Bataille de Zamboanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Zamboanga
Territoires revendiqué par le FMLN pour la république Bangsamoro et lieux des combats.
Territoires revendiqué par le FMLN pour la république Bangsamoro et lieux des combats.
Informations générales
Date 9 -
Lieu Zamboanga
Issue Victoires des Philippines
Belligérants
Drapeau des Philippines Philippines Ph mnlf-tripoli.gif FMLN
Commandants
Emmanuel Bautista Ustadz Habier Malik
Forces en présence
4 500 hommes 500 hommes
Pertes
25 morts
184 blessés
183 morts
292 prisonniers[1]
Civils :
12 morts
70 blessés
Insurrection islamique aux Philippines
Coordonnées 6° 54′ N 122° 04′ E / 6.9, 122.066666666676° 54′ Nord 122° 04′ Est / 6.9, 122.06666666667  

Géolocalisation sur la carte : Philippines (relief)

(Voir situation sur carte : Philippines (relief))
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Zamboanga.

La bataille de Zamboanga a lieu pendant l'insurrection islamique aux Philippines. En septembre 2013, la ville de Zamboanga est attaquée par les indépendantistes Moros du Front Moro de libération nationale. Après plusieurs jours de combats, l'armée philippine reprend possession de la ville.

Déroulement[modifier | modifier le code]

À partir du , de 200 à 300 membres du FMLN opposés aux négociations de paix entre le gouvernement philippin et le Front Moro islamique de libération, qui marginalisent selon eux leur mouvement, lancent une attaque dans la péninsule de Zamboanga. Ils capturent entre 170 et 290 otages provenant de 6 villages et s'en servent comme bouclier humain. Ils se retranchent ensuite dans un bidonville à l’extérieur de Zamboanga après être restés bloqués par les forces philippines alors qu’ils voulaient se rendre maîtres de la mairie et des bâtiments publics à la demande de Nur Misuari[2],[3].

Le gouvernement et le mouvement annoncent malgré tout vouloir régler le conflit de manière pacifique[4]. Le FLNL demande que le drapeau de la république de Bangsamoro soit hissé sur l'hôtel de ville pour relâcher les otages.

Le 12 septembre un groupe de 150 rebelles s’en est également pris aux positions militaires sur Basilan, une petite île recouverte par la jungle et séparée de Zamboanga en tentant de capturer Lamitan, l'enclave catholique de Basilan[5].

Le 14 septembre, après l'échec de pourparlers, l'armée passe à l'attaque. Les deux camps utilisent des tireurs de précision[6]. Le bilan à cette date est selon l’armée de 56 morts, dont 47 rebelles, deux soldats, trois policiers et quatre civils tandis que plus 62 000 villageois sont déplacés à l’abri dans un complexe sportif de Zamboanga. D'après le ministre de l'Intérieur, les rebelles ne détiennent plus que sept otages[7],[8].

Progressivement, l'armée reprend tous les quartiers de la ville et repousse les indépendantistes musulmans vers le rivage où ils sont intensément bombardés et mitraillés par les hélicoptères de combats[9].

Le 18, la plupart des rebelles ont été tués ou se sont rendus, une centaine de combattants restent retranchés près du port de Zamboanga, encerclés par plus de 3 000 soldats[10].

Le 26 septembre, une nouvelle attaque est lancée par l'armée et les derniers otages sont libérés[11]. A cette date, le bilan est de 173 morts et de 100 000 déplacés[12].

Le 28 septembre, selon l'armée, tout les otages ont été libérés, et les combats ont tués au moins 166 insurgés ainsi que 23 soldats et 12 civils. 238 insurgés ont été arrêtés[13]. Le bilan définitif est de 183 morts et 292 prisonniers pour les rebelles[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Radio Australia : End to Zamboanga threat, but concern for Philippines displaced
  2. « Des rebelles prennent 300 otages aux Philippines », sur Métro,‎ (consulté le 10 septembre 2013)
  3. « Quelque 170 otages entre les mains des rebelles philippins », sur Romandie,‎ (consulté le 10 septembre 2013)
  4. « Philippines: les rebelles musulmans prennent des dizaines d'otages supplémentaires », sur Romandie,‎ (consulté le 10 septembre 2013)
  5. AFP, « Philippines: une ville d’un million d’habitants assiégée par des rebelles », sur 45e Nord,‎ (consulté le 15 septembre 2013)
  6. (en) Roel Pareño, « Troops recover mosque from rebels », sur The philippine star,‎ (consulté le 11 septembre 2013)
  7. Jacques N. Godbout, « Les troupes philippines poursuivent leur offensive contre les rebelles », sur 45e Nord,‎ (consulté le 15 septembre 2013)
  8. rfi : Face aux indépendantistes musulmans, l'armée des Philippines lance l'offensive
  9. rfi : Philippines: l'armée reprend le dessus à Zamboanga
  10. rfi : Prise d’otages dans le sud des Philippines: l’armée encercle les derniers rebelles
  11. rfi : Philippines: les derniers otages des séparatistes musulmans libérés
  12. Teodoro Aljibe, « La bataille de Zamboanga », sur Agence France-Presse,‎ (consulté le 26 septembre 2013)
  13. AFP, « Philippines: libération de tous les otages détenus à Zamboanga », sur France 24,‎ (consulté le 13 octobre 2013)