Bataille de Morotai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Morotai
Théâtre des opérations.
Théâtre des opérations.
Informations générales
Date 15 septembre au (combats intermittents jusqu'en août 1945)
Lieu Morotai, Moluques du Nord, Indes orientales néerlandaises
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Général Charles P. Hall (terre)
Amiral Daniel E. Barbey (mer)
Commandant Takenobu Kawashima
Forces en présence
57 020 hommes 500 hommes (au début de l'invasion)
Pertes
Drapeau des États-Unis30 tués,
1 disparu,
85 blessés
Drapeau : Japon au moins 300 tués,
13 prisonniers
Guerre du Pacifique,
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne de Nouvelle-Guinée

Invasion de Rabaul · Invasion de Salamaua-Lae · Mer de Corail · Invasion de Buna-Gona · Piste Kokoda · Baie de Milne · Goodenough · Buna-Gona-Sanananda · Wau · Mer de Bismarck · I-Go · Salamaua-Lae (1943) · Nadzab · Péninsule de Huon · Monts Finisterre · Bougainville · Nouvelle-Bretagne · Saidor · Îles de l'Amirauté · Emirau · Take Ichi · Aitape · Hollandia · Wakde · Wakde-Sarmi (Lone Tree Hill) · Biak · Noemfoor · Aitape (Driniumor) · Sansapor · Morotai · Aitape-Wewak
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique
Japon : Raid de Doolittle · Bombardements stratégiques sur le Japon · Iwo Jima · Okinawa · Opération Ten-go · Bombardements navals alliés sur le Japon · Bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki · Invasion des îles Kouriles · Reddition du Japon

Pacifique central : Pearl Harbor · Guam (1941) · Wake · Raid sur les îles Gilbert et Marshall · Mer de Corail · Midway · Raid de Makin · Tarawa · Makin · Kwajalein · Eniwetok · Saipan · Mer des Philippines · Guam (1944) · Tinian · Peleliu · Angaur

Pacifique du sud-ouest : Nauru · Invasion des Philippines (1941-1942) · Campagne des Indes orientales néerlandaises · Opérations de l'Axe dans les eaux australiennes · Campagne des îles Salomon · Campagne de Nouvelle-Guinée · Leyte · Golfe de Leyte · Mindoro · Luçon · Visayas · Palawan · Mindanao · Campagne de Bornéo (1945)

Asie du sud-est : Invasion de l'Indochine (1940) · Guerre franco-thaïlandaise · Invasion de la Thaïlande · Invasion de la Malaisie · Hong Kong · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Singapour · Campagne de Birmanie · Raid sur Ceylan · Opération U-Go · Opératio Kita · Indochine (1945) · Détroit de Malacca


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 2° 19′ 00″ N 128° 32′ 00″ E / 2.3166666666667, 128.533333333332° 19′ 00″ Nord 128° 32′ 00″ Est / 2.3166666666667, 128.53333333333  

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Morotai.

La bataille de Morotai est une bataille de la phase finale de la campagne de Nouvelle-Guinée pendant la guerre du Pacifique qui s'est déroulée du 15 septembre au 4 octobre 1944 . Le commandement américain a décidé d'engager la capture de Morotai et de ses 9 pistes de décollage construites par les Japonais, afin d'y établir une base aérienne et logistique pour soutenir les futures opérations allées aux Philippines et à Bornéo, mais aussi de considérablement gêner les opérations aériennes nippones dans la région.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Infanterie débarquant le 15 septembre 1944.

Le 15 septembre 1944, après un bombardement naval de deux heures, la 31e division d'infanterie débarqua sur Morotai sans rencontrer d'opposition et commença son avancée à l'intérieur des terre. Dès le lendemain, l'aérodrome est sous son contrôle, l'infanterie américaine n'ayant eu à faire face qu'à très peu d'opposition. Après des débarquements de plus faible envergure sur la côte ouest de l'île, les patrouilles de l'US Army y continuèrent jusqu'au 4 octobre 1944, date à laquelle Morotai fut déclarée sécurisée.

Après que l'armée impériale ait fait débarqué des renforts sur le nord de l'île durant le mois d'octobre et de novembre 1944, des combats plus intenses eurent lieu du 5 au 14 janvier 1945, où environ 870 Japonais et 46 Américains trouvèrent la mort. Des escarmouches intermittentes continuèrent jusqu'à la fin de la guerre, mais la famine et la maladie frappèrent les troupes japonaises. Le dernier soldat nippon présent sur Morotai, Teruo Nakamura, ne s'est rendu qu'en 1974 à l'armée indonésienne, soit 29 ans après la réédition de son pays[1].

Développement de la base militaire[modifier | modifier le code]

Plus de 7000 soldats du génie militaire, majoritairement Américains, mais en partie Australiens arrivèrent sur l'île les jours suivants le début de l'invasion et y entamèrent des travaux. Ils y construisirent une base militaire, logistique, aérienne et portuaire capable d'accueillir plus de 60 000 hommes. Un hôpital capable d'accueillir 1 000 patients y fut également établi. Les pistes de décollage furent améliorées en un véritable aérodrome en novembre 1945 qui accueillera à son apogée 253 avions dont 174 bombardiers-lourds. Cette base logistique et son aérodrome offrirent un très utile support aux troupes américaines lors de la campagne des Philippines mais également aux Australiens durant la campagne de Bornéo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Last Last Soldier? », Time,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Ross Smith, The Approach to the Philippines : The War in the Pacific, University Press of the Pacific;,‎ (réimpr. 1996), 644 p. (ISBN 978-1410225078, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]