Bataille du réservoir de Chosin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille du réservoir de Chosin
Description de cette image, également commentée ci-après
Une colonne de la 1re division de Marines progressant à travers le Chosin.
Informations générales
Date 27 novembre au 13 décembre 1950
Lieu Réservoir de Chosin, Corée du Nord
Issue Victoire à la Pyrrhus de la Chine
Belligérants
Flag of the United Nations.svg Organisation des Nations unies
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Commandants
Drapeau des États-Unis Douglas MacArthur
Drapeau des États-Unis Edward Almond
Drapeau des États-Unis Oliver P. Smith
Drapeau de la République populaire de Chine Mao Zedong
Drapeau de la République populaire de Chine Peng Dehuai
Drapeau de la République populaire de Chine Song Shi-Lun
Forces en présence
1re division de Marines
3e division d'infanterie
7e division d'infanterie légère
20e corps
21e corps
26e corps
Pertes
1 029 tués
4 582 blessés
4 894 disparus
19 202 tués

Guerre de Corée

Batailles

Offensive nord-coréenne :
(juin 1950 - septembre 1950)

Contre-offensive de l'ONU :
(septembre 1950 - octobre 1950)

Intervention chinoise :
(octobre 1950 - avril 1951)

Impasse :
(août 1951 - juillet 1953)

Post armistice :

Coordonnées 40° 29′ nord, 127° 12′ est
Géolocalisation sur la carte : Corée du Nord
(Voir situation sur carte : Corée du Nord)
Bataille du réservoir de Chosin

La bataille du réservoir de Chosin (en chinois : 长津湖战役)[1] est une bataille décisive pendant la guerre de Corée, opposant du au l'Armée des volontaires du peuple chinois aux forces des Nations unies.

Faits antérieurs (année 1950)[modifier | modifier le code]

L'agression nord-coréenne[modifier | modifier le code]

Dans les heures précédant l'aube du , sous le couvert d'une formidable attaque d'artillerie, 135 000 Nord-Coréens franchirent la frontière entre les deux Corées. Le gouvernement nord-coréen prétexta que des troupes commandées par le « traître et bandit » Syngman Rhee avaient traversé le 38e parallèle, et que par conséquent le Nord avait été obligé de riposter « à une grave provocation des fantoches de Washington », selon les termes du quotidien communiste français L'Humanité du lendemain.

L'attaque nord-coréenne fut dévastatrice. Les deux tiers au moins de la petite armée sud-coréenne (à peine 38 000 hommes répartis sur 4 divisions d'infanterie) étaient alors en permission, laissant la Corée du Sud largement désarmée. Les Nord-Coréens attaquèrent en plusieurs endroits stratégiques, parmi lesquels Kaesong, Chunchon, Uijongbu, et Ongjin. En quelques jours, les forces sud-coréennes, largement surclassées en nombre et en puissance de feu, cédaient et battaient en retraite. Tandis que l'attaque au sol progressait, l'armée de l'air nord-coréenne bombardait l'aéroport de Gimpo à Séoul où se trouvaient les 22 avions de liaison et d'entraînement de l'aviation sud-coréenne. Séoul fut prise dans l'après-midi du 28 juin 1950 et Osan, Pyongtaek, Cheonan et Daejeon défendus par les Américains tombèrent début juillet. L'établissement d'un périmètre de défense réduit autour du port de Busan permit de stopper in extremis les forces armées nord-coréennes.

La contre-attaque victorieuse des forces de l'ONU[modifier | modifier le code]

En septembre 1950, les forces des Nations unies contre-attaquèrent et parvinrent à reprendre Incheon et Séoul. Elles s'emparèrent ensuite de Pyongyang et firent refluer les troupes de l'Armée populaire de Corée jusqu'au réservoir de Chosin, position montagneuse située dans la province de Hamgyong du Sud, non loin de la frontière chinoise. La guerre de mouvement paraissait alors terminée. Ne voyant d'autre possibilité de retournement du conflit, la Chine communiste diligenta l'intervention massive d'une Armée des volontaires du peuple chinois au secours d'une Corée du Nord au territoire singulièrement réduit.

Déroulement de la bataille du réservoir de Chosin (extrême fin 1950)[modifier | modifier le code]

La bataille débute le , alors que les températures au Chosin sont très froides en cette période de l'année. Dix-sept jours de bataille acharnée s'ensuivent entre forces des Nations unies, sous commandement du major-général Edward Almond, et forces de la Chine communiste sous commandement de Song Shi-Lun. Encerclées par 67 000 soldats chinois, les forces onusiennes battent en retraite tout en infligeant de lourdes pertes aux forces communistes. L'évacuation du 10e corps (composé de la 1re division de Marines, 3e division d'infanterie et de la 7e division d'infanterie légère) à partir du marque la fin de la bataille et le retrait complet des forces onusiennes de Corée du Nord.

Opération Glory (1954)[modifier | modifier le code]

Pendant la bataille, les soldats de l'ONU morts au combat ont été enterrés dans des cimetières temporaires le long de la route. L'opération Glory est mise sur pied en pour rendre à chaque camp ses morts ; de à , les restes de 4 167 soldats et Marines américains ont été échangés contre 13 528 morts nord-coréens et chinois. En outre, 546 civils de l'ONU ayant péri dans les camps de prisonniers de guerre nord-coréens ont été remis au gouvernement sud-coréen.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme les patrouilles de l'ONU avaient utilisé des cartes en japonais, "Chosin", la prononciation japonaise de "Jangjin" devint populaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :