Bataille de la Somme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille de la Somme (1916))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de la Somme (1918)
Bataille de la Somme
Description de cette image, également commentée ci-après

Tank britannique Mark 1 pendant la bataille de Flers-Courcelette, le .

Informations générales
Date du au
Lieu Somme (Picardie, France)
Issue Indécise (retraite tactique allemande de 64 km)
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de l'Afrique du Sud Union d'Afrique du Sud
Dominion of Newfoundland Red Ensign.svg Terre-Neuve
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Douglas Haig
Ferdinand Foch
Max von Gallwitz
Fritz von Below
Forces en présence
le 30 juin 1916 :
Armée française :
- 14 divisions en ligne
- 1 550 pièces d'artillerie
- 115 avions
Armée britannique :
- 26 divisions en ligne
- 1 335 pièces d'artilleries
- 185 avions
le 30 juin 1916 :
Armée allemande :
- 8 divisions en ligne
- 844 pièces d'artillerie
- 129 avions
Pertes
420 000 Britanniques
(213 000 blessés et 206 000 morts ou disparus)
203 000 Français
(136 000 blessés et 67 000 morts ou disparus)[1]
437 000 Allemands (au minimum)
(dont 170 000 tués)[2]

Première Guerre mondiale

Batailles

Bataille de la Somme
Albert · Crête de Bazentin · Bois Delville · Pozières · Guillemont (en) · Ginchy · Flers-Courcelette · Morval · Crête de Thiepval · Le Transloy (en) · Hauteurs de l'Ancre · Ancre (en)
Front d'Europe de l’Ouest
Liège (8-1914) · Frontières (8-1914) · Anvers (9-1914) · Grande Retraite (9-1914) · Marne (9-1914) · Course à la mer (9-1914) · Yser (10-1914) · Messines (10-1914) · Ypres (10-1914) · Givenchy (12-1914) · 1re Champagne (12-1914) · Hartmannswillerkopf (1-1915) · Neuve-Chapelle (3-1915) · 2e Ypres (4-1915) · Artois (5-1915) · Festubert (5-1915) · Linge (7-1915) · 2e Artois (9-1915) · 2e Champagne (9-1915) · Loos (9-1915) · Verdun (2-1916) · Hulluch (4-1916) · 1re Somme (7-1916) · Fromelles (7-1916) · Arras (4-1917) · Vimy (4-1917) · Chemin des Dames (4-1917) · 3e Champagne (4-1917) · 2e Messines (6-1917) · Passchendaele (7-1917) · Cote 70 (8-1917) · 2e Verdun (8-1917) · Cambrai (11-1917) · Offensive du printemps (3-1918) · Lys (4-1918) · Aisne (5-1918) · Bois Belleau (6-1918) · 2e Marne (7-1918) · 4e Champagne (7-1918) · Château-Thierry (7-1918) · Le Hamel (7-1918) · Amiens (8-1918) · Cent-Jours (8-1918) · 2e Somme (9-1918) · Bataille de la ligne Hindenburg · Meuse-Argonne (10-1918) · Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique
Coordonnées 50° 00′ 56″ Nord 2° 41′ 51″ Est / 50.0155, 2.69742

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la Somme.

La bataille de la Somme désigne une confrontation opposant les Britanniques et les Français aux Allemands en 1916, dans le nord de la France, lors de la Première Guerre mondiale, dont ce fut l'une des batailles les plus sanglantes.

Conçue en décembre 1915, par Joffre, commandant en chef des armées françaises, l'offensive de la Somme dut être amendée du fait du déclenchement de la bataille de Verdun, le 21 février 1916. Foch fut chargé par Joffre de sa mise en œuvre. Les Français, qui devaient fournir l'effort principal, durent, en fin de compte, le confier aux Britanniques.

Ce fut la première offensive conjointe franco-anglaise de la Grande Guerre. Les forces britanniques lancèrent là leur première opération d’envergure, et tentèrent avec les troupes françaises de percer à travers les lignes allemandes fortifiées sur une ligne nord-sud de 45 km proche de la Somme, dans un triangle entre les villes d'Albert du côté britannique, Péronne et Bapaume du côté allemand.

Il s'agit de l'une des batailles les plus meurtrières de l'histoire (hors victimes civiles), avec parmi les belligérants environ 1 060 000 victimes, dont environ 442 000 morts ou disparus. La première journée de cette bataille, le , fut, pour l'armée britannique, une véritable catastrophe, avec 58 000 soldats mis hors de combat dont 19 240 morts.

La bataille prit fin le [3]. Le bilan fut, sur le plan militaire, peu convaincant. Les gains de territoires pour les Alliés furent modestes, une douzaine de kilomètres vers l'est tout au plus, le front ne fut pas percé. Les combats usèrent les adversaires, sans vainqueurs ni vaincus.

La bataille de la Somme se singularise, cependant, par deux innovations :

  • sur le plan militaire, par l'utilisation, pour la première fois sur un champ de bataille, d'une arme nouvelle, le char d'assaut ;
  • par l'utilisation du cinéma à des fins de propagande. Pour la première fois, un film, La Bataille de la Somme, saisit une grande partie des horreurs de la guerre moderne en incluant des images tournées lors des premiers jours de la bataille.

