Bataille de l'Atlantique (1939-1945) : chronologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de l'Atlantique (1939-1945)
Description de cette image, également commentée ci-après
Guetteurs sur un navire d'escorte (octobre 1941).
Informations générales
Date Septembre 1939 à mai 1945
Lieu Océan Atlantique nord et sud, océan Arctique.
Issue Échec de la tentative allemande de blocus du Royaume-Uni.
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la France France (1939–40, 1944-45)
Drapeau de la France France libre
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Commandants
Commandant Rodger Winn (cellule anti sous-marine GB); commandant Kenneth Knowles (cellule anti sous-marine US); amiral Ernest Joseph King (commandant de la flotte US)Amiral Erich Raeder, puis
Amiral Karl Dönitz
Forces en présence
Drapeau du Royaume-Uni Royal Navy
Drapeau du Canada Marine royale canadienne
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale (1939–40, 1944-45)
United States Navy United States Navy
Flag of Norway, state.svg Marine royale norvégienne
Flag of the Netherlands.svg Marine royale néerlandaise
Naval Ensign of Free France.svg FNFL
Flag of Free France (1940-1944).svg Résistance intérieure française
Nombreux destroyers, sloops, frégates et corvettes.
Kriegsmarine Kriegsmarine
Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina

U-Boote
40 000 hommes
Pertes
23 millions de tonnes de navires coulés,
dont 3 000 britanniques,
2 000 alliés et
1 000 neutres;
45 000 marins
morts ou disparus dont 30 000 britanniques
La quasi totalité de la flotte de surface allemande et 780 U-Boote coulés;
30 000 morts ou disparus

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Bataille de l'Atlantique


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Cet article offre une vision chronologique du déroulement de la bataille de l'Atlantique durant la Seconde Guerre mondiale, en présentant les événements les plus importants ou les plus signifiants. Pour plus de détails, le lecteur est prié de se reporter aux ouvrages cités en Bibliographie.

1939[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

  • 24 : Le cuirassé de poche Deutschland prend la mer pour se positionner au sud du Groenland et attaquer le commerce allié dès l'ouverture des hostilités[1].
  • 29 : U-26 et U-53 appareillent pour aller déposer des mines le long des côtes britanniques, vers Portland[1].

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 3 : La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l'Allemagne.
  • 3 : L'U-30 torpille le paquebot SS Athenia, au nord de l'Irlande. C'est le premier navire britannique coulé du conflit. 112 des 1 306 passagers et membres de l’équipage périssent. Cet acte barbare est interprété comme le début de la guerre maritime sans restriction[2].
  • 16 : Le premier convoi vers les Îles britanniques appareille d'Halifax, HX-1.
  • 17 : Le premier convoi "rapide", HXF-1, appareille d'Halifax. Son escorte se limite à un destroyer, canadien.

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 14 : L'U-47, commandé par Gunther Prien, coule le cuirassé HMS Royal Oak dans la base britannique de Scapa Flow.
  • 23 : Un champ de 3 636 mines est déposé à hauteur du Cap Gris-nez. La circulation dans la Manche est désormais interdite par deux barrages de mines, l'autre étant entre le banc de Goodwin et la côte belge[3]. Désormais, les U-Boote contourneront les Îles britanniques par le nord pour accéder à l'Atlantique.

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 19 : Churchill propose d'établir un barrage de mines entre l'Écosse et la Norvège, nécessitant 181 000 mines pour un coût de £ 2 000 000. Sa mise en place commence, mais il ne sera jamais efficace.
  • 23 : Le croiseur auxiliaire HMS Rawalpindi, en patrouille au nord des Îles Féroé, est coulé par les croiseurs de bataille allemands Gneisenau et Scharnhorst.
  • 29 : L'Espagne ratifie un traité d'amitié avec l'Allemagne. Des clauses secrètes autorisent les allemands à utiliser les ports espagnols. La supposée "neutralité" de l'Espagne dans le conflit est donc toute relative.

Décembre[modifier | modifier le code]

1940[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 1-15 : Il n'y a plus aucun U-Boot en opérations dans l'Atlantique[réf. nécessaire].
  • 17 : L'U-44, en opérations dans l'Atlantique, signale un convoi. Son message est repéré par les services d'écoute français. Le B-Dienst[note 1] intercepte le message français et constate que la position donnée de l'U-Boot donnée par les français est à 70 milles nautiques de sa position réelle[5].
  • 26 : Les U-Boote reçoivent l'autorisation d'attaquer en plongée, sans avertissement, les navires rencontrés à l'Est de l'Écosse, dans le canal de Bristol ou dans la Manche[5].
  • 30 : L'U-55 est coulé par deux escorteurs. C'est la première destruction d'U-Boot pour laquelle l'intervention de l'aviation a été utile. Un avion Sunderland a permis de retrouver à chaque fois le U-Boot cherchant à se dérober[6].

Février[modifier | modifier le code]

  • 10 : Depuis le début du mois, il n'y a plus qu'un seul U-Boot en action dans les Atterrages occidentaux. Le 10, trois autres U-Boote le rejoignent[7].

Mars[modifier | modifier le code]

  • 11 : Instauration du rationnement de la viande en Grande-Bretagne.
  • 11 : Première destruction d'un U-Boot, l'U-31, par un avion. Ce dernier est un Blenheim de la RAF qui utilise des bombes "classiques" de 120 kg[8].
  • 31 : Le corsaire allemand Atlantis (Schiffe 16) appareille. Jusqu'en novembre 1941, il coulera vingt-deux navires alliés.

