Beate Schrott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beate Schrott
Image illustrative de l’article Beate Schrott
Beate Schrott en 2015.
Informations
Disciplines 100 m haies
Période d'activité depuis 2011
Nationalité Drapeau : Autriche Autrichienne
Naissance (31 ans)
Lieu Sankt Pölten
Taille 1,75 m
Poids 70 kg
Entraîneur Sven Rees
Records
12 s 80 (2012)
Palmarès
Championnats d'Europe - - 1
Champ. d'Autriche 12 1 -

Beate Schrott (née le à Sankt Pölten) est une athlète autrichienne, spécialiste du 100 mètres haies.

Biographie[modifier | modifier le code]

En mars 2012, Beate Schrott atteint la finale des championnats du monde en salle d'Istanbul et termine 7e[1]. Durant la saison estivale, elle termine à la 4e place des Championnats d'Europe d'Helsinki en 12 s 98 mais récupère la médaille de bronze, le 30 juin 2015[2], à la suite de la disqualification pour dopage de la Turque Nevin Yanit, initialement vainqueur de l'épreuve[2].

Au mois d'août suivant, l'Autrichienne réalise l'exploit d'entrer en finale des Jeux olympiques de Londres avec un temps de 12 s 83[3], et termine à la 8e place de la finale avec 13 s 07. Toujours face au dopage de Nevin Yanıt, elle est reclassée 7e de cette finale olympique[4].

En 2015, elle se fait une déchirure musculaire en demi-finale des championnats du monde de Pékin[5].

Après une année 2016 chaotique où elle s'entraînait aux Pays-Bas, Beate Schrott rejoint pour la saison suivante le groupe de Sven Rees, à Stuttgart[6]. Elle désire poursuivre sa carrière sportive jusqu'aux Championnats d'Europe 2018 et se décidera alors si elle allongera jusqu'aux Jeux olympiques de 2020[6].

Le 18 février 2018, elle remporte la médaille d'argent aux championnats d'Autriche en salle en 8 s 13, se qualifiant ainsi pour les championnats du monde en salle de Birmingham[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Beate Schrott vit à Vienne. Elle suit des études de médecine depuis 2006 et approche la thèse de diplôme, pour ensuite devenir médecin généraliste[6]. Elle entretient une relation amoureuse avec l'Américain Christian Taylor, champion olympique 2012, 2016 et champion du monde 2011, 2015 et 2017 du triple saut[8]. Ils se sont rencontrés en 2011 à l'occasion des championnats du monde de Daegu puis se sont rapprochés en 2015, lorsque celle-ci a rejoint le groupe de Taylor[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
2011 Universiade Shenzhen 7e 100 m haies 13 s 34
2012 Championnats du monde en salle Istanbul 7e 60 m haies 8 s 12
Championnats d'Europe Helsinki 3e 100 m haies 12 s 98
Jeux olympiques Londres 7e 100 m haies 13 s 07
2013 Championnats d'Europe par équipes Kaunas 3e 4 × 100 m 45 s 18
2015 Jeux Européens Baku 1re 100 m haies 13 s 18
2019 Championnats d'Europe par équipes Bydgoszcz 1re 100 m haies 13 s 36

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Temps Lieu Date
60 m haies En salle 7 s 96 (NR) Drapeau : Autriche Vienne 23 février 2013
100 m haies Plein air 12 s 82 (NR) Drapeau : Suisse Lucerne 17 juillet 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « IAAF: 60 Metres Hurdles Result | IAAF World Indoor Championships 2012 | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 1er janvier 2018)
  2. a et b www.heuta.at, Heute, « Beate Schrott bekommt nachträglich EM-Bronze », Heute.at,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2018)
  3. « IAAF: 100 Metres Hurdles Result | The XXX Olympic Games | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 1er janvier 2018)
  4. « IAAF: 100 Metres Hurdles Result | The XXX Olympic Games | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 1er janvier 2018)
  5. (de) « Schrott will 2018 wieder selbst angreifen », noen.at,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2018)
  6. a b et c www.heuta.at, Heute, « Beate Schrott: Arzt-Job, Liebe & Kids nach Karriere », Heute.at,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2018)
  7. (de) « Schrott läuft WM-Limit », noen,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  8. (de) Salzburger Nachrichten, « Beate Schrott und US-Olympiasieger sind ein Paar », 16 août 2016,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2016)
  9. « How Christian Taylor Plans To Set The Triple Jump World Record », Team USA,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2018)

Lien externe[modifier | modifier le code]