Ces événements furent également couverts par des photographes et peintres, comme François Flameng, peintre officiel des armées françaises, dont les nombreux croquis et dessins de ces événements parurent dans la revue L'Illustration.

La mémoire collective des Français n'a pas gardé trace de la bataille de la Somme tandis que celle-ci tient une large place dans la mémoire collective des Britanniques, des Canadiens, des Australiens et des Néo-Zélandais. Le 1er juillet est une journée de commémoration sur les principaux lieux de mémoire du Commonwealth dans le département de la Somme de même que l'ANZAC Day, le 25 avril.

Sommaire

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le front occidental est stabilisé depuis décembre 1914, à la suite de la course à la mer. Les combats de 1915 d'Artois et de Champagne n'ont pas fait bouger les lignes. Le front de la Somme est un secteur relativement calme au cours de l'année 1915, les Allemands lançant une grande offensive sur Ypres.

Joffre inquiet des pertes humaines, du manque d'unité de vue et de la dispersion des efforts militaires chez les Alliés souhaite un renforcement de la coopération franco-britannique et préconise une grande offensive pour 1916, à la belle saison.

Côté britannique, le général en chef John French est remplacé en décembre 1915 par Douglas Haig.

Un projet d'opération franco-britannique[modifier | modifier le code]

La conférence interalliée de l'Entente à Chantilly, les 6 et débouche sur la décision d'attaquer les Empires centraux sur tous les fronts en 1916, en Russie, en Italie et sur le Front de l'Ouest. Seulement aucune date n'est fixée, et il faudrait attendre juin ou juillet pour espérer une participation russe. Joffre, nommé commandant en chef de l'armée française début décembre 1915 obtient lors de négociations bilatérales la mise en œuvre d'une offensive conjointe franco-britannique. Les lignes françaises rejoignent les lignes britanniques sur la Somme, c'est donc ce secteur qui est désigné.

En 1916, l’armée britannique en France manque d’expérience, sa partie professionnelle, six divisions, ayant été décimée en 1914-1915. La plus grande partie de ses effectifs est composée de volontaires des forces territoriales et de la nouvelle armée de Kitchener. Les officiers ont été promus rapidement et manquent à la fois de formation et d’expérience. Haig collabore volontiers avec Joffre, mais il souligne l'indépendance du corps expéditionnaire anglais, le commandement n'est donc pas unifié. Joffre monte donc cette offensive avec l'armée française comme acteur principal au sud de la Somme, qui doit être appuyée par le corps expéditionnaire britannique moins aguerri entre la Somme et Arras. Il nomme Foch, commandant du Groupe d'Armées Nord, responsable de l'opération. Une autre conférence à Chantilly le 14 février 1916 fixe le début de l'offensive au .

Les plans initiaux contrariés[modifier | modifier le code]

Lorsque l'armée allemande lance son offensive sur Verdun, le , le commandant en chef britannique propose de venir aider son allié. Joffre décide que l'armée française peut faire face sans cet appui tout en pressant Haig de mettre en place l'offensive sur la Somme le plus tôt possible. Le printemps voit les plans de la bataille changer, car l'engagement français à Verdun ponctionne les troupes prévues pour l'offensive de la Somme. Fin mai le dispositif français est réduit au point que l'armée britannique est désormais l'élément principal de l'opération. Le front d'attaque prévu sur 70 km est finalement réduit à 40. Il ne s'agit plus de réaliser une percée décisive mais d'user l'ennemi. Aux troupes britanniques est confié l'offensive au nord du fleuve de Maricourt à Bapaume, les Français étant chargés de la partie sud entre Maricourt et Lassigny. L'armée française est donc positionnée sur les deux rives du fleuve. Finalement la date du est adoptée pour le début de la préparation d'artillerie, et le pour l'assaut.

Côté allemand, Falkenhayn ne prend pas de dispositions particulières, l'état-major attendant une offensive alliée sur l'Artois ou en Alsace, les préparatifs alliés lui semblent un bluff. Le terrain de la bataille est le plateau picard, terrain crayeux propice au creusement de tranchées. Le maillage des villages, distants de deux à quatre kilomètres, permet une défense en profondeur, ce qu'ont organisé les troupes de von Below depuis 1914.

Le front[modifier | modifier le code]

Bassin hydrographique de la Somme

Localisation[modifier | modifier le code]

La bataille eut lieu pour l'essentiel sur le territoire du département de la Somme à l'est d'Amiens entre les villes d'Albert et Roye et leurs environs. La partie nord du front de bataille se situait sur la ligne de partage des eaux entre le bassin versant de la Somme et celui de l'Escaut. Les combats se déroulèrent sur le plateau picard, de part et d'autre de la Somme, au sous-sol crayeux propice au creusement d'abris souterrains. Le climat très souvent humide rendait frequemment le sol boueux et la progression des troupes difficile.

Position des armées[modifier | modifier le code]

L'armée allemande[modifier | modifier le code]

Les Allemands occupaient presque partout des hauteurs, la ligne de crêtes qui sépare les bassins versants de la Somme et de l'Escaut. Leur front se composait :

Le front de la bataille de la Somme du 1er juillet au 18 novembre 1916
  • D'une forte première position, avec des tranchées de première ligne, d'appui et de réserve, ainsi qu'un labyrinthe d'abris profonds comportant d'ailleurs tout le confort moderne.
  • D'une deuxième ligne intermédiaire, moins forte, protégeant des batteries de campagne.
  • Enfin, un peu en arrière, d'une deuxième position presque aussi forte que la première.

