Batman Begins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Batman le commencement)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batman Begins (jeu vidéo).
Batman Begins
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

Titre québécois Batman : Le Commencement
Titre original Batman Begins
Réalisation Christopher Nolan
Scénario Christopher Nolan
David S. Goyer
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros
Syncopy
Patalex III Productions
DC Entertainment
Legendary Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Super-héros
Durée 140 minutes
Sortie 2005

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Batman Begins ou Batman : Le Commencement au Québec et au Nouveau-Brunswick (Batman Begins) est un film américano-britannique réalisé par Christopher Nolan, sorti en 2005. Il s'inspire des comics Batman: The Man Who Falls, Batman : Année 1 et Batman : Un long Halloween. Il est le premier reboot de la saga Batman, 8 ans après Batman et Robin de Joel Schumacher.

Le film connait deux suites : The Dark Knight : Le Chevalier noir, sortie en 2008, et The Dark Knight Rises, en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le jeune Bruce Wayne assiste impuissant au meurtre de ses parents. Profondément traumatisé, il grandit obnubilé par un désir de vengeance et voyage aux quatre coins du monde pour étudier la criminologie et les arts martiaux. La Ligue des ombres [1], une secte de guerriers ninja dirigée par Ra's al Ghul, se chargera de son entraînement physique. De retour chez lui à Gotham City, le jeune homme se charge de la gestion de Wayne Enterprises dont il est l'héritier. Opérant depuis le sous-sol du manoir familial avec l'aide de son majordome Alfred Pennyworth, Bruce Wayne se lance alors dans la lutte contre le crime sous le nom de Batman.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Alors qu'il joue dans son jardin, le jeune Bruce Wayne, fils d'un médecin philanthrope de Gotham City, tombe dans un puits où il est attaqué par des chauves-souris, ce qui lui fait développer une phobie à l'égard de ces créatures. Quelque temps après, il se rend avec ses parents à un opéra. À la sortie, lui et ses parents tombent nez à nez avec un brigand, Joe Chill qui les menace pour les voler. Dans un moment de panique, le bandit tue les parents et s'enfuit laissant le jeune Bruce seul et désemparé. Bruce est dès lors élevé par Alfred Pennyworth, le majordome de la famille. Quatorze ans plus tard, alors que Joe Chill doit être libéré sur parole en échange d'un témoignage contre le chef de la pègre locale Carmine Falcone, Bruce décide de se venger. Cependant, alors que ce dernier s'apprête à passer à l'acte, Chill est assassiné par une femme payée par Falcone.

Blâmé par son amie d'enfance Rachel Dawes à qui il a révélé ses intentions de vengeance et intrigué par les propos de Falcone selon lequel le vrai pouvoir réside dans la crainte que l'on inspire, Bruce s'exile en Asie afin d'essayer de comprendre le monde criminel qui lui a pris ses parents. Il rencontre alors Henri Ducard qui lui offre de rejoindre la Ligue des Ombres, menée par Ra's al Ghul, qui s'est fait un devoir de restaurer la justice par tous moyens. À l'issue d'un entrainement qui lui a permis de se perfectionner dans les arts martiaux, le camouflage et surtout la domination de ses propres peurs, Bruce doit, pour marquer la fin de son initiation, mettre à mort un simple voleur devenu le meurtrier de son voisin. Refusant cette vision bornée et cruelle de la justice qui ferait de lui un vulgaire exécuteur, Bruce met le feu au temple de la Ligue en tentant de sauver le condamné qu'on lui a présenté. Dans l'incendie, Ra's est tué mais Bruce parvient à sauver son mentor Henri Ducard qu'il laisse inconscient aux soins d'un villageois local.

De retour à Gotham, Bruce s'impose comme un playboy et prend part aux activités de l'entreprise familiale Wayne Enterprises, dirigée depuis la mort de ses parents par le sans scrupule William Earle. Il fait la connaissance du chef de la division scientifique Lucius Fox qui lui présente un ensemble de prototypes militaires constitués d'un combinaison protectrice et d'un blindé de reconnaissance, le Tumbler. Après être retourné dans la grotte où est née sa phobie, Bruce y installe sa base où il garde ses nouveaux gadgets et où il met au point sa tenue, prenant l'identité secrète de Batman, l'homme chauve-souris, afin qu'ainsi vêtu ses adversaires partagent la peur que lui ont inspiré ces créatures. Sous cette couverture, il intercepte une cargaison de drogue et remet à Rachel Dawes, devenue l'assistante du procureur, des preuves incriminant Falcone. Ce dernier, jusque là intouchable, est alors arrêté sous la supervision du sergent de police James Gordon dont l'honnêteté est devenue une vertu rare à Gotham.

