Bataillon mixte du Pacifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BMP, Niaouli (homonymie) et BTP (homonymie).
Bataillon mixte du Pacifique
Création 4 juin 1916
Dissolution 1919
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Bataillon d'infanterie
Rôle Infanterie
Effectif 1 000
Ancienne dénomination Bataillon de tirailleurs du Pacifique
Bataillon de marche du Pacifique
Surnom Niaoulis
Mascotte roussette
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Expédition de Salonique

Le bataillon mixte du Pacifique (BMP) est une unité militaire de l'infanterie, créée en 1916. Le bataillon deviendra successivement le bataillon de tirailleurs du Pacifique ou BTP, puis le bataillon de marche du Pacifique. Il est considéré comme l'ancêtre des régiments d'infanterie de marine du Pacifique.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1916, l'unité est envoyée en France métropolitaine pendant la Première Guerre mondiale. Né comme bataillon de tirailleurs du Pacifique (BTP, formé à Nouméa le 4 juin 1916), il devient ensuite le bataillon mixte du Pacifique puis bataillon de marche du Pacifique en avril 1917. À son retour dans les îles en 1919, il est dissous[1].

Son contingent était composé de tirailleurs, des volontaires canaques et de Polynésiens originaires des Établissements français de l'Océanie, habitant ou non à Nouméa, d'où le nom de mixte. Le 3 juin 1916, un millier de recrues, dont 596 tirailleurs canaques, s'embarquent à bord du Gange pour rejoindre le Front. Leur fanion était marqué d'une roussette. Ils combattent dans l'Aisne, l'Oise, la Champagne[Laquelle ?], certains aussi sur le front d'Orient. Vingt-deux Canaques des îles Loyauté se retrouveront même à Vladivostok en Sibérie orientale sur le Kersaint, chargé d'une mission de renseignement et d'espionnage.

300 d'entre eux sont morts sur les tranchées. Ces soldats reçurent le surnom de « Niaoulis », du nom d'un arbre endogène de Nouvelle-Calédonie[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]