À l'arrière immédiat des premières lignes, se trouvaient des bois et des villages « fortifiés » reliés par des boyaux, de façon à former une troisième et même une quatrième ligne de défense, le tout largement bétonné et bénéficiant des qualités de la roche crayeuse qui se coupe facilement et durcit en séchant.

Les armées alliées[modifier | modifier le code]

  • L'armée britannique était positionnée au nord du fleuve
  • L'armée française se tenait de part et d'autre de la Somme en faisant sa jonction avec l'armée britannique sur la rive gauche.

Transformation de l’arrière[modifier | modifier le code]

L'arrière avait été transformé, pour les armées alliées, en un gigantesque entrepôt d'approvisionnement dont la ville d'Amiens était le centre névralgique. Des routes, des chemins de fer à voie étroites[a] furent construits, des aérodromes furent aménagés de même que des usines de construction d'aéronefs. Les hôpitaux militaires à l'arrière du front furent installés dans les établissements scolaires[4]

Des hôpitaux militaires étaient installés dans les localités de l'arrière : Corbie, Amiens qui hébergea en permanence plus de 9 000 blessés pendant la durée du conflit, Abbeville etc.

Dans les territoires qu'ils occupaient, les Allemands faisaient régner la terreur: déportation de population, réquisitions en argent et en nature, pillage, destructions…[5],[6],[7].

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Les Alliés[modifier | modifier le code]

Les Français :

Elles totalisent quatorze divisions en ligne, quatre de réserve et quatre de cavalerie sur un front de 15 kilomètres. L'artillerie aligne 696 pièces de campagne, 732 pièces lourdes, 122 pièces ALGP (artillerie lourde à grande puissance) et 1 100 mortiers de tranchée (avec un approvisionnement de six millions d'obus de 75 mm, deux millions de munitions pour l'artillerie lourde et 400 000 pour l'artillerie de tranchée).

Les Britanniques : Le groupe d'armées Haig qui comprend :

  • La IIIe armée (Allenby) avec un corps d'armée (le VIIe) ;
  • La IVe armée (Rawlinson) avec cinq corps (IIIe,VIIIe, Xe, XIIIe et XVe CA) ;
  • L'armée de Réserve (Gough).

Soit un effectif de 26 divisions en ligne et trois de cavalerie sur un front de 25 kilomètres, avec l'appui de 868 pièces de campagne et 467 pièces lourdes (respectivement approvisionnées à 2 600 000 et 1 163 000 coups).

L'armée britannique, sur le front de la Somme, est composée de troupes anglaises, écossaises, galloises, irlandaises, canadiennes, australiennes, néo-zélandaises et sud-africaines, auxquelles il convient d'ajouter le corps de travailleurs chinois, chargés du chargement, déchargement et entrepôt des matériels et marchandises.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Photos des troupes britanniques

Les Allemands[modifier | modifier le code]

La 2e armée (Fritz von Below) avec trois groupements (von Stein, von Gossler et von Quast) soit huit divisions en ligne et treize de réserve. Ils disposent de 454 canons de campagne et 390 lourds, ce qui représente à peine le tiers de la puissance de feu des franco-britanniques. L'aviation allemande disposait quant à elle de 129 appareils face aux 300 appareils des Alliés.

Préparation d'artillerie[modifier | modifier le code]

Artillerie lourde britannique en action

L'artillerie, y compris des canons à longue portée sur voie ferrée de 380 et 400 mm, atteignit des sommets de puissance destructrice.

Ayant la maîtrise du ciel, les Alliés détruisirent les Drachen allemands. Les Britanniques disposent de 185 appareils chargés de patrouiller et de bombarder, les Français en ont 115 et les Allemands seulement 129.

La préparation d'artillerie, initialement prévue pour cinq jours, débute le 24 juin par des tirs de réglage et de destruction. Elle s'intensifie à partir du 26 par un bombardement général et continu des lignes allemandes. En une semaine, l'artillerie britannique tire 1 732 873 coups. Les tranchées allemandes des premières lignes sont presque totalement détruites, mais les abris souterrains sont intacts.

Le 28, l'offensive est reportée de 48 heures à cause du mauvais temps. Il tombe les premiers jours une moyenne de cinq obus pour chaque soldat allemand.

L'aviation[modifier | modifier le code]

Au commencement de la bataille de la Somme en juillet 1916, la plupart des escadrons du Royal Flying Corps (RFC) étaient encore équipés de BE.2c qui s'étaient révélés des cibles faciles pour les Eindeckers allemands. Les nouveaux modèles comme le Sopwith 1½ Strutter étaient encore trop peu nombreux et les nouveaux pilotes furent envoyés au front avec seulement quelques heures de vol.