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

  • 5 : Le sous-marin mouilleur de mines britannique HMS Seal, endommagé la veille par une mine au large de Vinga (Cattégat), est capturé par les allemands[9]. Ces derniers s'emparent de documents utiles pour décrypter les codes britanniques. Ils peuvent aussi constater que les détonateurs des torpilles anglaises sont mieux conçus que les leurs[10].
  • 19 : Les britanniques prennent le contrôle de l'Islande.

Juin[modifier | modifier le code]

  • 2-15 : Le groupe (ou meute) "Prien" (sept U-Boote) se constitue pour attaquer le convoi HX-48. Ce dernier échappe aux submersibles[11] ; l'U-30, l'U-32 et l'U-47 dénichent le convoi HX-49, qui perd un cargo[11].
  • 11 : Le corsaire allemand Thor prend la mer, de Norvège, pour aller croiser dans l'Atlantique centrale ainsi que dans l'Atlantique sud[12].
  • 13 : Le sous-marin italien Finzi passe le détroit de Gibraltar pour opérer, sans succès, au large des Canaries[12].
  • 18 : L'U-43 se ravitaille en carburant dans le port espagnol de Vigo où stationne un pétrolier allemand[12], avec l'assentiment de l'Espagne.
  • 20 : L'U-29 se ravitaille en carburant dans le port espagnol du Ferrol auprès d'un autre pétrolier allemand[12].
  • 22 : Capitulation de la France.

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 7 : L'U-30 est le premier U-Boot se présentant à Lorient pour reconstituer sa réserve de torpilles. La base a été déclarée opérationnelle la veille[13].
  • 28 : Le corsaire allemand Thor (Schiffe 10) et le croiseur auxiliaire britannique Alcantara se canonnent. L'anglais gagne Rio de Janeiro pour réparer; l'allemand répare ses dégâts pour continuer sa croisière.

Août[modifier | modifier le code]

  • 3 : Un chasseur Hawker Hurricane, catapulté d'un cargo, abat un appareil de reconnaissance allemand. C'est le premier succès pour les cargos équipés de catapultes (CAM-ships).
  • 15 : Le premier d'une longue série de convois lents (7,5 - 9 nœuds), le SC-1 appareille de Sydney (Nouvelle-Écosse) pour gagner la Grande-Bretagne[14].
  • 20 : L'Amirauté britannique remplace le code Naval Cypher n° 1 par le Naval Cypher n° 2 et substitue au Naval Code le Naval Code n° 2. Cependant, en janvier 1941, le service allemande de renseignement B-Dienst aura déjà réussi à en lire entre 20 et 25 %[15].
  • 30 : Le B-Dienst décode les messages donnant l'itinéraire du convoi SC-2, ainsi que son point de rendez-vous avec l'escorte le 6 septembre[16].

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 2 : Accord entre les britanniques et les américains. Ces derniers offrent cinquante destroyers (de type ancien) aux britanniques en échange de la location pour 99 années de bases militaires dans les Antilles et à Terre-Neuve.
  • 29 : L'U-46 est le premier U-Boot à se présenter à Saint-Nazaire.

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 18-19 : Le convoi SC-7, parti le 5 de Sydney (Nouvelle-Écosse), perd quatorze de ses cargos. Au total, il aura perdu vingt des trente-cinq cargos dans la traversée.
  • 19-20 : Le convoi HX-79, parti le 8 d'Halifax, perd douze de ses quarante-neuf cargos. Les deux journées du 18 et du 19, avec vingt-huit navires envoyés par le fond, sont les pires de toute la bataille de l'Atlantique.
  • 23 : Le croiseur lourd allemand Admiral Scheer appareille de Gotenhafen pour faire la chasse au commerce allié dans l'Atlantique.

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 5 : Le croiseur lourd allemand Admiral Scheer attaque le convoi HX-84 (37 cargos) escorté par le croiseur auxiliaire Jervis Bay. Celui-ci donne l'ordre au convoi de se disperser et engage le combat. Le Jervis Bay coulé, le corsaire allemand coule cinq cargos et en endommage trois autres, dont le pétrolier San Demetrio. Il fait route vers l'Atlantique sud et les convois sont suspendus jusqu'au 17 novembre.
  • 7 : Les marins de l'un des deux canots de sauvetage du San Demetrio aperçoivent un navire. Il s'agit du leur qui n'a pas été achevé par le corsaire allemand. Ils y remontent, le remettent en route et gagnent, sept jours plus tard, la Grande-Bretagne en dépit de la destruction des instruments de navigation du navire[note 2].
  • 11 : Dans l'Océan Indien, au large des îles Nicobar, le corsaire allemand Atlantis capture le vapeur britannique Automedon. Dans les sacs de courrier, les allemands mettent la main sur les nouveaux codes devant être mis en service au 1er janvier 1941, tant pour la Royal Navy que pour la marine marchande britannique.
  • 15 : Des hydravions de l'US Navy commencent des vols de reconnaissance depuis les Bermudes.

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 5 : Le corsaire allemand Thor (Schiffe 10) endommage le croiseur auxiliaire britannique Carnavon Castle, au sud-est de Rio de Janeiro.
  • 19 : L'U-37 coule, par erreur, le sous-marin français Sfax ainsi que le pétrolier Rhône qui transportaient carburant et munitions à Dakar.

