Beaumarchés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beaumarchés
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Blason de Beaumarchés
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Pardiac-Rivière-Basse
Intercommunalité Communauté de communes Bastides et Vallons du Gers
Maire
Mandat
Gérard Castet
2014-2020
Code postal 32160
Code commune 32036
Démographie
Gentilé Beaumarchésien, Beaumarchésienne
Population
municipale
678 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 12″ nord, 0° 05′ 26″ est
Altitude 177 m (min. : 129 m) (max. : 246 m)
Superficie 32,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Beaumarchés

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Beaumarchés

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumarchés

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumarchés

Beaumarchés (Bèumarchés en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bastide située dans le vignoble des Côtes-de-Saint-Mont l'ancienne route nationale la route nationale 646 entre Courties et Plaisance. Du balcon dominant la vallée d'Arros,la vue sur la chaine des Pyrénées est grandiose.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Beaumarchés se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Laüs, affluent gauche du Bouès, conflue sur la commune.

Le ruisseau de Larté, tributaire gauche de l'Arros, traverse le territoire de Beaumarchés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

vue sur la plaine depuis le hameau de Cayron

Son nom provient d'Eustache de Beaumarchès, grand bâtisseur de bastides dans le Sud-Ouest de la France dans le cadre de sa fonction de sénéchal à Toulouse à partir de 1272. Toutefois, le village a connu ces dernières années un mitage de maisons individuelles quelconques dans sa périphérie qui ressort d'une perte de clairvoyance et de culture historique et urbaine par les acteurs (habitants, élus) de ces méfaits.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bastide est créée par pariage entre le sénéchal Eustache de Beaumarchais représentant le roi Philippe Le Hardi dans le Sud-Ouest, et le comte de Pardiac en 1288. Le vaste territoire de la bastide englobe alors Mondebat, Scieurac, Flourès, Armous-et-Cau, Monterran. Cependant la ville végète et ne connait pas un fort développement[2].

La paroisse de Beaumarchés, avec celle de Marciac, fut une des nombreuses enclaves de la Jugerie de Rivière-Verdun dans le comté d'Armagnac jusqu'à la Révolution française. L'ancienne abbaye de Case-Dieu faisait partie de ce territoire.

Beaumarchés a construit un Réseau d'Initiative Public Wi-Fi (Aménagement Numérique) qui permet depuis 2006 aux habitants de bénéficier d'offres internet haut débit via le FAI als@tis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Beaumarchés

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours Gérard Castet[3] MDC puis MRC Retraité fonction publique
Conseiller général du Canton de Plaisance (2011-2015)
Conseiller départemental depuis 2015
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 678 habitants, en diminution de -0,44 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 925 2 232 2 188 2 315 1 679 1 378 1 363 1 381 1 356
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 291 1 237 1 246 1 219 1 187 1 136 1 140 1 118 990
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
971 903 784 787 769 745 696 706 690
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
620 544 548 549 588 663 679 678 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 342 €[9].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Viticulture : Côtes-de-saint-mont (AOVDQS)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Place centrale

Sur la place principale, quelques couverts typiques du Sud-Ouest de la France.

Édifices religieux

L'église Notre-Dame est un édifice de style gothique datant du XIVe siècle. Elle est de plan toulousain avec une nef unique et un chœur polygonal. Son massif clocher-porche rappelle celui de la collégiale de Villefranche-de-Rouergue.A remarquer la frise de figures grimaçantes.

Située sur un coteau voisin, l'église Saint-Pierre de Coustens est, elle, une construction romane du XIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à trois fleurs de lis d’or à l’inscription d'argent « SEEL DE LA VILLE DE BEAUMARCHEZ » en orle à la pointe de l'écu[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plan séisme
  2. B. Cursente, G. Loubès: "Villages Gersois" (Publication de la Chambre d'Agriculture du Gers, 1991)
  3. Site de la préfecture - fiche de Beaumarchés
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)
  9. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  10. Armorial de France