Bataille de Mardia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de cette image, également commentée ci-après
Licinius (à gauche) et Constantin (à droite).
Informations générales
Date fin 316 ou début 317
Lieu Harmanli
Issue victoire de Constantin Ier
Belligérants
Constantin IerLicinius, Valerius Valens
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
inconnuesinconnues
Coordonnées 41° 56′ nord, 25° 54′ est
Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

La bataille de Mardia, également connue sous le nom de bataille du Campus Mardiensis[1] ou bataille du Campus Ardiensis, est une bataille qui s'est déroulée en Thrace probablement à proximité de la ville actuelle de Harmanli en Bulgarie[2], à la fin de l'année 316 ou au début de 317 entre les forces des empereurs romains Constantin Ier et Licinius.

Contexte[modifier | modifier le code]

La guerre civile ouverte entre Licinius et Constantin éclate en 316 lorsque ce dernier envahi les provinces balkaniques de Licinius. Après sa défaite écrasante à la bataille de Cibalae le 8 octobre 316[n. 1], Licinius s'enfuit à Sirmium puis plus au sud vers Adrianople où il rassemble une seconde armée, sous le commandement d'un officier nommé Valerius Valens qu'il éleve au rang d'Auguste. Simultanément, il tente de négocier avec Constantin, mais ce dernier, insulté par l'élévation de Valens et confiant depuis sa récente victoire, refuse l'offre de paix[3],[4].

Bataille[modifier | modifier le code]

Entre-temps, Constantin se déplace à travers les Balkans et établit sa base à Philippes ou à Philippopolis[9],[n. 2]. Il mène ensuite l'essentiel de son armée contre les positions de Licinius à Harmanli[n. 3]. Dans la féroce bataille qui s'ensuit, les deux parties s'infligent de lourdes pertes jusqu'à ce que l'obscurité vienne interrompre la lutte indécise. Selon certaines sources, Constantin décide alors de régler la question en envoyant une force attaquer Licinus par l'arrière, forçant ce dernier à battre en retraite. Cependant, les troupes bien disciplinées de Licinius gardent leurs rangs et se retirant en bon ordre. Les deux camps subissent de lourdes pertes alors que Constantin met ses forces à contribution, espérant écraser l'ennemi[12]. Pendant la nuit, Licinius réussit à empêcher son armée de se désintégrer et bat en retraite au nord-ouest vers Béroé/Augusta Traiana[4]. Constantin remporte une fois de plus la victoire, mais pas de manière décisive[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Constantin, pensant que Licinius fuyait à Byzance afin de se retirer sur sa base asiatique, se dirige dans cette direction, plaçant involontairement Licinius entre lui et ses lignes de communication avec l'Occident ; son agressivité se retournant contre lui cette fois. Cependant, les deux belligérants ont des raisons de s'entendre puisque Licinius se trouve toujours dans une situation précaire. Il envoie donc un certain Mestrianus pour négocier avec Constantin[13]. Mais Constantin retarde les discussions jusqu'à être assuré que l'issue de la guerre soit incertain. La nouvelle d'un raid soudain de l'ennemi qui capture ses bagages et l'entourage royal de Constantin semble être le point critique le conduisant finalement à négocier[14].

Selon la paix finalisée à Serdika (en) le [n. 4],[15], Licinius reconnait Constantin comme son supérieur[13], lui céde tous les territoires européens sauf la Thrace et dépose et exécute Valens. Constantin se nomme lui-même et Licinius consul tandis que ses deux fils Crispus et Constantin II ainsi que le fils de Licinius sont nommés César[3]. La paix dure environ sept ans avant la reprise des hostilités en 324 à la bataille d'Andrinople.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le consensus historiographique le plus récent donne la nouvelle datation de la bataille de Cibalae en 316[3],[4],[5],[6] (voir aussi A.S. Christensen, L. Baerentzen, Lactantius the Historian, Museum Tusculanum Press, 1980, p.23), mais certains historiens la datent en 314[7],[8].
  2. Voir C. Odahl pour l'interprétation de "Philippos" comme "Philippes"[4]. D'autre part, Lieu et Montserrat, l'interprète comme "Philippopolis"[10].
  3. Un autre endroit possible pour le lieu de la bataille est situé à quelques kilomètres à l'ouest-sud-ouest d'Andrinople, dans le bassin de la rivière Ardas (ancienne Harpessos), un affluent du fleuve Maritsa[4],[11].
  4. La date est choisie délibérément par Constantin parce que c'était l'anniversaire de l'élévation de son père Constance Chlore au rang de César[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anon. Valesianus, 17 : "Quibus frustra remissis, iterum reparato bello, in campo Mardiense ab utroque concurritur et post dubium ac diuturnum proelium Licini partibus inclinatis profuit noctis auxilium."
  2. Lenski 2006, p. 74
  3. a b c et d Potter 2004, p. 378.
  4. a b c d et e Odahl 2004, p. 164.
  5. Treadgold 1997, p. 34.
  6. Cameron et Hall 1999, p. 41.
  7. MacMullen 1987, p. 67.
  8. Jones 1948, p. 127.
  9. Anonymous Valesianus, p. 17.
  10. Lieu et Montserrat 1996, p. 46.
  11. Talbert 2000, p. map 51, G1.
  12. Gibbon 1932, p. ch. XIV., p. 373.
  13. a et b Odahl 2004, p. 165.
  14. Lieu et Montserrat 1996, p. 57-58.
  15. a et b Lenski 2006, p. 74.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]