Bateau dans l'Égypte antique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Égypte pharaonique est une civilisation fluviale dont le Nil est le centre économique, culturel et spirituel. Que ce soit pour le loisir, la pêche, le commerce, la guerre, dans le ciel ou dans l'au-delà, les bateaux sont omniprésents dans la culture égyptienne antique.

Évolution[modifier | modifier le code]

Bien qu'il existe un modèle de pirogue monoxyle (sculpté d'une seule pièce dans un tronc d'arbre) trouvé en Égypte et datant du milieu du IIe millénaire av. J.-C. (Petrie Museum, University College, Londres, L. Basch, n° 90), on pense que le bois permettant la construction de ces embarcations n'était pas, ou peu, disponible en Égypte. C'est donc en papyrus, que les Égyptiens fabriquaient leurs esquifs pour la pêche et les petites barques de transports.

Bien avant la période prédynastique, les Égyptiens savaient non seulement construire ces embarcations de papyrus, mais également des navires polyxyles (monoxyle assemblé) qui supportaient des cabines et étaient propulsés par plusieurs paires de rameurs.

C'est ainsi qu'à Ancien Empire, les Égyptiens avaient déjà une parfaite maîtrise de la construction des voiliers, dont on a retrouvé un exemplaire remarquable, la célèbre barque solaire du pharaon Khéops, devant la grande pyramide de Gizeh. La barque, en bois de cèdre, à bordage cousu, mesure 43,5 mètres de long, sa proue s'élève à 5 mètres et sa poupe à 7 mètres. Si cette barque est un outil de culte funéraire, il est évident qu'elle a été construite par simple copie des techniques alors maîtrisées par les Égyptiens. Selon les dernières études réalisées, il semble très probable que ce voilier ait été théoriquement capable de remonter au vent, et de naviguer en haute mer, mais la démonstration grandeur nature reste à faire.

Avant Khéops, son père Snéfrou avait déjà appelé Louanges des Deux Terres un bateau qui a été le premier à porter un nom.

Ce n'est qu'à partir du -VIe siècle que la construction navale égyptienne connut une réelle évolution sous l'influence des Phéniciens et l'ouverture du pays à la navigation en mer en mer Méditerranée et en mer Rouge.

Différents navires[modifier | modifier le code]

Barques et bateaux[modifier | modifier le code]

Bateau, barque
d
p t
P1
dp.t

Cette écriture est attestée dans les textes des sarcophages, CT VI, 10f.

Bateaux
D46 Q3 G43
X1
P1
dpw.t

Écriture au pluriel dans le conte du paysan, B2 102-103.

Bateau Qaqaou
N29 G1 N29 G1 Z7 P1
qȝqȝw

Écriture relevée sur le papyrus Westcar.

Barque de fonction
N29 G1 N29 G1 G43 P1 N35 D36
D21
D21
M17 M17 X1
O1
qȝqȝw n ˁrryt

Pour les promenades, la chasse et la pêche dans les lacs et les marais, les Égyptiens utilisaient des petites embarcations de papyrus.

Pour le commerce, les Égyptiens utilisaient des navires à voiles trapézoïdales (comme les felouques contemporaines) dont le mât était généralement fait de pin du Liban. Aux époques prospères, les navires marchands étaient très nombreux et les grandes flottes pouvaient compter près de mille navires fluviaux et maritimes.

Pour le transport des pierres, les Égyptiens utilisaient d'énormes barges pouvant supporter plusieurs centaines de tonnes.

Voir aussi : Dahabieh.

Barques sacrées[modifier | modifier le code]

Barque du dieu
R8 D46
Q3 X1
P3
dp.t nṯr
Barque sacrée
G43 M17 G1 P3
wiȝ

On peut dégager deux types de barques sacrées : celles liés au culte solaire et celles liées au culte funéraire.

Barques solaires[modifier | modifier le code]

La barque solaire est un objet symbolique de la mythologie égyptienne lié au cycle journalier du soleil et au démiurge qui lui est associé, . Il existe en fait deux barques solaires :

  • la barque solaire du matin
Barque Mândjyt
m a
n
D i i t
P3
Mˁnḏ.yt

La barque Mândjyt est pour les douze heures du jour.

  • la barque solaire du soir
Barque Mésektet
m sk t t
P3
Mskt.t

La barque Mésektet est pour les douze heures de la nuit.

Barques funéraires[modifier | modifier le code]

Barque Néchémet
n
S
m&t P3
Nšm.t

La barque Néchémet est la barque sacrée du dieu Osiris en Abydos. D'après la stèle d'Ikher-nefret (gardien du sceau royal et préposé au trésor sous Sésostris III, XIIe dynastie), la barque faisait une sortie lors de la « fête d'Osiris ».

Henou
V28 U8
N35
W24 G43 G5
P60B
Ḥnw

La barque Henou est la barque sacrée du dieu Sokar.

La barque Sekhen.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]