Batié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batié (homonymie).
Batié
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Ouest
Département Hauts-Plateaux
Démographie
Population 10 942 hab.[1] (2005)
Géographie
Coordonnées 5° 18′ 53″ nord, 10° 19′ 31″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Batié

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Batié

Batié est une commune du Cameroun située dans le département des Hauts-Plateaux et la région de l'Ouest du Cameroun, en pays Bamiléké.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Batié
Batié

Le relief est montagneux, le sol est couvert de sable. Le climat est frais. On y pratique des cultures de rente.

Batié est né d'un groupement de neuf villages et était rattaché à l'arrondissement[2] de Bamendjou.

Il fut tour à tour transformé en district[3], avant de devenir un arrondissement à part entière.

Topographie[modifier | modifier le code]

Batié se trouve en contrebas du col qui sert de passage entre Baham et Bafang.

  1. col Batié : Batié est connu pour son col appelé le col Batié, le plus connu du Cameroun. Ici, la route nationale qui relie Douala et Bafoussam serpente sur une chaîne de montagnes escarpées qui culmine à 2 000 mètres d'altitude.
  2. mont Metchou : L'autre trait caractéristique de Batié est le mont Metchou (2 000 mètres), le sommet qui domine ce village montagneux.
  3. mines de sable : Batié est aussi célèbre pour ses mines de sable qui sont ouvertes sur les flancs de ses montagnes. C'est cette richesse en sable qui a donné son nom à l'équipe de football du village, le Sable de Batié, qui est devenu champion du Cameroun en 1999, devenant ensuite la première équipe camerounaise à se qualifier pour la phase de groupe de la Champions League de la Confédération africaine de football (CAF).
  4. Grotte de Nka'a : Il faut descendre en bordure d’une combe près d'un torrent. Au milieu d'une végétation luxuriante[4],[5]

Coordonnées GPS des Chefferies voisines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des chefferies bamiléké.

Son chef supérieur est le roi Tchouankam Yousseu Théodore, qui succéda à son père Victor Dada en 1988.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 10 942 habitants[1], dont 1 762 pour Batié proprement dit.

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre Batié proprement dit, la commune comprend les villages suivants[1]  :

Éducation, Sport & Santé[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Écoles[modifier | modifier le code]

  • École Publique de Batié,

Collèges & Lycées[modifier | modifier le code]

  • Lycée de Batié
  • Lycée Technique de Batié

Sport[modifier | modifier le code]

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

Le Centre de Santé de Batié.

Les curiosités[modifier | modifier le code]

Dance Bamileke à Batié

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • La danse du Nkam.
  • Le Kouh Ngang

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La tribune et place royale
  • La place du marché

Personnalités nées à Batié[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. Chaque département est divisé en arrondissements, placés sous l'autorité de sous-préfet.
  3. Chaque arrondissement est divisé en districts, placés sous l'autorité de chefs de district
  4. Le royaume souterrain de Batié 1
  5. Le royaume souterrain de Batié 2

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Perrois et Jean-Paul Notué, Rois et sculpteurs de l'ouest Cameroun : la panthère et la mygale, Karthala, ORSTOM, Paris, 1997, 389 p. (ISBN 2-86537-744-X), [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :