Bataille du pont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Perse antique image illustrant le domaine militaire image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant la Perse antique, le domaine militaire et l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bataille du pont
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte des batailles de Khalid ibn al-Walid en Irak

Informations générales
Date 631/632 ou octobre 634
Lieu sur l'Euphrate près de Koufa, Irak
Issue Victoire sassanide
Belligérants
Derafsh Kaviani.png Perse Sassanide Black flag.svg Califat rachidun
Commandants
Bahman Jādhuyih Abou Ubaid ,
Al-Muthanna ibn Haritha
Forces en présence
30 000 hommes et 10 élephants 9 000 hommes
Pertes
6 000 morts 4 000 morts

Conquête musulmane de la Perse

Batailles

Bataille du pont - Bataille d'al-Qadisiyya - Bataille de Nehavand

La Bataille du pont eut lieu en 631/632 ou en 634[1] entre les arabes musulmans menées par Abou Ubaid et les forces de l'empire sassanide menés par Bahman Jādhuyih. Les Sassanides en sont sortis victorieux.

Prélude[modifier | modifier le code]

Les musulmans avaient initialement remporté plusieurs victoires contre les Perses grâce à leur général Khalid Ibn al-Walid. En réponse, les Perses ont envoyé des troupes menées par le général vétéran Parsig[2] Bahman Jādhuyih [3], afin de marcher sur Al-Hira. L'armée a campé à Quss Natif sur la rive est de l'Euphrate, à une courte distance au nord de Al-Hira et un peu en dessous Koufa.

Khalid Ibn al-Walid ayant été envoyé sur le front syrien, un nouveau commandant musulman beaucoup moins expérimenté, Abou Ubaid, est nommé à la tête de l'armée musulmane en Perse. Quand Abou Ubaid apprend les mouvements perses, il fait marcher son armée depuis Hira et campe sur la rive ouest de l'Euphrate dans le village de Marauha. Malgré le conseil de son aide Salit bin Qais, Abou Ubaid ordonna qu'un pont fait de barques soit jeté sur la rivière, l'armée musulmane le traversa le 28 novembre 634 au matin [4].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Quand la bataille commence, la cavalerie musulmane avance mais est confrontée aux éléphants de guerre de l'armée perse, entrainant peur et confusion. Les Perses contre-attaquent, tuant Abou Ubaid et son second dans la violence de leur assaut. Seuls 3 000 musulmans sur un total de 9 000 peuvent se retirer sous le commandement de Muthanna de l'autre côté de l'Euphrate. Environ 2 000 sont morts en combattant, 2 000 sont morts noyés et encore 2 000 ont pris la fuite vers Médine ou ailleurs.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La victoire perse ne peut cependant pas être exploitée. Bahman Jadhuyih ne peut poursuivre les musulmans de l'autre côté de l'Euphrate car une révolte éclate dans la capitale perse et il doit rentrer pour aider Rostam Farrokhzad à la circonscrire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 634 selon la date traditionnelle avancée par Tabari mais il semble que ce combat soit en fait intervenu lors du second règne de la reine Bûrândûkht après le meurtre de sœur c'est-à-dire en 631/632 d'après (en) Parvaneh Pourshariati, Decline and fall of the Sassanian Empire, I. B. Taurus and Co Ltd, Londres, 2008 (ISBN 9781845116453), « The battle of the Bridge », p. 217.
  2. féodal originaire du Fars
  3. connu également sous le nom/titre de Mardānshāh.
  4. Date traditionnelle .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Parvaneh Pourshariati, Decline and fall of the Sassanian Empire, I. B. Taurus and Co Ltd, Londres, 2008 (ISBN 9781845116453), « The battle of the Bridge », p. 216-217.