Néanmoins, l'esprit offensif des pilotes du RFC leur donnèrent la supériorité aérienne dans la bataille. La mission des pilotes, outre l'observation des lignes ennemies, consistait dans ce qui s'appelait alors le « mitraillage de tranchée », plus connu aujourd'hui sous le nom d'« appui aérien rapproché ». Les troupes allemandes au sol étaient constamment sous la menace des avions alliés sans réelle possibilité de se défendre, les tirs de riposte depuis le sol étaient peu efficace car les techniques de tir sur cibles mouvantes n'étaient pas encore bien maîtrisées.

Côté français, le groupe d'armées du Nord (G.A.N.), commandé par Foch, disposait d'un groupe de six escadrilles basé sur le terrain d'aviation de Cachy, près de Villers-Bretonneux, et placé sous les ordres du capitaine Brocard qui put choisir ses pilotes : Georges Guynemer — alors titulaire de dix victoires — Alfred Heurtaux, Albert Deullin, René Dorme, Jean d'Harcourt, Victor Ménard...

SPAD S VII

L'aviation dont disposa le G.A.N. comprenait huit escadrilles d'armée, vingt escadrilles de corps d'armée, un groupe réservé de chasse — celui de Cachy, avec cinq escadril­les de Nieuport — et deux groupes de bombardement ; plus des compagnies d'aérostiers et des sections photogra­phiques. Une partie des appareils était à la pointe de la technique. Leurs performances s'étaient améliorées grâce à des moteurs plus puissants de 80 à 130 CV. Leur vitesse de croisière se situant autour de 130 kilomètres à l'heure, et ils atteignaient une altitude de 2 000 mètres en une vingtaine de minutes. Les Spad 7, qui équipaient l'Escadrille des Cigognes ; les Farman et Caudron bimo­teurs G 4, dont furent dotées les escadrilles de corps d'armée ; les Voisin et les Breguet-Michelin des groupes de bombardement permirent à l'aviation française de dominer l'aviation allemande. Elle usa, en outre, d'une nouvelle forme de combat, le bombardement de nuit, pour la première fois au-dessus de Péronne, à la mi-juillet 1916. Les Allemands ayant riposté sur Villers-Bretonneux et sur la gare de Longueau, Foch organisa la défense antiaérienne : barrages de ballons, concentration des batteries antiaériennes croisant leurs feux au-dessus des objectifs à défendre. Il ordonna également la chasse aérienne de nuit[8].

La supériorité aérienne alliée fut maintenue durant la bataille et inquiéta le haut-commandement allemand[9]. La réorganisation complète de la Luftstreitkräfte fut décidée par le haut commandement par la création d'unités de chasse spécialisées ou Jagdstaffeln. À la fin de l'année 1916, ces unités équipées du tout nouveau Albatros D.III rétablirent l'équilibre des forces dans les airs.

Les batailles[modifier | modifier le code]

L'échec britannique du 1er juillet 1916[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille d'Albert (1916).

Le au matin, c'est par un beau temps et clair que commence le bombardement final des alliés. À partir de h 25, les tirs d'artillerie atteignent une cadence de 3 500 coups par minute, produisant un bruit si intense qu'il est perçu jusqu'en Angleterre[10].

À h 30, au coup de sifflet, l'infanterie britannique franchit les parapets baïonnette au canon et part à l'assaut des tranchées adverses. Les hommes sont lourdement chargés avec plus de 30 kg d'équipement. Ordre avait été donné aux hommes de ne pas courir. En fait, le commandement anglais craignait que les troupes ne perdissent le contact en courant et en se dispersant. Persuadé que les défenses allemandes avaient été anéanties par les tirs d'artillerie, il exigea que les hommes avancent au pas[11].

Les Allemands les accueillirent avec des tirs de mitrailleuses qui les fauchèrent en masse. Les officiers étaient facilement repérables et furent particulièrement visés. On estime à 30 000 le nombre des victimes (tués et blessés) dans les six premières minutes de la bataille [12]. Les Allemands sont stupéfaits de voir les soldats britanniques venir au pas.

À midi, l’état-major britannique annula l'ordre de marcher au pas, et retint les vagues d’assaut suivantes. Lorsque les Britanniques parvinrent aux tranchées allemandes, ils furent trop peu nombreux pour résister à une contre-attaque.

De leur côté, les Français atteignirent tous leurs objectifs et ne purent progresser davantage du fait, entre autres, de l'échec britannique.

Estimation des pertes britanniques le [13]
tués disparus blessés prisonniers total hors de combat
Officiers
993
26
1 337
12
2 368
Soldats
18 247
2 056
34 156
573
55 032
Total
19 240
2 082
35 493
585
57 400

Le fut le jour le plus meurtrier de toute l'histoire militaire britannique. À l'issue de la première journée de combat, le bilan pour l'armée britannique était très lourd : 57 400 hommes étaient hors de combat soit près de 18 % de l'effectif engagé (320 000 hommes). Certaines unités étaient quasiment anéanties comme le Régiment royal de Terre-Neuve qui eut 801 hommes mis hors de combat sur un effectif de 865, soit 92 % des effectifs.

Du côté allemand, les pertes sont estimées à 6 000 hommes[14].