Incarcérés à la prison de Gotham, Falcone et ses hommes de main sont placés sous le contrôle du docteur Jonathan Crane, psychiatre corrompu qui les manipulait jusque là. À l'aide de la drogue hallucinogène qu'eux-mêmes importaient, Crane, coiffé d'un masque en toile de jute, les plonge dans un état psychotique où il apparaît sous les traits de l'horrifiant Épouvantail, les rendant ainsi incapables de témoigner. Alors que Batman enquête sur le docteur Crane qui est devenu suspect, celui-ci lui fait inhaler du gaz anxiogène avant d'en profiter pour l'asperger d'essence et l'immoler. Désorienté, Batman parvient néanmoins à s'enfuir pour être finalement secouru par Alfred et se voir remettre un antidote par Lucius Fox. Ce faisant, Rachel poursuit ses investigations concernant le rapport du docteur Crane au sujet de la folie soudaine de Falcone à la prison d'Arkham. Elle ne tarde pas à découvrir le docteur occupé à faire répandre la drogue psychotique dans le réseau d'eau courante de la ville mais, avant qu'elle ne puisse s'échapper, elle est rattrapée par Crane qui lui fait inhaler une dose concentrée de gaz. Secourue par Batman, il lui administre l'antidote et lui remet deux doses supplémentaires, l'une pour Gordon, l'autre pour la production de masse afin de pallier une éventuelle intoxication massive de la ville.

De retour chez lui, Bruce s'apprête à fêter son anniversaire lors d'une soirée de gala mais y retrouve avec surprise Henri Ducard, qui se trouve être en réalité Ra's al Ghul. Celui-ci lui expose alors son intention de détruire Gotham. Ville à ses yeux corrompue et irrécupérable, il avait déjà tenté de la mettre à genoux bien avant sa rencontre avec Bruce en lançant une stratégie de sape économique, limitée tant bien que mal par la philanthropie de Thomas Wayne, le père de Bruce. En possession d'un dispositif à micro-ondes capable de vaporiser l'eau à distance, il projette ainsi de répandre dans l'air la substance jusque là mélangée aux eaux de la ville et seulement efficace par inhalation, en vue de créer un phénomène d'hystérie et de violence de masse. Après avoir feint l'ivresse et tenu des propos injurieux pour faire quitter les lieux aux invités afin de les protéger de la confrontation à venir, Bruce est finalement assommé et abandonné dans son manoir en proie aux flammes d'un incendie provoqué par Ra's. Bruce est sauvé de justesse par Alfred mais Ra's met son plan à exécution et la panique s'installe dans une partie de la ville alors que de nombreux détenus de l'asile d'Arkham sont libérés.

Sur le point d'être prise à partie par une foule sous l'effet de la substance de Ra's, Rachel est secourue par Batman qui lui révèle alors à sa demande sa véritable identité. Peu de temps après, Ra's embarque sur un wagon de monorail de la ville avec le dispositif à micro-ondes avec pour destination la tour Wayne, centre névralgique des réserves d'eau de la ville, assurant une catastrophe si jamais il y parvient. Rattrapé par Batman, le combat s'engage. Ra's est finalement battu mais, alors que Batman l'a à sa merci, il est trop tard pour stopper le monorail. Cependant, Gordon, à qui Batman avait confié le Tumbler, réussi à devancer le monorail et parvient à utiliser le système d'armement du véhicule pour faire s'effondrer le rail juste avant le passage du métro, qui s'écrase après que Batman eut réussi de justesse à s'échapper, condamnant Ra's al Ghul à une mort inévitable.

