Bataille de N'Djaména (2006)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille de Ndjamena (2006))
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire image illustrant le Tchad ou le bassin tchadien
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire et le Tchad ou le bassin tchadien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de N'Djaména.
Bataille de N'Djaména
Informations générales
Date
Lieu N'Djaména
Issue Victoire gouvernementale
Belligérants
Drapeau du Tchad Tchad FUC
Commandants
Idriss Déby Mahamat Nour Abdelkerim
Pertes
~ 30 morts
~ 100 blessés
(selon le Tchad)[1]
370 morts
287 prisonniers
(selon le Tchad)[1]

Guerre civile tchadienne

Batailles

Adré · Borota · 1re N'Djaména · Abou Goulem · Massakory · Massaguet · 2de N'Djaména · Am Zoer · Am Dam · Tamassi
Coordonnées 12° 06′ 59″ Nord 15° 04′ 20″ Est / 12.116388888889, 15.072222222222

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de N'Djaména (2006).

Géolocalisation sur la carte : Tchad

(Voir situation sur carte : Tchad)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de N'Djaména (2006).

La première bataille de N'Djaména est livrée le , durant la guerre civile tchadienne. Elle oppose le FUC, à l'armée nationale tchadienne à la suite de l'attaque menée par les rebelles du FUC sur la ville de N'Djaména.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 13 avril, quelques centaines de miliciens s'approchent de la capitale N'Djaména. Plusieurs sont capturés par les troupes régulières. Idriss Déby désigne le gouvernement soudanais comme responsable des évènements, affirmant que les rebelles sont soit soudanais, soit tchadiens soutenus par le Soudan.

Il rompt les relations diplomatiques avec le Soudan et menace d'expulser les milliers de civils du Darfour réfugiés au Tchad. Le même jour, une centaine de civils sont massacrés par des rebelles tchadiens et soudanais dans le village de Djawara, à l'est du pays. Selon HRW, au moins 43 autres personnes sont tuées dans trois villages des environs entre le 12 et le 13 avril.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]