Bataille de Montichiari (1420)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Montichiari

Informations générales
Date
Lieu Montichiari
Issue Victoire des troupes des Visconti
Belligérants
Troupes vénitiennes
Sigismond Malatesta
Troupes milanaises des Visconti
Commandants
Sigismond MalatestaFrancesco Bussone da Carmagnola
Forces en présence
3 300 à 3 400 cavaliers, 1 000 à 1 200 hommes à pied5 000 cavaliers

La bataille de Montichiari (), permet aux Visconti sous les ordres de Francesco Bussone da Carmagnola de reprendre Brescia.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'élection au trône de Saint-Pierre du pape Martin V (1417) modifie la scène politique, car, de retour de Constance, le pape passe par Brescia (1418), décide par un acte ratifié le 30 janvier 1419 que Sigismond Malatesta va pouvoir exercer sa domination sur Brescia et Bergame durant toute sa vie. La paix est de courte durée les Visconti attaquent de nouveau Fondulo qui ne fait pas partie du traité. La ville fait appel à Venise et à Malatesta. Celui-ci présente ses doléances au pape et rassemble ses troupes près de Castelleone. Le duc de Milan fait aussi appel au pape Martin V, qui rappelle à l'ordre sévèrement Malatesta l'accusant d'avoir rompu l'accord de paix . Malatesta conserve cependant ses titres tandis que Francesco Bussone da Carmagnola attaque la région de Brescia et le 24 juillet 1419, conquiert Bergame. Philippe Marie Visconti envoie un diplomate à Venise afin d'obtenir la rupture de l'alliance entre la République de Venise et Malatesta[1].

Confrontation[modifier | modifier le code]

Malgré l'arrivée des renforts vénitiens, Malatesta échoue à prendre le meilleur sur Carmagnola. Il subit une ruineuse défaite[1].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La défaite de Malatesta est complétée par un accord de paix le entre Venise et les Visconti. Venise s'engage à ne pas intervenir à Brescia pendant une période de dix ans. Malatesta, quant à lui, s'en retourne en Lombardie après avoir obtenu une indemnisation de 34 000 florins des Visconti[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (it) Anna Falcioni, « MALATESTA (de Malatestis), Pandolfo », sur Treccani (consulté le 11 avril 2014)