Batman : Un long Halloween

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un long Halloween
Comic
Scénario Jeph Loeb
Dessin Tim Sale
Genre(s) Super-héros

Personnages principaux Batman
Jim Gordon
Harvey Dent
Carmine Falcone
Lieu de l’action Gotham City

Éditeur DC Comics
Semic
Panini Comics
Urban Comics
Première publication Octobre 1996
Albums de la série '

Batman : The Long Halloween, traduit en français par Batman : Un Long Halloween, est une mini série de comics de Batman en treize épisodes écrite par Jeph Loeb et dessinée par Tim Sale. Ce récit s’inscrit dans les premières années de la carrière de Batman, plus précisément entre Batman : Année Un et Batman : Amère Victoire.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Juin. Le milliardaire Bruce Wayne assiste à contrecœur au mariage de Johny Viti, le neveu de Carmine Falcone dit « le Romain », parrain tyrannique de la pègre de Gotham City. A la nuit tombée, le justicier masqué Batman surprend la féline cambrioleuse Catwoman en train de forcer le coffre du mafieux italien. Tandis que la voleuse s’évapore dans les sombres recoins de la ville, le bat-signal, allumé par le capitaine de police James Gordon, illumine le ciel de Gotham.

Sur le toit le commissariat, Batman, Gordon, et le jeune procureur de la ville, Harvey Dent font le pacte de mettre en commun leurs atouts pour faire tomber définitivement la suprématie de la mafia sur leur ville, avec pour seule condition imposée le respect de la loi.

Le jour d’Halloween. De retour de son voyage de noce en Italie, le neveu du Romain est assassiné de deux balles dans la tête. C’est le premier d’une série d’assassinats perpétués par le mystérieux tueur en série « Holiday », dont la particularité est de frapper chaque jour de fête.

Personnages[modifier | modifier le code]

Batman et ses alliés[modifier | modifier le code]

  • Bruce Wayne/Batman : Enfant, Bruce Wayne a fait la promesse sur la tombe de ses parents de ne pas se reposer avant que Gotham ne soit débarrassée du mal qui les a emportés. Avec l’aide de James Gordon et de Harvey Dent, il semble enfin pouvoir être en mesure de mener à bien l’objectif de sa vie. En tant que Batman, il est le seul à pouvoir faire ce que ni Gordon ni Dent ne peuvent accomplir. Mais dans la guerre face à Carmine Falcone, Bruce a sur ses épaules le poids d'un lourd héritage familial.
  • James Gordon : l’incorruptible capitaine de police est un fidèle allié de Batman dans la lutte contre le crime depuis que dernier a sauvé la vie de son fils, James Gordon Jr. Il est un défenseur acharné du respect de la loi et ne peut se résoudre à laisser Holiday sévir en ville, quand bien même le criminel s’attaque à Carmine Falcone.
  • Harvey Dent : Surnommé Apollon, Harvey Dent est le seul juge intègre de Gotham. Il conserve malgré tout un côté plus sombre et semble tenter de franchir la ligne pour détruire définitivement le « Romain ». Il se réjouit de l’action de Holiday, qui débarrasse la ville de Falcone et de ses sbires. Gilda, sa femme, est sa première admiratrice et semble prête à tout pour l’aider dans la croisade contre la mafia. Pourtant, elle voit son mari changer, à mesure que l’enquête sur Holiday s’étale dans le temps.
  • Selina Kyle/Catwoman : L’énigmatique Selina Kyle entretient une romance ambiguë avec Bruce Wayne dont elle semble être la seule compagnie distrayante. En tant que Catwoman, elle n’est pas une alliée directe de Batman mais elle lui apporte son aide à chaque fois que c’est nécessaire, et surtout si elle peut y trouver dans le même temps un intérêt personnel. Elle apparait constamment en train de veiller de près sur les affaires du « Romain », chez qui elle a laissé la marque de ses griffes sur la joue droite.
  • Alfred Pennyworth : le fidèle majordome de Bruce Wayne est le seul à partager le secret de la double identité de son maitre. Il veuille sur le jeune milliardaire en faisant en sorte que la personnalité de Batman ne prenne pas le dessus. En tant qu’ancien serviteur des parents de Bruce, Alfred connait certains secrets troublants sur la famille Wayne.

