 m
Superficie 7,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Beaumont

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont

Beaumont est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Beaumontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive gauche de l'Osse à 7 km à l'ouest de Condom, et sur la Via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Beaumont se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Mario Spagnoli[2] DVD, ex-CNI  
2014 en cours Jacques Maury DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 140 habitants, en augmentation de 0,72 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
225 209 223 233 231 400 402 355 355
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
328 304 304 285 294 286 253 239 232
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
200 208 206 220 214 204 204 195 195
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
144 139 105 114 112 102 139 140 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête communale : 1er dimanche de septembre[7] ;
  • Fête locale : avant-dernier dimanche de juillet[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre Dame de Vopillon[8] (XIIe siècle) est en cours de restauration. Elle bénéficie du soutien de la "Fondation du Patrimoine" qui fonctionne grâce aux dons de souscripteurs. L'Association locale ARTIGA dont le but est de promouvoir et/ou de participer à la sauvegarde du patrimoine local, soutient également cette restauration.
  • Le pont de l'Artigue[9] :N43°56.037 E0°18.333 pour franchir l'Osse, à l’ouest de Condom, le chemin qui conduit au pont de l’Artigue est le début d’une voie connue sous le nom de "Via publica Sancti Jacobi", route publique de Saint-Jacques-de-Compostelle, et qui mène jusqu’aux Pyrénées. Ce pont aux quatre arches inégales, fut construit sur l'Osse – à l'emplacement d'un très vieux pont romain – pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle : le propriétaire en était le diocèse de Compostelle. Il y avait à proximité un hôpital et une chapelle tenue par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ils sont remplacés, en 1254, par les chevaliers de Saint-Jacques de l'Epée.
    Quinze ans plus tard, ils le cédèrent aux chevaliers de Saint-Jacques de la Foi et de la Paix, fondés par un archevêque d'Auch. Il ne reste rien de l'hôpital monastère qui était à côté. La rumeur dit que les pierres ont servi à construire en 1860 une métairie située à proximité. La chapelle (notée "Chapelle de l'Artigue" sur la carte de Cassini) a été desservie jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, puis a été vendue comme Bien national en 1793 pour 700 livres.
    Depuis quelque temps, le pont menace de s'effondrer : ce dossier est de la compétence de la Communauté de Communes de la Ténarèze (Condom)qui en a interdit l'accès dans un premier temps sauf pour les piétons (le GR 65 franchit le pont).
    Le pont a été classé au patrimoine mondial de l'Humanité de l'Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France[10].
    Dimensions principales :
Largeur de chaussée : 2,90 m
Longueur du pont : 29,30 m
Ouverture de la plus grande arche : 7,90 m
C'est l'un des rares monuments témoins contemporains du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • Château de Beaumont[11] que Louis de Pardailhan, marquis de Montespan « enterré vivant dans ses terres » a embelli. Il a été reconstruit de 1606 à 1622 par Pierre Souffron.
    Il se caractérise par de beaux parquets, de larges terrasses et une élégante galerie d'arcades surplombant la partie des douves conservées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plan séisme
  2. Site de la préfecture - fiche de Beaumont
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. a et b Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)
  8. Notice no PA00094735, base Mérimée, ministère français de la Culture : Eglise de Vopillon
  9. Marcel Prade, Les ponts monuments historiques, pp. 194, Librairie ancienne Brissaud, Poitiers, 1988 (ISBN 2-902170-54-8)
  10. UNESCO Patrimoine mondial : Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France
  11. Notice no PA00094734, base Mérimée, ministère français de la Culture : Château de Beaumont
  12. Le Point, 2 août 2007, p 87