Finalement, Bruce reprend ses droits sur Wayne Enterprises à la tête de laquelle il place Lucius Fox après avoir viré Earle. Il se lance alors dans la reconstruction de son manoir avec, sur les conseils d'Alfred, des fondations réaménagées pour mieux accueillir ses équipements secrets. Alors qu'un soir Batman découvre sur le toit du commissariat le tout nouveau bat-signal, Gordon, nouvellement promu inspecteur, l'informe que de nombreux criminels échappés d'Arkham sont encore dans la nature. À cela s'ajoute un homme dangereux à lui seul : le Joker. Batman promet d'enquêter et disparait dans la nuit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Alt=Image de la Terre Mondial :
  • Classification :
    • États-Unis : Rated PG-13 for intense action violence, disturbing images and some thematic elements.
    • France : tout public

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : VF = version française[3] ; VFQ = version francophone québécoise[4].



Personnages[modifier | modifier le code]

  • Bruce Wayne / Batman : milliardaire qui lutte contre le crime à Gotham City sous la forme de Batman, vingt ans après la mort de ses parents. Il tombe amoureux de sa copine d'enfance, Rachel Dawes. Le commissaire Gordon et Lucius Fox l'aident à sauver Gotham.
  • Alfred Pennyworth : majordome de Bruce Wayne. Il s'occupa de Bruce après la mort de ses parents. Alfred est plus qu'un simple majordome, c'est aussi un ami
  • Jim Gordon : membre du département de police de Gotham City qui a consolé le jeune Bruce lors de la mort de ses parents. Il est l'un des rares policiers à ne pas être encore corrompu. Il accepte l'aide de Batman, qu'il croit être fiable.
  • Rachel Dawes : c'est l'assistante du procureur Finch mais aussi l'amie d'enfance de Bruce Wayne. Rachel ignore son plus grand secret, elle le connaîtra à la fin, et est sauvée par Batman quand elle se trouve empoisonnée par l'Épouvantail.
  • Jonathan Crane : psychiatre de l'asile d'Arkham corrompu et agit parfois en tant que l'Épouvantail. Il met au point un gaz phobique et hallucinogène à partir d'une fleur de Ra's Al Ghul. Pour effrayer ses ennemis, Crane met un masque d'épouvantail qui lui permet aussi d'être immunisé contre ce gaz. Il empoisonne Falcone, Batman et Rachel. Il collabore avec Ra's pour propager ses toxines dans la ville et dans le réseau d'eau de Gotham.
  • Lucius Fox : il travaille chez Wayne Enterprises et collabore avec Bruce Wayne à développer l'attirail nécessaire à Batman. C'est lui qui conçoit tous les bat-gadgets et le Tumbler. À la fin du film, il devient le directeur de l'entreprise.
  • Carmine Falcone : capo de la pègre de Gotham. Il a de nombreux dirigeants dans sa poche dont des juges et des membres de la police. Le psychologue Jonathan Crane lui sert à libérer ses hommes de mains de l'asile d'Arkham en liberté conditionnelle. Mais il sera empoisonné par Crane.

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Duran le tournage de Batman & Robin, la Warner Bros. est très impressionée par les rushes et charge rapidement Joel Schumacher de préparer un autre film. Akiva Goldsman, scénariste de Batman Forever et Batman & Robin, refuse ce 3e film[5]. En 1996, Warner Bros. et Joel Schumacher engage Mark Protosevich pour écrire ce film, prévu alors pour 1999[6]. Le titre envisagé est alors Batman Unchained ou Batman Triumphant[7]. Le script de Protosevich fait de l'Épouvantail l'antagoniste principal alors que le Joker doit revenir en hallucination l'esprit de Batman. Harley Quinn doit elle aussi apparaitre, pour venger le Joker.[8]. George Clooney, Chris O'Donnell et Alicia Silverstone devaient alors reprendre leurs rôles respectives de Batman, Robin et Batgirl[9]. Joel Schumacher contacte Nicolas Cage pour incarner l'Épouvantail[10]. Le projet sera cependant stoppé suite aux critiques négatives reçues par Batman & Robin. La Warner évoque la possibilité d'adapter la sértie d'animation Batman, la relève ou Batman : Année Un de Frank Miller[11],[12]. Andrew Kevin Walker tentera ensuite de convaincre Warner Bros. de faire un film Batman vs Superman avec Wolfgang Petersen comme réalisateur[12]. Une autre idée a été pendant un temps de présenter un Batman assez âgé. Le rôle principal et la réalisation de ce film ont alors été proposés à Clint Eastwood, associé fidèle de la Warner, qui a cependant refusé. La réalisation a été proposée à Larry et Andy Wachowski, qui ont refusé préférant se concentrer sur leur projet de suites à Matrix[13].