Récapitulatif pour 1940[modifier | modifier le code]

  • 91 convois HX ont traversé l'Atlantique, totalisant 3 424 cargos dont 48 ont été coulés (ainsi que 22 traînards et 24 indépendants).
  • 14 convois SC ont traversé l'Atlantique, totalisant 508 cargos dont 29 ont été coulés (ainsi que 13 traînards et 4 indépendants).
  • 61 convois HG ont traversé l'Atlantique, totalisant 1 718 cargos dont 4 ont été coulés (ainsi que 5 traînards et 2 indépendants).
  • 69 convois SL ont remonté l'Atlantique, totalisant 9 055 cargos dont 37 ont été coulés (ainsi que 24 traînards et 57 indépendants).
  • 58 convois OG ont gagné Gibraltar, totalisant 2 197 cargos dont 6 ont été coulés (ainsi que 3 traînards et aucun indépendant)[17].

1941[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 7 : Le groupe I/Kg40, avec ses Fw200 Condor, passe sous le contrôle opérationnel du BdU[note 3].
  • 22 : Début de l'opération Berlin. Les Scharnhorst et Gneisenau quittent Kiel pour attaquer le commerce allié dans l'Atlantique.

Février[modifier | modifier le code]

  • 1 : Le croiseur lourd Admiral Hipper appareille de Brest pour sa seconde mission contre le commerce allié.

Mars[modifier | modifier le code]

Le président Roosevelt apposant sa signature sur la loi "Lend-Lease".
  • 7 : L'as allemand Gunther Prien disparait dans la destruction de l'U-47 qu'il commande lors d'une attaque contre le convoi OB-293, victime des grenades des destroyers HMS Wolverine et HMS Verity.
  • 11 : Signature du "Lend-Lease Act" (Prêt-Bail) par le président Franklin D. Roosevelt.
  • 17 : L'as allemand Joachim Schepke disparait dans la destruction de l'U-100 lors une attaque contre le convoi HX-112.
  • 22 : L'as allemand Otto Kretschmer est capturé lors de la destruction de l'U-99 qu'il commande, lors une attaque contre le même convoi HX-112.

Avril[modifier | modifier le code]

  • 3 : HMS Rother est la première frégate de la classe River à entrer en service[18].
  • 15 : Le Coastal Command passe sous le contrôle opérationnel de l'Amirauté britannique[19].

Mai[modifier | modifier le code]

  • 7 : L' U-110, grenadé, est ramené à la surface ; une compagnie d'abordage du HMS Aubretia s'empare d'une machine Enigma et de ses codes.
  • 18 : Lancement de l'opération Rheinübung. Le cuirassé Bismarck et le croiseur lourd Prinz Eugen appareillent pour attaquer les convois alliés dans l'Atlantique[20].
  • 23 : L'Allemagne reconnait enfin la disparition de Gunther Prien, l'un des meilleurs commandants de la U-bootewaffe. Il a été tué le 6 mars quand HMS Wolverine a coulé l'U-47.
  • 27 : Destruction du cuirassé Bismarck.

Juin[modifier | modifier le code]

  • 1-30 : Introduction du code britannique "Naval Cipher Code n°3". En décembre, le service de décryptage allemand (B-Dienst) en lira 80 % des messages.
  • 13 : Création de la Newfoundland Escort Force. Le rôle de cette formation canadienne doit être d'escorter les convois entre les points de rendez-vous avec les navires de guerre (de WOMP à MOMP)[note 4].
  • 20 : La base sous-marine de Trondheim, Dora 1[note 5], est livrée à la Kriegsmarine. Elle peut accueillir seize U-Boote.

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 1 : Des avions américains commencent à effectuer des vols de reconnaissance au-dessus de l'Atlantique nord au départ d'Argentia, à Terre-Neuve.

Août[modifier | modifier le code]

  • 27 : Mitraillé, l'U-570 se rend à un avion du Coastal Command. Remorqué en Islande, le sous-marin sera remis en service par la Royal Navy sous le nom de HMS Graph.

Septembre[modifier | modifier le code]

Le Patrick Henry en septembre 1941
  • 10 : Les corvettes canadiennes HMCS Mooejaw et HMCS Chambly coulent l'U-501 au sud du Groenland en défendant le convoi SC-42. C'est le premier U-Boot coulé par la marine canadienne dans le conflit.
  • 14 : Le convoi OG-74 appareille pour Gibraltar. Parmi son escorte, le porte-avions HMS Audacity dont c'est la première mission.
  • 27 : Lancement des quatorze premiers Liberty Ships à Baltimore. Le premier est SS Patrick Henry, en présence du président Roosevelt.

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 17 : L'U-568 torpille le destroyer américain USS Kearny, envoyé d'Islande renforcer l'escorte du convoi SC-48. Perdant vingt-deux marins il parvient à Reykjavik.
  • 31 : Le destroyer américain USS Reuben James est torpillé et coulé par l'U-552 en escortant le convoi HX-156. Des 159 hommes d'équipage, seuls quarante-quatre en réchappent.

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 11 : L'Allemagne et l'Italie déclarent la guerre aux États-Unis.
  • 21 : Le porte-avions HMS Audacity est torpillé par l'U-751 en escortant le convoi HG-76.
  • 30 : Le premier Liberty Ship, SS Patrick Henry est opérationnel.

