Bataillon de montagne du Wurtemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataillon de montagne du Wurtemberg
Création octobre 1915
Dissolution novembre 1918
Pays Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Branche Deutsches Heer
Type Bataillon de montagne
Rôle Force de montagne d'infanterie
Forces spéciales
Effectif
  • 6 Compagnies de tirailleurs,
  • 6 Sections de mitrailleurs,
Garnison Münsingen
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Bataille de Caporetto
Commandant historique Erwin Rommel
Le lieutenant Erwin Rommel sur le front italien, octobre 1917.

Le Bataillon de montagne du Wurtemberg est une unité allemande d'infanterie de montagne, commandé par le lieutenant Erwin Rommel. Il participe à la Première Guerre mondiale de 1915 à 1918.

Formation[modifier | modifier le code]

Le Bataillon se forme à Münsingen, en octobre 1915.

Il est constitué de:

  • 6 Compagnies de tirailleurs.
  • 6 Sections de mitrailleurs.

Premiers combats en Roumanie[modifier | modifier le code]

Il rejoint le front de Roumanie en octobre 1916, il prend position dans les Carpates aux côtés de la 11e division bavaroise qui vient d'être bousculée par les Roumains. Le bataillon escalade le mont Lescului et sen empare le 11 octobre 1916. Il subit les contre-attaques roumaines mais rentre le 12 à Largu Jiu. Le 30 janvier 1917, il capture cent soldats roumains par surprise, dans le village de Gagesti, grâce à l'habilité de ses soldats.

Combats en Italie[modifier | modifier le code]

Le Front lors de la Bataille de Caporetto

Envoyé sur le front italien pendant l'été 1917, le bataillon réalise un exploit à Caporetto : à la pointe de l'offensive, il met en déroute les Italiens, capture une dizaine de canons lourds et fait plus d'un millier de prisonniers italiens. Le 10 novembre Longarone tombe entre ses mains, après que le bataillon a traversé la rivière à la nage pour s'en emparer.

Dissolution[modifier | modifier le code]

Le bataillon est dissous en 1918 lors de l'Armistice

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Legrand, Chronique de Rommel, Éditions Chronique, Paris, 1968