Le grignotage des positions allemandes (juillet-août 1916)[modifier | modifier le code]

Un détail du camp retranché allemand de Péronne. On y distingue un réseau de voies du chemin de fer de campagne, l'équivalent allemand du système Péchot français, un cimetière…

La lente progression des Britanniques[modifier | modifier le code]

Après l'échec du , le commandement britannique souhaite arrêter l'attaque, ce que Joffre refuse. Une nouvelle préparation d'artillerie a pour but la prise du saillant de Fricourt. Le , les Britanniques prennent La Boisselle. Le bois de Mametz est pris le , le Bois des Trônes le . Pozières tombe aux mains de la 1re division australienne le .

À partir du 14 juillet, débutent les combats pour la conquête du bois Delville (Delville Wood) à Longueval. L'armée Gough, réserve britannique tente de reprendre Longueval et Guillemont aux Allemands. Une série d’attaques et de contre-attaques fait passer le bois d'un camp à l'autre. Les soldats de la 1re Brigade d'infanterie sud-africaine s'en emparent puis le perdent. Les Allemands en sont définitivement chassés, le 3 septembre. Les Britanniques échouent, par contre, au cours de combats féroces qui durent pendant plus d'une semaine, à prendre Guillemont.

Succès français[modifier | modifier le code]

En dix jours, la VIe armée française, sur un front de près de vingt kilomètres, a progressé sur une profondeur qui atteint en certains points dix kilomètres. Elle est entièrement maîtresse du plateau de Flaucourt qui lui avait été assigné comme objectif et qui constitue la principale défense de Péronne. Elle a fait 12 000 prisonniers, presque sans pertes, pris 85 canons, 26 minenwerfer, 100 mitrailleuses, un matériel considérable. C'est le plus important succès militaire obtenu depuis la bataille de la Marne.

Mais les Allemands se ressaisissent, leur artillerie domine toujours sur le terrain. Les conditions climatiques exécrables (brouillard et pluie) gênent considérablement la progression des Français au nord et au sud de la Somme. La 6e armée de Fayolle atteignit Vermandovillers et Misery au sud, Hem-Monacu au nord. Maigres progressions obtenues au prix de lourdes pertes.

Transfert des divisions allemandes[modifier | modifier le code]

Jeune soldat allemand engagé dans la bataille de la Somme, photo de 1916

L'état-major allemand devant le danger de percement du front de la Somme retire treize divisions du secteur de Verdun et deux du secteur d'Ypres pour renforcer leurs troupes bousculées, en juillet. De ce fait, la pression exercée sur l'armée française à Verdun se réduit.

Au total, trente-cinq divisions sont retirées du secteur de Verdun pour renforcer le front devant Bapaume. En août, des escadrilles allemandes aguerries sont transférées de Verdun sur la Somme.

L'horreur vécue lors de la bataille de la Somme est perceptible dans le courrier envoyé par les soldats à leurs proches. Dans une lettre à son ami Stefan Zweig, l'écrivain expressionniste allemand Paul Zech s'exprima ainsi :

« Mon cher ami,
Je n’aurais jamais cru qu’il pût encore y avoir quelque chose qui surpasse l’enfer de Verdun. Là-bas, j’ai souffert atrocement. Maintenant que cela est passé, je puis le dire. Mais ce n’était pas assez : maintenant nous avons été envoyés dans la Somme. Et ici tout est porté à son point extrême : la haine, la déshumanisation, l’horreur et le sang. (…) Je ne sais plus ce qu’il peut encore advenir de nous, je voulais vous saluer encore une fois. Peut-être est-ce la dernière. »

Reprise des offensives (septembre-novembre 1916)[modifier | modifier le code]

Photo aérienne des tranchées vers Thiepval le 25 septembre 1916.

Les attaques du début septembre[modifier | modifier le code]

La mise en œuvre des opérations militaires est rendue difficile par une pluie incessante qui transforme le champ de bataille en bourbier.

Une série de coups de boutoir permet la prise de plusieurs positions allemandes. Le 3 septembre, les attaques britanniques échouent à Guillemont, Ginchy, Thiepval et au bois des Fourcaux. La Ferme du Mouquet est prise par la 1re division australienne mais reprise par les Allemands.

Le 4, au sud, la Xe armée française enlève toutes les premières positions allemandes entre Deniécourt et Vermandovillers. Soyécourt et Chilly sont pris, avec 2 700 prisonniers ; Chaulnes est directement menacée à partir de Lihons.

Le 9 septembre, les Britanniques prennent Ginchy. Une nouvelle offensive générale des Britanniques sur l'ensemble du front au nord de la Somme est prévue pour le 15 septembre.

Le 12 septembre, la VIe armée française attaque au nord de la Somme mais ne parvient pas à atteindre ses objectifs. En raison du mauvais temps, Foch suspend l'offensive, le 18 septembre jusqu'au 25. Le 17 septembre, au sud de la Somme, Vermandovillers, Deniécourt et Berny-en-Santerre tombent aux mains de la Xe armée française qui fait 1 400 prisonniers.

Une arme nouvelle, les chars[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Flers-Courcelette.
Char britannique Mark I.

Le 15 septembre apparaissent les premiers chars d'assaut britanniques, « les tanks » Mark I, qui interviennent avec un succès limité. Le Mark I mesure 8 m de long, pèse 30 t, dispose d'une autonomie de 20 km et avance à la vitesse de 6 km/h; il est équipé de 5 mitrailleuses. Leur utilisation, à l'avant de l'infanterie, permet au 22e Régiment royal canadien de prendre Courcelette, à la 15e division écossaise de prendre Martinpuich, tandis que la 47e London Division s'empare du bois des Fourcaux, la Division néo-zélandaise prend et occupe une position appelée Switch line entre le Bois des Fourcaux et Flers après 30 minutes de combat et la 41e division britannique s'empare de Flers et fait 4 000 prisonniers.