Récapitulatif pour 1941[modifier | modifier le code]

1er semestre
  • 37 convois HX ont effectué la traversée (1413 cargos dont 30 coulés et 14 endommagés).
  • 18 convois SC ont effectué la traversée (576 cargos dont 11 ont été coulés et 3 endommagés).
  • 19 convois SL (750 cargos dont 26 ont été coulés et 2 endommagés) , 35 HG et OG (1031 dont 13 et 4).
  • 91 convois OB ont effectué la traversée (2616 cargos avec 30 coulés et 23 endommagés)[21].
2d semestre
  • 31 convois HX ont effectué la traversée (1567 cargos dont 2 endommagés).
  • 27 convois SC ont effectué la traversée (1187 cargos dont 35 ont été coulés).
  • 27 convois SL (359 cargos dont 15 ont été coulés) , 11 HG et OG (509 dont 32), 15 OS (574 dont 8 coulés et un endommagé).
  • 60 convois OB et ON ont effectué la traversée (2537 cargos avec un seul coulé et 3 endommagés)[22].

1942[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 1 : L'Amirauté britannique remplace le code Naval Cipher n° 2 par le Naval Cipher n° 4.
  • 15 : Rio de Janeiro : ouverture de la conférence panaméricaine. Excédé par les attaques des sous-marins allemands contre ses navires de commerce, le gouvernement brésilien annonce qu'il rompt ses relations diplomatiques avec les pays de l'Axe.
  • 20 : Lancement du projet "LQ" par l'US Navy. Il s'agit de mettre en place des Q-ships, navires pièges destinés à surprendre les U-Boote, à l'instar de ce qui s'était passé durant le premier conflit mondial.
  • 30 : Le convoi SC-67 est protégé tout au long de son trajet par la même escorte, de Terre-Neuve jusqu'en Irlande du Nord. C'est le premier convoi qui bénéficie de cette pratique, mise en oeuvre jusqu'à la fin de la guerre.
  • 31 : L'U-333 torpille par erreur le forceur de blocus allemand Spreewald. Celui-ci, revenant d'Extrême-Orient, ne naviguait pas selon la route prévue.

Février[modifier | modifier le code]

  • 1 : La machine Enigma "M4" est mise en service par les allemands. Ultra, l'appareil anglais, n'est plus en mesure de décoder les messages allemands pendant la quasi-totalité de l'année.
  • 9 : La corvette FNFL Alysse est torpillée par l'U-654, et coulée en escortant le convoi ON-60.
  • 24 : Plusieurs U-Boote voguant vers les côtes américaines tombent inopinément sur le convoi ON-67. L'U-558 coule cinq navires en cinq heures. Parmi eux, le pétrolier britannique Empire Celt, premier navire équipé de filets pare-torpilles[note 6],[23].

Mars[modifier | modifier le code]

  • 17 : Au Royaume-Uni, le rationnement s'étend à l'électricité, au gaz et au charbon ; la ration de textile est diminuée et passe de 66 points annuels à 48.
  • 26 : USS Atik (AK101), Q-ship américain, surprend l'U-123. Ce dernier le torpille. Il n'y a aucun survivant.

Avril[modifier | modifier le code]

  • 8 : L'U-252 débarque des espions en Islande.
  • 14 : L'U-252 attaque le convoi OG-82. Repéré par la corvette HMS Vetch (1re détection faite en opérations avec un radar de type 271), il est coulé par HMS Stork ainsi que par la corvette.

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

  • 9 : La corvette FNFL Mimosa est torpillée et coulée par l'U-124, en escortant le convoi ONS-100.
  • 27 : Le convoi PQ 17 quitte l'Islande pour Mourmansk.
  • 30 : L'U-158 est coulé au large des Bermudes par un avion de patrouille de l'US Air Force. Depuis le 20 mai, il avait coulé douze navires (62 536 tonnes) dans le Golfe du Mexique.

Juillet[modifier | modifier le code]

Le projecteur Leigh
  • 4 : L'ordre de dispersion est donné au convoi PQ-17. 24 de ses 35 cargos sont coulés en tentant de rallier Mourmansk. À la suite de ce désastre, les convois arctiques sont suspendus jusqu'en septembre.
  • 5 : L'U-502 est coulé, de nuit, dans le golfe de Gascogne, par un Wellington utilisant le projecteur Leigh. C'est la première victime de cette nouvelle méthode d'attaque nocturne de sous-marins par l'aviation alliée.
  • 19 : Fuyant la défense qui s'organise, les U-Boote quittent les côtes américaines pour revenir attaquer les convois trans-atlantiques.

Août[modifier | modifier le code]

  • 14 : Un Focke-Wulf Fw 200 Condor est abattu au-dessus de l'Atlantique nord par deux avions américains basés en Islande. C'est le premier avion allemand abattu par l'USAF pendant le conflit.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 8 : La meute (groupe de combat) "Wotan" se constitue pour attaquer le convoi SC-104. Le 11 octobre, l'U-258 le repère mais les mauvaises conditions météorologiques empêchent les sous-marins de se rassembler[25]. Dans les jours qui suivent, sept cargos sur quarante-sept sont coulés[26].
  • 9 : L'U-171, de retour du Golfe du Mexique, termine sa carrière dans le champ de mines "Artichaut", établi par les avions alliés dans le Golfe de Gascogne.
  • 11 : La meute "Léopard" se constitue, avec huit U-Boote, pour traquer le convoi ONS-136. Dans la tempête, avec des vents de force 8-10, seul l'U-597 lance deux attaques, infructueuses. Le lendemain, il est coulé par un B24.
  • 16 : La meute "Wotan" se dirige vers le convoi ON-137[27]. La meute "Puma" réunit huit U-Boote pour viser le convoi ON-138, escorté par le groupe anglais B2. ON-138 ne déplore qu'un cargo endommagé[28].

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 8 : L'Opération Torch, débarquement allié en Afrique du Nord, entraîne la création de nouvelles routes pour les convois.
  • 12 : Le Liberty Ship Robert S Peary est lancé à Richmond, en Californie. Sa construction a duré moins de cinq jours : quatre jours, quinze heures et trente minutes pour le construire. Dans cette opération de propagande, il demeure le navire le plus rapidement construit de sa catégorie.

