Beauficel-en-Lyons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Beauficel.
Beauficel-en-Lyons
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Andelys
Canton Canton de Lyons-la-Forêt
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Lyons-la-Forêt
Maire
Mandat
Jean-Marc Mouquet
2014-2020
Code postal 27480
Code commune 27048
Démographie
Population
municipale
189 hab. (2012)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 29″ N 1° 31′ 25″ E / 49.4081, 1.523649° 24′ 29″ Nord 1° 31′ 25″ Est / 49.4081, 1.5236  
Altitude Min. 113 m – Max. 163 m
Superficie 7,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauficel-en-Lyons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauficel-en-Lyons

Beauficel-en-Lyons est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Belfuissello en 1147[1],[2].

Selon Albert Dauzat, fuissel est un diminutif de fût au sens de « tronc d’arbre », associé à l'adjectif bel > beau[3], d'où le sens global de « beau tronc d'arbre ».

François de Beaurepaire donne au terme fuissel la signification de « bois d'œuvre » et par extension « forêt où il y a du bois d'œuvre, fûtaie »[4]. René Lepelley reprend les termes du précédent[5], sans citer cependant de forme ancienne et en formulant de manière ambiguë l’étymologie ultime des mots fuissel et bel, confondue avec la réalité médiévale de la formation toponymique.

En effet, le gallo-roman FUSTELLU a abouti à l’ancien français fuissel. FUSTELLU est dérivé à partir du radical FUST- (issu du latin fustis « bois coupé, bâton ») à l'aide du suffixe -ELLU (latin classique -ellus). Le latin fustis a de son côté donné l’ancien français fust > fût (d’un arbre), d'où fustaie > fûtaie[6]. En revanche, la formation toponymique Beauficel est médiévale et repose sur les termes d'ancien français bel et fuissel qui ont évolué par la suite en beau et *fissel (avec une graphie -ficel inspirée du mot ficelle). L'évolution phonétique fuissel > *fissel est caractéristique du normand.
La référence à la forêt de « Lyons » a été ajoutée en 1944.

Homonymie avec Beauficel (Basse-Normandie).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine une lande inculte et stérile hérissée de silex pyromagues, le village a été fondé au XIIe siècle, après les défrichements et les plantations effectués par les moines de l'Abbaye de Mortemer. Jean de France, duc de Normandie à titre honorifique et futur roi de France, revendique en 1343 le patronage de l'église de Beauficel, s'opposant à l’archevêque de Rouen. En 1382, le Parlement de Paris décide que le patron sera alternativement le roi et l'archevêque de Rouen.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Guillaume Alexandre Lamaurÿ    
    Etienne Dufour    
mars 2001 mars 2008 Isambart Dufour    
mars 2008 2014 Paulette Cossin    
mars 2014 2020 Jean-Marc Mouquet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 189 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600 647 641 610 592 535 503 465 458
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
446 433 413 355 323 277 308 268 260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254 250 230 239 242 211 233 224 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
185 147 128 136 150 185 173 171 189
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Thomas Amable Lamaury, juge de paix aux Andelys

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fernand Lechanteur, Jean Adigard des Gautries, « Les noms des communes de Normandie », in Supplément aux Annales de Normandie, 1962, Volume 12, Numéro 12-4, p. 1-11 [1]
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard,‎ 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 61
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963 (réédition Guénégaud 1979), p. 62a
  4. François de Beaurepaire, op. cit.
  5. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 101
  6. Site du CNRTL : étymologie de fût [2]
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, L'Eure, les 675 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre,‎ 2000, 296 p. (OCLC 52820568)

Liens externes[modifier | modifier le code]