En janvier 2003, la Warner engage ` pour développer un nouveau film[14]. Quelques mois plus tard, David S. Goyer rejoint le projet comme scénariste[15]. Christopher Nolan explique que son intention est de réinventer la franchise, avec plus d'humanité et de réalisme[16]. Le réalisateur remarque que les précédents films ont misé davantage sur le style que sur le côté dramatique et déclare s'inspirer de Superman (Richard Donner, 1978)[17].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Pour le rôle principal de Bruce Wayne, Nolan et les producteurs du film hésitaient entre Jake Gyllenhaal, Guy Pearce, Christian Bale, Joshua Jackson, Ashton Kutcher, Eion Bailey et Hugh Dancy. Avant que Christian Bale soit engagé, David Duchovny a également auditionné pour le rôle[13].

Christopher Eccleston a été envisagé pour incarner Jonathan Crane. Le rôle reviendra cependant à Cillian Murphy, qui avait également auditionné pour le rôle de Bruce Wayne[13].

Pour incarner Rachel Dawes (personnage créé pour le film), Natalie Portman et Sarah Michelle Gellar on été envisagées, avant que le rôle revienne à Katie Holmes[13].

L'oncle de Christopher Nolan, John Nolan, tient un petit rôle dans le film. Jeremy Theobald qui jouait dans Doodlebug et Following deux précédents films de Nolan, fait une brève apparition dans le rôle d'un membre influent de Wayne Entreprise, Fredericks.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le Mentmore Towers a été utilisé pour le Manoir Wayne

Avant le début du tournage, le réalisateur a organisé une projection de Blade Runner de Ridley Scott et a ensuite déclaré : « C'est comme ça que nous allons faire notre Batman »[13].

Le tournage débute en mars 2004 en Islande sur le glacier de Vatnajökull[18]. Certains décors extérieurs de Gotham sont créés dans un hangar à Cardington en Angleterre. Le Mentmore Towers, château anglais du XIXe siècle de style néo-gothique néo-renaissance situé dans le Buckinghamshire, sert de décor pour le manoir Wayne. Le tournage a également lieu ailleurs au Royaume-Uni (studios de Shepperton, comté d'Essex, Hatfield House, Stevenage, Canary Wharf, ...), ainsi qu'aux Etats-Unis (New York, Waukegan et Chicago)[19].

Musique[modifier | modifier le code]

Batman Begins
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de Hans Zimmer et James Newton Howard
Sortie
Enregistré décembre 2004-mars 2005
Durée 60:26
Genre musique de film
Label Warner Bros. Records
Critique

Bandes originales de Batman

Le CD Batman Begins est sorti le , édité par Warner Bros. Records. Tous les morceaux, composés par Hans Zimmer et James Newton Howard, ont pour titre le nom d’un genre de chauve-souris. Les premières lettres des noms des morceaux 4 à 9 forment le mot « BATMAN »

  1. Vespertilio
  2. Eptesicus
  3. Myotis
  4. Barbastella
  5. Artibeus
  6. Tadarida
  7. Macrotus
  8. Antrozous
  9. Nycteris
  10. Molossus
  11. Corynorhinus
  12. Lasiurus

Des extraits de cette bande sonore ont également servi pour des films ou séries télévisées sur d’autres super-héros comme :

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie le , Batman Begins se place directement en première position du box-office américain, pour deux semaines, et restera dans le top pendant vingt semaines. En France, le film prend la deuxième position avec 1 506 332 entrées et s'intercale entre Les Poupées russes et Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith.

  • Recettes du film aux Drapeau des États-Unis États-Unis : 205 343 774 dollars (55,2 % des recettes)
  • Recettes Monde mondiales totales : 374 218 673 dollars[21]
  • Nombre d'entrées en Drapeau de la France France : 1 506 332[22]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film réalisé par Christopher Nolan ne comporte aucune référence chronologique aux films précédents réalisés par Tim Burton ou Joel Schumacher. Il s'agit donc d'une nouvelle saga indépendante de la précédente (initiée en 1989). La suite de Batman Begins s'intitule The Dark Knight : Le Chevalier noir, sortie le . Le 3e volet de cette nouvelle saga, The Dark Knight Rises, est sorti en juillet 2012.
  • Batman Begins compte parmi les films de super-héros ayant utilisé le moins d'effets numériques.