Décembre[modifier | modifier le code]

Récapitulatif pour 1942[modifier | modifier le code]

1er semestre
  • 29 convois HX, 27 SC et 56 ON traversent l'Atlantique, avec 3 661 cargos dont 22 sont coulés et 3 endommagés.
  • 18 convois SL et 17 OS, avec 1 413 cargos dont 3 sont coulés.
  • 16 HG et OG avec 337 cargos dont 5 sont coulés.
  • 19 PQ et QP, vers la Russie, avec 313 cargos dont 53 coulés.
  • Les 5 convois de troupes vers l'Afrique du nord, codés WS, totalisent 205 cargos qui traversent sans aucune perte[29].
2d semestre
  • 25 convois HX, 26 SC et 49 ON traversent l'Atlantique, avec 3 728 cargos dont 85 sont coulés et 13 endommagés.
  • 11 convois SL et 19 OS, avec 658 cargos dont 19 sont coulés.
  • 8 HG et OG avec 159 cargos dont aucun n'est coulé.
  • Pour les besoins de l'opération Torch, 21 convois partent ou arrivent en Grande-Bretagne (713 cargos dont 9 coulés et 3 endommagés) ; 6 autres partent ou gagnent les USA (246 cargos dont 2 coulés).
  • Vers la Russie, 16 des 149 cargo,s en 4 convois, sont perdus[30].

1943[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 3 : Le convoi TM-1, neuf pétroliers partis de Trinidad vers Gibraltar, est détecté par l'U-514. Alertée, l'Amirauté ordonne au convoi un changement de route que l'escorte n'exécute pas. Le convoi sera intercepté par la meute (groupe de combat de sous-marins allemands) Dauphin ; seuls deux des pétroliers atteindront leur destination.
  • 14 : Début de la conférence de Casablanca. Plusieurs décisions prises à cette occasion auront une influence sur la Bataille de l'Atlantique.
  • 30 : Démission de l'amiral Erich Raeder, chef de l'OKM (commandant en chef de la Kriegsmarine).
  • 31 : Nomination de l'amiral Karl Dönitz à la tête de la Kriegsmarine. Son précédent poste de chef du BdU revient à son adjoint, Eberhardt Godt.

Février[modifier | modifier le code]

  • 7 : La corvette FNFL Lobelia, qui fait partie du groupe escortant le convoi SC-118, éperonne et coule l'U-609.

Mars[modifier | modifier le code]

  • 1-31 : Durant ce mois, se succèdent d'intenses et incessantes batailles autour des convois UGS-6, les convois HX-228 et SC-121, HX-229 et SC-122. Quatre-vingt deux navires (476 000 tonnes) et douze U-Boote sont coulés.
  • 11 : La corvette Aconit, des FNFL, coule deux U-Boote le même jour, en protégeant le convoi HX-228.

Avril[modifier | modifier le code]

  • 21 : Le convoi ONS-5, fort de quarante-deux cargos escortés par le groupe d'escorte B7, appareille de Liverpool pour Halifax. Il perd onze de ses cargos au cours d'une bataille généralement considérée comme le tournant de la bataille de l'Atlantique[31]. Pour Stephen Roskill, rédacteur de l'histoire officielle britannique de la bataille de l'Atlantique : "Cette bataille de sept jours, livrée contre trente U-boote, ne porte pas de nom, juste une longitude et une latitude; mais elle fut en elle-même, aussi décisive que la bataille des Cardinaux ou celle d'Aboukir"[32].

Mai[modifier | modifier le code]

  • 1 : Les U-Boote en route vers le convoi SC-128, composé de trente-trois cargos escortés par le 40e groupe d'escorte, sont leurrés par des escorteurs tirant des fusées éclairantes à distance. Le convoi évite les sous-marins en passant par l'ouest[33].
  • 19 : Le service de renseignement et de décryptage allemand (B-Dienst) localise le convoi HX-239, conduisant à la création de la meute Mösel. Dans l'escorte du convoi, se trouvent les corvettes FNFL Lobelia, Renoncule et Roselys[34].
  • 20 : Création de la Tenth Fleet (en) (10e Flotte) de l'US Navy. Elle présente la particularité de n'avoir aucun navire sous ses ordres et est créée pour gérer la participation américaine à la bataille de l'Atlantique[35],[note 7].
  • 24 : Les pertes allemandes s'amplifient sous l'effet des avancées technologiques et tactiques des Alliés. Le commandement des sous-marins (le BdU) retire pratiquement tous les U-Boote de l'Atlantique, pour les replier dans des eaux plus tranquilles. Ils sont positionnés sur la route allant des États-Unis vers Gibraltar et vers l'Afrique du nord. Quinze U-Boote s'éparpillent dans l'Atlantique nord pour simuler la présence de plusieurs meutes[36].

Juin[modifier | modifier le code]

  • 14 : Début des opérations "Musketry" et "Seaslug" dans le Golfe de Gascogne. Ces zones sont activement survolées par des avions du Coastal Command pour traquer les U-Boote en transit.

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 12 : La torpille acoustique allemande T5 remporte son premier succès contre un escorteur du convoi ON-202. HMS Lagan est endommagé, non réparable.
  • 20 : Autre navire coulé par une torpille acoustique T5, HMCS St. Croix fait partie de l'escorte des convois ONS-18 et ON-202. Le même jour, HMS Polyanthus est coulé par une autre torpille T5.
  • 20-24 : Lors des combats autour des deux convois ONS-18 et ON-202, six cargos et trois escorteurs sont coulés (selon la propagande allemande : neuf cargos et douze escorteurs).