La mafia de Gotham City[modifier | modifier le code]

  • Le famille Falcone : Dirigée par Carmine Falcone , le « Romain », cette famille règne sur la pègre de Gotham City. Elle a dans sa poche les juges et la police qu’elle achète à coup de corruption et de menaces. Mais l’arrivée du tueur en série Holiday menace de faire voler en éclat l’autorité des Falcone. A chaque fête du calendrier, un nouveau membre de son clan est abattu. Ses rivaux commencent dès lors à douter de sa capacité à continuer à gérer la ville, tandis que sa position est en parallèle de plus en plus fragilisée par la monté en puissance des « monstres » de Gotham. Pour continuer à assurer sa suprématie, Carmine Falcone peut compter sur l’aide de sa fille Sofia, récemment libérée de prison, et de son fils Alberto, diplômé d’Harvard et d’Oxford, souhaitant désormais prendre une place plus grande dans les affaires de son père.
  • La famille Viti : Après avoir un temps menacé de révéler les activités mafieuses du « Romain », la famille Viti, à la tête de la pègre de Chicago, scelle sa réconciliation avec les Falcone à l’occasion du mariage de Johnny. A Gotham, les Viti sont représentés par Carla, la sœur du Romain, dont les ambitions sont de mettre la main sur l’empire de son frère. Mais le meurtre de Johnny, première victime de Holiday ravive les tensions entre les Falcone et les Viti.
  • La famille Maroni : Salvatore Maroni, dit « Le Boss » est le rival du Romain pour le contrôle de Gotham City. Il a succédé à son père, Luigi Maroni, lorsque ce dernier a pris sa retraite. Si en apparence, Salvatore Maroni semble profiter des assassinats des proches de Falcone par Holiday, il affirme déplorer que ces meurtres, même des hommes du Romain, mettent à mal le business général de la mafia.

Les âmes perdues de Gotham[modifier | modifier le code]

  • Le Joker : Le clown prince du crime, célèbre antagoniste de Batman, signe ses méfaits par l’utilisation d’un gaz qui provoque chez ses victimes une crise cardiaque accompagné d’un rictus diabolique. Dans son esprit détraqué, la ville de Gotham est trop petite pour deux fous criminels. Il se met donc en chasse de Holiday et menace de tuer tous les habitants de la ville pour éliminer son nouveau concurrent.
  • L'Almanach : Julian Day signe ses crimes en frappant en fonction du calendrier, exactement comme Holiday. Simple coïncidence car, enfermé à Arkham, l’Almanach ne semble pas être en mesure de mener un campagne de meurtres. Il craint d’être progressivement oublié et remplacé par Holiday.
  • Le Sphinx : Le spécialiste des énigmes est le seul à pouvoir déchiffrer le mystère de l’identité de Holiday. Mais comble du mystère : parmi les nombreuses cibles de Holiday, il est le seul à s’en être sorti vivant.
  • Poison Ivy : L’envoutante Pamela Isley se sert des plantes pour manipuler et séduire l’esprit de ses cibles. Comme elle le dit elle-même, aucun homme ne peut lui résister.
  • L’Épouvantail : Psychologue devenu psychopathe, Jonathan Crane a développé une toxine qui génère une peur panique chez ses victimes. Il est libéré d’Arkham avec le Chapelier fou par Carmine Falcone.
  • Le Chapelier fou : Désaxé schizophrène meurtrier, Jervis Tetch perçoit le monde du point de vue du personnage du roman de Lewis Caroll.
  • Solomon Grundy : Ce zombie est le gardien des égouts de Gotham. Il traque chacun des individus qui a le malheur de se rendre sur son territoire. Mais il semble aussi à la recherche de quelqu’un pour combler la solitude de sa morte existence.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Un long Halloween (Semic, Collection Batman Hors Série) : premiers édition en 4 volumes.
  • 2009 : Un long Halloween (Panini Comics, Collection DC Absolute) : réédition en version intégrale.
  • 2011 : Un long Halloween (Panini Comics, Collection DC Deluxe) : réédition en version intégrale.
  • 2013 : Un long Halloween (Urban Comics, Collection DC Essentiels) : réédition en version intégrale.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Prix Eisner de la meilleure mini-série
  • 1999 : Prix Eisner du meilleur recueil

Liens externes[modifier | modifier le code]