Différences avec les comics[modifier | modifier le code]

  • L'asile d'Arkham n'est pas situé habituellement au beau milieu d'un quartier comme c'est le cas dans le film, même si l'île sur laquelle il se trouve est bien rattachée à la ville par des ponts-levis.
  • Crane n'est pas membre de l'asile d'Arkham.
  • Lucius Fox ne sait pas dans le comics que Bruce Wayne est Batman alors qu'ici il le devine forcément. De plus, ce n'est pas non plus un expert en technologie doublé d'un biologiste mais un très bon gestionnaire d'entreprise (ce qu'il devient à la fin).
  • On peut noter la présence de Zsasz (incarné ici par Tim Booth (en)), un ennemi récurrent de Batman, devenu pour ce film un homme de main de Carmine Falcone.
  • Bruce Wayne ne s'est jamais retrouvé emprisonné en Asie et Ra's al Ghul ne l'a pas recueilli dans son temple pour l'entraîner et le former à devenir Batman même si Bruce y est allé une fois pour se perfectionner. De ce fait les origines de Batman sont propres à ce film.
  • La Ligue des Assassins dirigée par Ra's al Ghul a été renommée Ligue des Ombres. De plus, Ducard n'est pas un de ses membres dans le comics mais un simple chasseur de primes français qui entraînera Bruce Wayne.
  • Dans les comics (voir Year One), James Gordon arrive à Gotham en même temps que Bruce Wayne y revient. De fait, il ne pouvait pas recueillir le jeune Bruce au poste de police après le meurtre de ses parents comme il le fait dans le film. Toutefois, ce détail varie selon les séries (cf. Batman New 52)
  • Dans la version française, Michael Caine devait être originellement doublé par Dominique Paturel, mais il fut remplacé par Frédéric Cerdal pour cause de maladie. Il double pourtant Alfred Pennyworth dans le jeu vidéo éponyme.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Ligue des assassins en France)
  2. http://www.the-numbers.com/movies/2005/BAT5.php
  3. Fiche du film sur Voxofilm
  4. Fiche du film sur Doublage.qc.ca
  5. (en) Michael Mallory et Michael Fleming, « Holy caped caper, IV », sur Variety,‎ (consulté le 11 novembre 2008)
  6. (en) Michael Fleming, « Helmer's 3rd At Bat », Variety,‎ (consulté le 17 octobre 2008)
  7. (en) Aaron Couch, « 'Batman' Movie Series: List of Unmade Projects - Hollywood Reporter », The Hollywood Reporter,‎
  8. (en) Brian Linder, « Rumblings From Gotham », IGN,‎ (consulté le 17 octobre 2008)
  9. (en) Michael Fleming, « Schumacher trims sails », Variety,‎ (consulté le 11 novembre 2008)
  10. (en) Gabe Toro, « Joel Schumacher Says He Wanted Nicolas Cage To Play Scarecrow In The Aborted 'Batman Triumphant' », IndieWire,‎ (consulté le 1er septembre 2014)
  11. Dana Harris, « WB sends Pi guy into the Bat Cave », Variety,‎ (lire en ligne)
  12. a et b David Hughes, Tales From Development Hell, Londres, Titan Books, , 192–211 p. (ISBN 1-84023-691-4), The Dark Knight Strikes Out
  13. a, b, c, d et e « Batman Begins - Secrets de tournage » (consulté le 20 octobre 2016)
  14. (en) Michael Fleming, « 'Batman' captures director Nolan », Variety,‎ (consulté le 2 novembre 2006)
  15. (en) Claude Brodesser et Cathy Dunkley, « Inside Move: WB jump starts Batmobile », Variety,‎ (consulté le 2 novembre 2006)
  16. Marc Graser et Cathy Dunkley, « The bat and the beautiful », Variety,‎ (consulté le 2 novembre 2006)
  17. (en) Adam Smith, modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant « The Original American Psycho », sur Empire,‎ , p. 74–80, 82, 84, 87
  18. « Batman Begins Production Notes – The Batsuit & Gadgetry », Warner Bros. (consulté le 6 novembre 2006)
  19. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  20. (en) « Batman Begins [Original Motion Picture Soundtrack] », sur AllMusic (consulté le 20 octobre 2016)
  21. (en) « Batman Begins (2005) », sur boxofficemojo.com (consulté le 28 avril 2014)
  22. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]