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 19 : Le groupe d'escorte du captain Walker quitte Lough Foyle et rejoint le porte-avions d'escorte Tracker pour couvrir les convois naviguant entre l'Islande et les Açores[40].
  • 20 : Le groupe d'escorte du captain Walker rejoint le convoi ON-207. Celui-ci ne semblant pas menacé, le groupe le quitte pour un autre convoi[40].
  • 26 : Le groupe d'escorte du captain Walker rejoint le convoi HX-262. La tempête paralyse toute action des U-Boote[40].

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Des marins allemands, survivants du Scharnhorst, débarqués à Scapa Flow.

26 : Dans la Bataille du cap Nord, destruction du Scharnhorst qui tentait d'attaquer le convoi JW-55B.

Récapitulatif pour 1943[modifier | modifier le code]

  • Les États-Unis ont construit 14 millions de tonnes de navires marchands[41].
  • 52 convois HX et 35 SC effectuent la traversée, avec respectivement 3 007 et 1 577 cargos. Il faut rajouter 61 ON et 26 ONS (3 043 et 914 cargos). Sur l'ensemble 90 cargos sont coulés et 6 endommagés.
  • 19 convois SL, 33 MKS, 21 OS, 30 KMS et 21 KMF totalisent 4 333 cargos dont 44 sont coulés et 16 endommagés.
  • Entre les USA et Gibraltar, 25 convois UGS (1822 cargos) et 23 GUS (1360), 9 UGF (177) et 7 GUF (129), 9 UC (201) et 10 CU (175). Sur ce total 5 cargos sont coulés.
  • Vers la Russie, 8 convois totalisent 209 cargos dont 6 sont coulés[42].

1944[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 2 : Un hélicoptère, Sikorsky R-4, est utilisé pour la couverture aérienne d'un convoi. C'est la première utilisation de ce type d'aéronef pour cette mission de lutte anti-sous-marine[43].

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

  • 16 : Détecté dans le détroit de Gibraltar par deux avions équipés de "MADCAT", l'U-392 est coulé par ceux-ci et par le destroyer HMS Vanoc.

Avril[modifier | modifier le code]

  • 14 : Au nord des Açores, l'U-448 manœuvre pour attaquer le porte-avions d'escorte Biter. Détecté, il est coulé par deux des navires d'escorte.

Mai[modifier | modifier le code]

  • 13 : Au large de Freetown, le commandant de l'U-852, Heinz Eck, ordonne de mitrailler dans l'eau les survivants du cargo qu'il vient de torpiller. Au-delà de la propagande, c'est le seul cas de ce type de crime répertorié dans la bataille de l'Atlantique. Eck sera jugé et exécuté à la fin de la guerre[44].

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 17 : Appareillage d'Halifax du convoi HX-300. Composé de 167 cargos, c'est le plus gros convoi de la guerre. Il arrive à destination le 3 août, sans perte[45].

Août[modifier | modifier le code]

l'U-505 capturé, devant le porte-avions d'escorte Guadalcanal (CVE 60), le 4 juin 1944.
  • 4 : L'U-505 est capturé par un groupe de chasse américain, le TG.22.3, auprès du porte-avions Guadalcanal. Forcé à revenir en surface, le sous-marin est évacué par son équipage tandis qu'une compagnie d'abordage américaine en prend possession. L'U-505 est remorqué jusqu'au Bermudes. C'est le premier navire pris à l'abordage par l'US Navy depuis 1815[46].

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 4 : L'U-256 est le dernier U-Boot à quitter Brest.
  • 29 : L'U-2511 entre en service. C'est le premier U-Boot de type XXI opérationnel. Il ne coule aucun navire jusqu'à la fin du conflit.

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 12 : 25 Lancaster, portant des bombes de 6 tonnes, coulent le Tirpitz dans le fjord norvégien où il était ancré.

Décembre[modifier | modifier le code]

Récapitulatif pour 1944[modifier | modifier le code]

  • 53 convois HX, 4 085 cargos dont 2 sont torpillés et 2 perdus par accident;
  • 58 convois ON, dont 1 torpillé et 3 perdus par accident;
  • 13 convois SC, 582 cargos dont 2 torpillés et 1 perdus par accident;
  • 13 convois ONS, 464 cargos, sans pertes;
  • 43 convois CU, 1 361 cargos dont 3 torpillés et 2 perdus par accident;
  • 54 convois UC, 1 393 cargos sans perte;
  • 46 convois UR, 212 cargos dont 1 torpillé et 2 perdus par accident;
  • 47 convois RU, 229 cargos sans perte;
  • 35 convois SL/MKS, 1 433 cargos, sans perte;
  • 38 convois OS/KMS, 1 277 cargos dont 1 torpillé et 1 perdu par accident;
  • 15 convois KMF, 191 cargos, sans perte;
  • 15 convois MKF, 151 cargos, sans perte;
  • 39 convois UGS, 2 717 cargos, 2 torpillés, 2 coulés par des avions, 2 par des mines et un par accident;
  • 36 convois GUS, 2 613 cargos, dont un seul torpillé;
  • 10 convois UGF, 12 cargos, sans perte;
  • 10 convois GUF, 133 cargos, sans perte;

Vers la Russie, on compte :

  • 10 convois JW, 296 cargos dont 3 sont torpillés;
  • 9 convois RA, 262 cargos dont 4 sont torpillés[47].