L'offensive anglo-française conjointe débute le 25 septembre. Le 26, Français et Britanniques entrent dans Combles évacué par les Allemands. D'autre part, tout à fait au nord, les Britanniques enlèvent Thiepval après l'utilisation de mines. Le 28 septembre, l'offensive cesse pour consolider les positions acquises.

Le mois d'octobre voit se multiplier les petites offensives localisées sans grand succès, les Français piétinent au sud de Péronne autour de Chaulnes et de Villers-Carbonnel. Les forces alliées sur le front de la Somme s'essoufflent.

Enlisement et fin de la bataille de la Somme[modifier | modifier le code]

Le 5 novembre, les Français attaquent Sailly-Saillisel mais ne parviennent pas à enlever le bois de Saint-Pierre-Vaast, les Allemands reprennent en partie le contrôle de Sailly-Saillisel. Au sud de la Somme, la Xe Armée française conquiert Ablaincourt-Pressoir mais rencontre une forte résistance allemande ailleurs.

Après quelques succès le 13 novembre : prise de Beaumont-Hamel, Saint-Pierre-Divion et Beaucourt-sur-l'Ancre, les Britanniques contrôlent la vallée de l'Ancre mais ne progressent plus.

À partir du 18 novembre, les conditions climatiques se dégradent considérablement, pluie glaciale, neige et blizzard mettent en échec toutes les offensives. C'est la fin effective de la bataille de la Somme. Le 21 novembre, Haig décide l'arrêt des offensives britanniques. L'offensive de la Xe Armée française prévue en décembre est ajournée par Foch, le 11 décembre. Le 18 décembre, Joffre renonce définitivement à l'offensive mettant ainsi fin officiellement à la bataille de la Somme[3].

Bilan[modifier | modifier le code]

Des gains territoriaux modestes[modifier | modifier le code]

En cinq mois, les Alliés ont progressé de 12 kilomètres au nord de la Somme entre Maricourt et Sailly-Saillisel et 8 kilomètres au sud. La percée tant attendue par laquelle Joffre espérait revenir à une guerre de mouvement s'est transformée une fois de plus en une bataille d'usure, comme à Verdun. Aucun des objectifs principaux — que sont Bapaume et Péronne — n'est atteint.

Les prises de guerre[modifier | modifier le code]

Bois Delville, tranchée allemande.

Les Britanniques ont capturé :

  • 31 076 Allemands,
  • 102 canons de campagne,
  • 29 canons lourds,
  • 111 mortiers
  • 453 mitrailleuses.

Les Français ont fait prisonniers et se sont emparés de :

  • 41 605 Allemands (dont 809 officiers)
  • 71 pièces de campagne,
  • 101 pièces lourdes,
  • 104 mortiers
  • 535 mitrailleuses.

Les Allemands ont capturé :

  • données non connues

De lourdes pertes humaines[modifier | modifier le code]

Les chiffres des pertes humaines varient selon les sources. On considère généralement que:

  • Pour les Britanniques le nombre de morts représente 30 % des victimes. Le nombre des disparus 19 %[b] et celui des blessés 51 %.
  • Pour les Français, le nombre des morts représenterait 20 % des victimes, celui des disparus 13 %[c] et celui des blessés 67 %.

Ainsi, pour des résultats similaires, la tactique des Français s'est avérée moins coûteuse que celle des Britanniques dont les hommes de l'armée Kitchener manquaient d'expérience.

Pour limiter les pertes, Foch demandait aux commandants d'unités de faire courir les hommes d'obstacle en obstacle, « il est donc d'une importance primordiale de l'employer [le soldat] avec une stricte économie… »[15].

  • Pour les Allemands les chiffres en valeurs relatives ne sont pas connus.

Les pertes journalières se répartiraient, en moyenne, comme suit :

  • 3 100 pour les Allemands (contre 1 115 pendant la bataille de Verdun) ;
  • 2 976 pour les Britanniques ;
  • 1 437 pour les Français (contre 1 250 pendant la bataille de Verdun qui dura 302 jours)[d].

La durée de la bataille de la Somme fut de 141 jours.

Estimation du nombre de victimes pendant la bataille de la Somme (1916)[13]
Armée allemande Armée britannique Armée française Total belligérants
morts et disparus
170 100
206 282
66 688
443 070
blessés
267 222
213 372
135 879
616 473
total
437 322
419 654
202 567
1 059 543

Conséquences[modifier | modifier le code]

Malgré les très faibles gains territoriaux, les Allemands ont été très impressionnés par le bombardement de préparation des Alliés. C’est à la suite de la bataille de la Somme que le haut-commandement allemand décide la guerre sous-marine à outrance qui est l'une des causes de l’entrée en guerre des États-Unis, provoquant un basculement du rapport de forces[11].

Le , l'armée allemande effectue une retraite stratégique, en détruisant tout derrière elle, afin de raccourcir sa ligne de défense sur la ligne Hindenburg.

