Bataille de l'atoll de Wake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de l'atoll de Wake
Navire japonais coulé près de l'atoll de Wake.
Navire japonais coulé près de l'atoll de Wake.
Informations générales
Date 8 décembre -
Lieu atoll de Wake, Océanie
Issue Victoire japonaise
Belligérants
Drapeau : Japon Empire du Japon États-Unis États-Unis
Commandants
Drapeau du Japon Shigeyoshi Inoue
Drapeau du Japon Sadamichi Kajioka
Drapeau du Japon Shigematsu Sakaibara
Drapeau des États-Unis Winfield S. Cunningham
Drapeau des États-Unis James Devereux
Forces en présence
2 500 soldats
2 porte-avions
6 contre-torpilleurs
2 patrouilleurs
3 croiseurs de combat
2 transporteurs de troupes
450 US Marines
(dont 68 soldats de l'United States Navy)
Pertes
820 tués
333 blessés
1 croiseur endommagé
2 contre-torpilleurs coulés
2 patrouilleurs coulés
8 avions détruits
20 avions endommagés
120 tués
49 blessés
2 disparus
433 capturés
12 avions détruits
Seconde Guerre mondiale - Guerre du Pacifique
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Malaisie ·Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu  · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima  · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 19° 17′ 24″ N 166° 36′ 04″ E / 19.29, 166.601 ()19° 17′ 24″ Nord 166° 36′ 04″ Est / 19.29, 166.601 ()  

Géolocalisation sur la carte : Océanie

(Voir situation sur carte : Océanie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de l'atoll de Wake.

Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique

(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de l'atoll de Wake.

La bataille de l'atoll de Wake (plus connue sous le nom de Wake Island en anglais) démarre simultanément avec l'attaque de Pearl Harbor le dans le cadre de la Guerre du Pacifique. Elle s'est terminée le lorsque les forces américaines présentes sur l'île se rendent à l'Armée impériale japonaise.

L'île est occupée par les Japonais jusqu'au , lorsque la garnison japonaise se rend à un détachement de US Marines, deux jours après la capitulation du Japon.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre du Pacifique.

En janvier 1941, la United States Navy construit une base militaire sur l'atoll de Wake. Une garnison de 450 hommes, provenant du premier bataillon de la défense marine est affectée, accompagnée de plus de 1 200 travailleurs civils. On y trouve six canons de 127 mm récupérés sur un croiseur mis à la ferraille, 12 canons anti-aériens M3 de 76 mm, 18 canons lourds M2 et également 30 autres canons légers. Cette garnison est commandée par le commandant Devreux.

Considérée comme une menace par l'Empire du Japon pour sa politique d'expansionnisme en Asie du Sud-Est et en Océanie, l'île est attaquée peu de temps après l'attaque de Pearl Harbor et la déclaration de guerre des États-Unis contre le Japon.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

2 patrouilleurs japonais débarquant sur l'île de Wake en décembre 1941.
Après 4 ans d'occupation, capitulation inconditionnelle de la garnison japonaise de Wake le 4 septembre 1945.

Le lendemain de l'attaque de Pearl Harbor, le 8 décembre 1941, 16 bombardiers japonais attaquent l'île détruisant huit des douze Grumman F4F Wildcat présents sur l'aéroport mais laissant intactes les installations défensives.

Au matin du 11 décembre, la garnison aidée des quatre Wildcats repoussent le premier débarquement japonais de la Force des mers du Sud de la marine impériale japonaise composée de :

  • 3 croiseurs de combat (Yubari, Tenryu, Tatsuta);
  • 6 contre-torpilleurs : Yayoi, Mutski, Kisaragi, Hayate, Oite, Asanagi;
  • 2 patrouilleurs (bateaux de patrouille No. 32 et No. 33);
  • 2 transporteurs de troupes contenant 450 marins japonais.

L'artillerie terrestre fait feu sur les forces d'invasion coulant le Hayate (qui sera le premier bateau japonais coulé de la Seconde Guerre mondiale) et endommage de nombreux navires. Les Wildcats, quant à eux, coulent le Kisaragi.

Le siège continue et l'aviation japonaise continue de bombarder l'île. La marine japonaise détache deux porte-avions de Pearl Harbor (Soryu et Hiryu). Le 23 décembre, les Japonais lancent la deuxième attaque avec les navires présents lors de la première attaque avec 1 500 hommes supplémentaires.

Les deux patrouilleurs accostent à h 35 puis, après toute une nuit et toute la matinée de combats, les Américains se rendent finalement. Les Américains enregistrent une perte de 119 hommes alors que les Japonais perdent 900 hommes, deux contre-torpilleurs et 20 avions. Tous les Américains sont capturés.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le capitaine Henry T. Elrod, un pilote ayant participé à la bataille, fut décoré de la médaille d'honneur à titre posthume pour avoir abattu deux chasseurs A6M Zero. Une décoration militaire spéciale, la Wake Island Device fut créé en l'honneur des défenseurs de Wake.

Le , l’USS Enterprise de la Task Force 16 attaque les troupes japonaises de Wake. Les États-Unis bombardèrent l'île jusqu'à la reddition des Japonais. Le , les avions de l’USS Yorktown mènent un raid extrêmement efficace et deux jours après, ayant peur d'une invasion imminente, le vice-amiral Shigematsu Sakaibara ordonne l'exécution de 98 civils Américains capturés effectuant du travail forcé sur l'atoll.

Le , les Japonais se rendent, deux jours après la signature des Actes de capitulation du Japon.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

La bataille est dépeinte dans les jeux vidéo Battlefield 1942 et Battlefield 1943 (qui sera reprise et modernisée de façon fictive dans Battlefield 2 et 3).

Documents[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Burton, Fortnight of Infamy : The Collapse of Allied Airpower West of Pearl Harbor, Annapolis, US Naval Institute Press,‎ 2006 (ISBN 978-1-59114-096-2)
  • (en) Devereaux, Colonel James P.S., USMC, The Story of Wake Island, Nashville, The Battery Press,‎ 1947 (ISBN 978-0-89839-264-7)
  • (en) Bill Sloan, Given up for Dead: America's Heroic Stand at Wake Island. Bantam Books, 2003. (ISBN 0-553-80302-6)
  • (en) Uwrin, Gregory J.W., Facing Fearful Odds: The Siege of Wake Island, Lincoln, University of Nebraska Press,‎ 1997 (ISBN 978-0-8032-9562-9)
  • (en) Jim Moran, Wake Island 1941; A battle to make the gods weep, Osprey Campaign Series #144; Osprey Publishing. Illustrator: Peter Dennis, 2011. (ISBN 978-1-84908-603-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]