Bataille de Maloyaroslavets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Maloyaroslavets
Description de cette image, également commentée ci-après

Bataille de Maloyaroslavets, par Piter von Hess

Informations générales
Date
Lieu 110 km au sud-ouest de Moscou
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Commandants
Eugène de Beauharnais Dimitry Dokhtourov
Forces en présence
15 000 hommes 20 000 hommes
Pertes
5 000 tués ou blessés 6 000 tués ou blessés

Sixième Coalition

Batailles

Campagne de Russie (1812)
Mir · Moguilev · Ostrovno · Kliastitsy · Smolensk · 1re Polotsk · Valoutino · Moskova · Moscou · Winkowo · Maloyaroslavets · 2e Polotsk · Czaśniki · Viazma · Smoliani · Krasnoï · Bérézina


Campagne d'Allemagne (1813)
Dantzig · Lützen · Bautzen · Hoyerswerda  · Goldberg · Gross Beeren · Katzbach · Dresde · Kulm · Dennewitz · Leipzig · Hanau · Sehested · Torgau · Hambourg


Campagne de France (1814)

Metz · Saint-Avold · Saint-Dizier · Brienne · La Rothière
 · Campagne des Six-Jours : Champaubert · Montmirail · Château-Thierry · Vauchamps
 · Mormant · Montereau · Bar-sur-Aube · Craonne · Laon · Reims · Arcis-sur-Aube · Fère-Champenoise · Meaux · Claye · Villeparisis · Paris
Front italien : Trieste · Mincio
Coordonnées 55° 01′ 18″ N 36° 27′ 30″ E / 55.021666666667, 36.45833333333355° 01′ 18″ Nord 36° 27′ 30″ Est / 55.021666666667, 36.458333333333

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Maloyaroslavets.

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Maloyaroslavets.

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Maloyaroslavets.

La bataille de Maloyaroslavets eut lieu le lors de la guerre de la Sixième Coalition, pendant la campagne de Russie entre la Grande Armée de Napoléon et les forces d'Alexandre Ier.

La Grande Armée est en retraite.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au sud de Moscou, Koutouzov commande encore 110 000 hommes et la troisième armée russe remonte vers le nord pour menacer les lignes de communication françaises dans la région de Brest-Litovsk. Napoléon dispose de moins de 100 000 hommes et le ravitaillement est défaillant. Il décide de faire marcher son armée sud ouest vers Kalouga, une cité dans une région prospère où le plein de ravitaillement devait pouvoir être trouvé.

Il envoya son beau-fils, Eugène de Beauharnais avec 15 000 hommes en avant-garde pour dégager la voie de toutes forces russes opposées. Le 24 octobre cette troupe approcha Maloyaroslavets, à 110 km au sud-ouest de Moscou, déterminée à prendre le contrôle d’un pont principal sur la rivière Lusha. Une force de 20 000 hommes sous les ordres de Dokhtourov venait d'occuper la ville.

La bataille[modifier | modifier le code]

Malgré les probabilités contre lui, Eugène lança immédiatement une série d’assauts pour capturer le pont et établir un point d’appui sur la berge opposée. Le combat fut intense et la travée changea de mains au moins sept fois avant qu’Eugène ne fasse intervenir ses dernières réserves et repousse les hommes de Dokhtourov — ensemble avec des renforts — hors de leurs positions. Les Russes reculèrent sur les collines à l’extérieur de la ville.

Pertes et conséquences[modifier | modifier le code]

Eugène perdit 5 000 hommes, les Russes 6 000. Des combats sporadiques eurent lieu le lendemain matin mais ce jour est plus célèbre pour être celui où des cosaques faillirent capturer Napoléon. En effet il voulait s'assurer lui-même si les Russes étaient toujours en position ou s'ils battaient en retraite. Il demanda à ce qu'on lui apporte ses chevaux. Berthier essaya de le convaincre de ne pas sortir car il ne connaît pas les positions des unités et il fait encore nuit. Il y avait un risque que les cosaques surgissent. Un aide de camp d'Eugène confirma la retraite des Russes. Napoléon ne veut pas attendre et décide de sortir. Des cris se font entendre, le général Rapp hurle : "Arrêtez sire, à l'avant garde ce sont les cosaques !". Napoléon lui confia une dizaine de chasseur de piquet qui l'entourait afin de partir en avant. Napoléon se retrouve seul avec Berthier et Caulaincourt, ils ne voient pas à 20 mètres mais entendent des cris et le bruit des coups de sabre. Ils tirent leur épée. Le reste du piquet rattrape Napoléon, puis quatre escadrons arrivent. Au levé du jour, un millier de cosaques couvraient la plaine. Après cela, il portera un sac de poison autour de son cou. Ce fut aussi le jour où l’empereur changea sa décision de chemin de retraite en envoyant l’armée au nord des marais du Pripet, pays pourtant déjà ravagé par l'envahisseur lors de l'invasion, et au climat hivernal plus rude.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]