1945[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

  • 25 : Premier succès d'un U-Boot de type XXIII. L'U-2322 coule un cargo au large de Berwick.

Mars[modifier | modifier le code]

  • 23 : Les multiples tentatives d'interception du convoi RA-65, tant par les U-Boote que par la Luftwaffe, sont totalement infructueuses. Le convoi arrive intact le 31 à Scapa Flow[48].

Avril[modifier | modifier le code]

  • 14 : L'U-879 coule un pétrolier à l'est du cap Hatteras. Il est pris en chasse par un groupe de Hunter-Killers composé de trois destroyers d'escorte[49]. Un dirigeable de l'US Navy se joint à la chasse. A l'aide de bouées acoustiques, il détecte le sous-marin et lance une torpille FIDO qui le détruit[50].
  • 30 : Karl Dönitz ordonne que l'ensemble de la flotte de surface et sous-marine se saborde ; il retire cet ordre le 4 mai.

Mai[modifier | modifier le code]

  • 4 : Le commandement des sous-marins allemandes (BdU) envoie l'ordre à tous les U-Boote de cesser les hostilités.
  • 5-6 : Au large de Block Island, devant les côtes américaines, l'U-853 coule un cargo. Il est chassé et détruit par des destroyers d'escorte et deux dirigeables. C'est le dernier U-Boot coulé par les forces américaines durant le conflit[51].
  • 7 : L'U-320 est coulé par un PBY Catalina au nord de Bergen. C'est le dernier U-Boot coulé de cette bataille, et de cette guerre[52].
  • 7 : L'U-2336 commandé par Emil Klusmeier coule deux cargos, Avondale Park et Sneland I, au large du Firth of Forth. Ce sont les dernières destructions de cette bataille de soixante-huit mois[53].
  • 8 : Fin des hostilités dans l'Atlantique.

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 10 : Après une traversée inédite, l'U-530 se rend aux autorités argentines à Mar del Plata. Son équipage a enfreint l'ordre de se rendre aux Alliés. Il sera un temps suspecté d'avoir transporté Hitler et Eva Braun.

Août[modifier | modifier le code]

Le U-977, amarré à Mar del Plata.
  • 17 : L'U-977 fait à son tour, surface devant Mar del Plata, en Argentine après un périple de quatre-vingt dix-neuf jours de mer depuis la Norvège, dont soixante en plongée[note 10]. Son commandant, Heinz Schaeffer, a enfreint l'ordre de reddition.

Récapitulatif pour 1945[modifier | modifier le code]

  • 32 convois HX traversent l'océan ; 1 985 cargos dont 3 coulés.
  • 14 SC, 393 cargos et 2 pertes.
  • 30 ON, avec 2 081 cargos (2 coulés) et 14 ONS avec 387 cargos.
  • 22 CU et 41 UC, totalisant respectivement 732 et 808 cargos ; 16 UR (732) et 16 RU (64 dont 2) ; 16 UR (74 dont 2) et 16 RU (64 dont 2).
  • 32 UGS (1 443), 4 UGF (15), 31 GUS (1 383) et 24 GUF (342). Le tout sans perte.
  • 31 SL/MKS (733) et 3 XK (12) ; 31 OS/KMS (599 dont 4 coulés) ; 1 KX (6), 9 MKF (115) et 9 KMF (109).
  • Vers la Russie, 4 JW (107 dont 2 coulés) et 5 RA (142 cargos dont 2 coulés)[54].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le B-Dienst, dénomination abrégée de "Funkbeobachtungsdienst", est le Bureau de la Kriegsmarine chargé de l'écoute et du décryptage des communications ennemies[4].
  2. Cette histoire a été portée au cinéma, en 1943 sous le titre "San Demetrio London". Autre anecdote : le fait d'avoir, sans l'assistance d'aucun autre navire, abordé le pétrolier et de l'avoir mené à bon port a ouvert aux marins le bénéfice de "parts de sauvetage" payées par les assureurs. Les marins se sont partagé la somme de £ 14 700 (La valeur du pétrolier et de sa cargaison ayant été évaluée à £310 000).
  3. BdU est l'acronyme de Befehlshaber der U-Boote', c'est-à-dire le Haut Commandement de l'Arme sous-marine allemande du Troisième Reich.
  4. WOMP : "West Ocean Meeting Point" (Point de Rendez-vous Océanique Ouest); MOMP : "Middle Ocean Meeting Point (Point de Rendez-vous Océanique Central). Les escortes ne suivent pas les convois tout au long de leur trajet. Différentes escortes se succèdent en se relayant à des points définis à l'avance comme WOMP.
  5. L'alphabet phonétique allemand d'alors utilise "Dora" pour la lettre "D", le nom allemand de "Trondheim" étant "Drontheim".
  6. 768 navires seront, durant le conflit, équipés de tels filets. 21 d'entre eux seront attaqués à la torpille ; dont six sont coulés, cinq endommagés. Pour les dix autres, le filet fut efficace.
  7. Cette structure, dissoute en 1945, est recréée en 2010 pour gérer la partie "Marine" du US Cyber Command.
  8. Voir Bataille de l'Atlantique (1939-1945)#Tactiques contre U-Boote.
  9. Littéralement "chat fou", surnom donné aux hydravions Catalina équipés d'un détecteur d'anomalies magnétiques, MAD.
  10. Ce dernier point est cependant contredit par les comptes rendus américains des interrogatoires des marins allemands. Le document est lisible à cette adresse : [1].

Références[modifier | modifier le code]

Les références sont celles d'ouvrages donnés infra en bibliographie.