Lieux de mémoires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Circuit du Souvenir.

La bataille de la Somme a été d'une ampleur considérable, par le nombre de nationalités impliquées, de morts, de disparus ou de blessés de part et d'autre, par l'ampleur des destructions et par les traces qu'elle a laissées dans le sol même. Le circuit du Souvenir permet de se recueillir et de découvrir les principaux sites des champs de bataille.

Mémoriaux du Commonwealth[modifier | modifier le code]

A ces mémoriaux du Commonwealth, il faut ajouter les très nombreux cimetières militaires britanniques disséminés sur les anciens champs de batailles de la Somme.

Principales nécropoles nationales françaises[modifier | modifier le code]

Principaux cimetières militaires allemands[modifier | modifier le code]

Autres lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Cérémonies commémoratives[modifier | modifier le code]

Cérémonies annuelles[modifier | modifier le code]

  • Chaque 1er Juillet, les Britanniques commémorent le début de la bataille de la Somme. Les cérémonies débutent traditionnellement à h 30, au Trou de mine de La Boisselle.

Centenaire de la bataille de la Somme[modifier | modifier le code]

Commémorations du 1er juillet 2016[modifier | modifier le code]

La commémoration du centenaire de la bataille de la Somme se déroule tout au long de l'année 2016. C'est autour du 1er juillet, début de la bataille que se sont concentrées les différentes manifestations officielles qui ont débuté dans la soirée du 30 juin à la nécropole nationale de Rancourt, près de Péronne, en présence de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat aux anciens combattants. Le temps fort de la commémoration ont été les cérémonies du 1er juillet qui ont eu lieu au Trou de mine de La Boisselle, au monument écossais de Contalmaison, au Mémorial de Thiepval, à la Tour de l'Ulster, au Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel, au cimetière militaire allemand de Fricourt, en autre. Les différentes manifestations se sont déroulées en présence de François Hollande, président de la république française, du prince de Galles et de son épouse Camilia, duchesse de Cornouailles, de son fils aîné, le prince William et de son épouse la princesse Kate, de son fils cadet le prince Harry, de David Cameron, premier ministre du Royaume-Uni, de Michael D. Higgins, président de la république d'Irlande, des autorités religieuses du Royaume-Uni et de Horst Kölher, ancien président de la république d'Allemagne. La veille, la reine Elisabeth II avait déposée une couronne de fleurs sur la tombe du soldat inconnu à l'abbaye de Westminster, au cours d'une veillée funèbre.

Cérémonie du 12 juillet 2016[modifier | modifier le code]

Le président sud-africain Jacob Zuma, s'est rendu à Longueval, le 12 juillet accompagné du secrétaire d'Etat aux anciens combattants français pour inaugurer, au mémorial national sud-africain du bois Delville, un « mur de la mémoire » sur lequel sont inscrits les noms de 14 000 soldats sus-africains - toutes ethnies confondues - morts au cours des différents conflits du XXe siècle auxquels l'Afrique du Sud participa.

Cérémonie du 23 juillet 2016[modifier | modifier le code]

Le 23 juillet 2016, à Pozières, une cérémonie s'est déroulée, dès 8 h 30, sur le site du futur parc-mémorial du moulin à vent où 7 000 petites croix de bois étaient plantées dans le sol. Une ré-inhumation de trois soldats australiens s'est ensuite déroulée au Cimetière militaire britannique des Colonnes, en présence de Dan Tehan, ministre australien des anciens combattants, de l'ambassadeur d'Australie en France et d'Odile Bureau, sous-préfète de Péronne[16].

Personnalités ayant participé à la bataille de la Somme[modifier | modifier le code]

Personnalités tombées lors de la bataille[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi dans les armées alliées ou allemande[modifier | modifier le code]

Pierre Loti envoyé à Doullens publia ses premiers articles de « reporter de guerre » pour l'Illustration; il écrivit, le 2 octobre, à propos de ce qu'il vit de la bataille :

