Bayard-sur-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bayard.
Bayard-sur-Marne
Bayard-sur-Marne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Canton Eurville-Bienville
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Christian Dubois
2014-2020
Code postal 52170
Code commune 52265
Démographie
Population
municipale
1 359 hab. (2015 en diminution de 6,47 % par rapport à 2010)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 18″ nord, 5° 04′ 39″ est
Altitude Min. 156 m
Max. 272 m
Superficie 15,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Bayard-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Bayard-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bayard-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bayard-sur-Marne

Bayard-sur-Marne est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Eurville-Bienville Narcy Rose des vents
Troisfontaines-la-Ville N Fontaines-sur-Marne
O    Bayard-sur-Marne    E
S
Troisfontaines-la-Ville Troisfontaines-la-Ville Rachecourt-sur-marne

Topographie[modifier | modifier le code]

Gourzon, provient de Gordius, nom d'homme gallo-romain, ville citée en 1050-1080 comme de Gurgione et en 1137 Gurzon[1].
Prez ou Prades-sur-Marne, provien du latin prta pour prée, cité en 1132 Preia[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les communes de Gourzon (754 habitants en 1968) et de Prez-sur-Marne (226 habitants en 1968) sont rattachées à celle de Laneuville-à-Bayard (808 habitants en 1968), avec statut de communes associées, au .

L'ensemble prend alors le nom de Bayard-sur-Marne.

Le Châtelet de Gourzon[modifier | modifier le code]

Il est un ancien site sur la route de Nasium à Segessera, aux confins des territoires des Catalaunes et des Lingons. C'était une ville de vingt-deux hectares qui a eu un plan orthogonal et des voies, égouts et canalisations typique de l'époque gallo-romaine. Il surplombait la vallée de la Marne et les terrains marécageux et l'éperon rocheux avait un accès à chaque extrémité. La voie romaine est classé[3]. Le site est fouillé dés 1770[4]. Il existe des objets, statues au musée d'archéologie nationale ou des sculptures au msuée de Langres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bayard-sur-Marne Blason Tranché : au 1er de sinople au cheval cabré de gueules, au 2e d'azur à l'arbre de sinople, au poisson au trait de sable et à la croisette ancrée d'or, le tout rangé en bande ; à la double cotice potencée contre-potencée, brochant sur le tout, de l'un en l'autre l'intervalle rempli d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Christian Dubois[5] DVD Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 1 359 habitants[Note 1], en diminution de 6,47 % par rapport à 2010 (Haute-Marne : -2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
141 147 150 143 142 142 121 171 129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
158 168 224 188 238 283 249 277 280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
266 269 284 390 600 663 538 517 648
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
643 808 1 640 1 497 1 622 1 518 1 509 1 508 1 401
2015 - - - - - - - -
1 359 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France, Larousse, 1963 ; réédition Librairie Guénégaud, 1989, p326.
  2. Dauzat page 545.
  3. « vestiges », notice no PA00079059, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Pierre-Claude Grignon, Dissertation sur les ruines du Châtelet, en Champagne, ms. 6269, Bnf.
  5. réélu en mars 2008
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.