  1. a et b J. Rohwer, Chronology of the war at sea 1939-1945, p. 1.
  2. Philippe Eberlin, Crimes de guerre en mer 1939-1945, La Falaise, Édition Maitres Du Vent, , 176 p. (ISBN 978-2-35261-024-3, lire en ligne)
  3. Roskill, The war at sea 1939-1945, tome 1, p. 96.
  4. Showell, p. 6.
  5. a et b Rowher, op. cit., p. 14.
  6. Price, p. 42.
  7. Roskill, tome 1, p. 131.
  8. Price, p. 43.
  9. Rowher, op. cit., p. 22.
  10. Van der Vat, op. cit., p. 172.
  11. a et b Hague, op. cit., p. 126
  12. a b c et d Rowher, op. cit., p. 26.
  13. Roskill, tome 1, p. 45.
  14. Rohwer, op. cit., p. 36.
  15. Rohwer, op. cit., p. 36-37.
  16. Rohwer, op. cit., p. 38.
  17. Rohwer, op. cit., p. 53.
  18. Lavery, op. cit., p. 64.
  19. Van der Vat, op. cit., page 228.
  20. Rowher, op. cit., p. 74.
  21. Rohwer, op. cit., page 84.
  22. Rohwer, op. cit., page 130.
  23. Clay Blair, Hitler's U-boat war, tome 1, pp. 509-511.
  24. Rohwer, op. cit., p. 166.
  25. Rohwer, op. cit., p. 200.
  26. Hague, op. cit., p. 135.
  27. Rohwer, op. cit., p. 201.
  28. A. Hague, The allied convoy system, p. 158.
  29. Rohwer, op. cit., page 177.
  30. Rohwer, op. cit., page 221.
  31. Hague, op. cit., p. 163.
  32. M. Gannon, Black May, 1999, Dell Publishing, (ISBN 0-440-23564-2), p. 257.
  33. Rohwer, op. cit., p. 247.
  34. Rohwer, op. cit., p. 251.
  35. Voir (en) Ladislas Farago, The Tenth Fleet: The True Story of the U.S. Navy's "Phantom" Fleet Battling U-Boats During World War II, 1962, Cambridge University Press, 138 p.
  36. Rohwer, op. cit., p. 252.
  37. Rowher, op. cit., p. 255.
  38. Price, op.cit., p. 142.
  39. Milner, op.cit., p. 188.
  40. a b c et d Samuel E morison, History of United States Naval Operations in WW2, The Atlantic Battle won, may 1943 - May 1945, 1956, Nlle édition 2001, Castle Books, (ISBN 0-7858-1311-X), page 151.
  41. Milner, op. cit., p. 201.
  42. Rohwer, op. cit., page 295.
  43. Rohwer, op. cit., p. 297.
  44. Hughes et Costello, p. 224.
  45. Milner, op. cit., p. 230.
  46. Dictionary of American Fighting Ships, Vol. III, 1968, p. 172.
  47. Pour tous ces chiffres, cf. Rohwer, op. cit., p. 381.
  48. Rohwer, op. cit., page 403.
  49. Clay Blair, op. cit., tome 2, page 684.
  50. W.F. AltHoff, Forgotten Weapon, US Navy airships and the U-boat war, 2009, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-010-8), Pages 285-286.
  51. William F. Althoff, op. cit., p. 286.
  52. Rohwer, op. cit., p. 416.
  53. Rohwer, op. cit., p. 417.
  54. Rohwer, op. cit., page 433.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

(Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.)
  • Ouvrage de référence.
    • (en) Jurgen Rohwer, Chronology of the war at sea, 3e édition 2005, Chatham Publishing, (ISBN 978-1-86176-257-3).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ouvrages généraux.
    • (fr) Guy Malbosc, La bataille de l'Atlantique (1939-1945), la victoire logistique et celle du renseignement, clés de la victoire des armes, 2e édition, 2011, Economica, (ISBN 978-2-7178-5919-5)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (fr) Terry Hughes & John Costello, La bataille de l'Atlantique, 1980, Albin Michel, (ISBN 2-226-00920-5), Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) S.W. Roskill, The war at sea, 1939-1945, 1954, HMSO, réédité 2004, 3 tomes en 4 volumes, The Naval & Military Press Ltd, (ISBN 978-1-84342-803-9).Document utilisé pour la rédaction de l’article Histoire officielle britannique de la bataille.
    • (en) Mark Milner, Battle of the Atlantic, 2003, 2e édition 2011, The History Press, (ISBN 978-0-7524-6187-8).Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Dan van der Vat, The Atlantic campaign, 1990, Grafton Books, (ISBN 978-1-55750-158-5).Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Andrew Williams, The battle of the Atlantic, 2002, BBC Worldwide Ltd, (ISBN 978-0-563-48863-7),
  • Autres ouvrages.
    • (en) W.J.R. Gardner, Decoding History, the battle of the Atlantic and Ultra, 1999, Annapolis, Naval Institute Press, (ISBN 978-0-586-20695-9).Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Mark Milner, North Atlantic Run, the royal canadian navy and the battle for the convoys, 1985, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-450-0).Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Dr Alfred Price, Aircraft versus submarine in two world wars, 2004, Pen&Sword Books Ltd, (ISBN 978-1-84415-091-5)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Brian Lavery, River-class Frigates and the Battle of the Atlantic, 2006, Londres, National Maritime Museum, (ISBN 978-0-948065-73-6), Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Arnold Hague, The allied convoy system, Vanwell publishing Ltd, 2000, (ISBN 978-1-55125-033-5)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]