« Nous découvrons tout à coup vers l'est un immense horizon de collines voilées de fumées blanches [...] grand bruit d'orage [...]. Et c'est cela, la grande bataille, la plus gigantesque bataille que le monde ait jamais connue, et qui sera la dernière aussi grande sans doute, et qui laissera dans l'histoire une trace horrible. C'est la bataille [...] où se joue le sort de notre race et qui nous coûte, rien que sur ce point qu'embrasse notre vue deux cents hommes par jour. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Comme le chemin de fer Froissy-Dompierre par exemple.
  2. Soit 127 751 morts et 78 531 disparus britanniques.
  3. Soit 39 187 morts et 27 501 disparus français.
  4. De 1914 à 1918, le nombre moyen de tués par jour dans l'armée française est estimé à 900 par Stéphane Audoin-Rouzeau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Battle of the Somme, historylearningsite.co.uk
  2. (en) Graeme Chamley Wynne, If Germany attacks : the battle in depth in the West, Greenwood Press, (ISBN 0-8371-5029-9), p. 131
  3. a et b La bataille de la Somme 14-18, Première Guerre mondiale et circuit du souvenir - Images en Somme
  4. Ronald Hubscher (sous la direction de), Histoire d'Amiens, Toulouse, Éditions Privat, 1986 (ISBN 2-7089-8232-X)
  5. Abbé Auguste Trimbalet, De Soyécourt à Wittemberg ou l'invasion et la captivité, Amiens, 1916, Yvert et Tellier - réédité en Allemagne en français et en allemand en 2009
  6. Abbé Charles Calippe, La Somme sous l'occupation allemande 27 août 1914-19 mars 1917, 1918, réédition Office d'édition du livre d'histoire, Paris, 1996 (ISBN 2 - 84 178 - 095 - 3)
  7. Francine François-Dejuine, 1914-1924, 26 communes dans la tourmente, Inval-Boiron, La Vague verte, collection "Souvenance", 2007 (ISBN 978 - 2 - 913 924 - 99 - 4)
  8. http://www.hervedavid.fr/francais/14-18/Pillorget%20aviation%20article.htm
  9. W.M. Lamberton et E. F. Cheesman, ibid. 1960, p. 12
  10. Bernard Adams, Nothing of importance. A Record of Eight Months at the Front with a Welsh Battalion p316 il décrit une vibration continue venant de la Picardie alors qu'il est convalescent dans le Kent. Le livre est disponible sur archive.org : https://archive.org/details/nothingimportan00adamgoog
  11. a et b Stéphane Audoin-Rouzeau et Patrice Gélinet, 2000 ans d'histoire sur France Inter, vendredi .
  12. Jean-Jacques Becker, La Première Guerre mondiale, Belin, 2003 (ISBN 2-7011-3699-7)
  13. a et b Denizot 2002.
  14. Quid 2004, Robert Laffont, p. 699c
  15. SHD DAT 1K795(30)
  16. Marine Delaporte, « Le Centenaire de la Bataille de la Somme célébré par les Australien » in Courrier picard du 24 juillet 2016 p. 11

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Bayard, 2004.
  • Louis Barthas, Les Carnet de guerre de Louis Barthas, tonnelier, cahiers 13 et 14, p. 369 à 425, Paris, Éditions François Maspero, 1978 (ISBN 2-245-01-095-7).
  • Jean-Jacques Becker et Gerd Krumeich, La Grande Guerre. Une histoire franco-allemande, Paris, Tallandier, collection «Texto», 2012 (ISBN 978-2-84 734-996-2).
  • Marjolaine Boutet et Philippe Nivet, La Bataille de la Somme, l'hécatombe oubliée 1er juillet-18 novembre 1916, Paris, Editions Tallandier, 2016 (ISBN 979 - 10 - 210 - 1 849 - 5)
  • John Buchan, La Bataille de la Somme, juillet-novembre 1916, Thomas Nelson & sons LTD, vers 1920.
  • Alain Denizot, La Bataille de la Somme, Perrin, (ISBN 978-2262024260).
  • A. H. Farrar-Hockley, Le à l'aube Somme 1916, Paris, Presses de la Cité, 1965.
  • Maréchal Marie Émile Fayolle, Cahiers secrets de la Grande Guerre, Paris, Plon, 1964.
  • Maréchal Ferdinand Foch, Mémoires pour servir à l'histoire de la Guerre de 1914-1918, tome 2, Paris, Plon, 1931 (T.II disponible sur Gallica).
  • Brian Gardner, La Grande Offensive Somme 1916, Paris, Presses de la Cité, 1963, 252 pages.
  • Général Georges Girard, La Bataille de la Somme en 1916, Paris, Plon, 1937.
  • Maréchal Joseph Joffre, Mémoires, tome 2, Paris, Plon, 1932. Lire sur Gallica.
  • Ernst Jünger, Carnets de guerre 1914-1918, 576 pages, Paris, Christian Bourgois, 2014 (ISBN 9782267025897).
  • Ernst Junger, Orages d'acier, 1920.
  • John Keegan, La Première Guerre mondiale, Perrin, 2003 (ISBN 978-2-262-02 096-5).
  • John Keegan, Anatomie de la bataille, Robert Laffont, 1993.
  • André Laurent, La Bataille de la Somme 1916, Amiens, Martelle Éditions, 1996 (ISBN 2 - 87 890 - 056 - 1).
  • Pierre Miquel, Les Oubliés de la Somme, Tallandier, 2001 (ISBN 979-10-210-0 368-2), Résumé du livre.
  • J. Picavet, La Bataille de la Somme, juillet 1916-mars 1917, Amiens, Imprimerie Yvert et Compagnie, 1926 réédition, Inval-Boiron, La Vague verte, 2006 (ISBN 2-913 924-88-3).
  • Jean-Michel Steg, Ces Anglais morts pour la France, Fayard, 2016, 218 pages.
  • Alexandre Thers, La Somme - l'offensive tragique, éditeur : Histoire et Collections, les mini-guides.
  • H.P. Willmott, La Première Guerre mondiale, éditeur : DK Publishing.
  • Jay Winter (sous le direction de) La Première Guerre mondiale, tome 1, "Combats", 816 pages, Paris, Fayard, 2013 (ISBN 9782213668789).
  • Jay Winter (sous le direction de) La Première Guerre mondiale, tome 2, « États », 887 pages, Paris, Fayard, 2014 (ISBN 9782213678948).

Recueils de dessins et bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Journaux et revues[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]