Bataille de Kellola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Kellola

Informations générales
Date février 1802
Lieu Port-de-Paix et ses environs
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseFlag of France.svg Saint-Domingue
Commandants
Jean Humbert
Jean-François Debelle
Edme Desfourneaux
Jacques Maurepas
Forces en présence
4 200 hommes7 000 hommes

Révolution haïtienne

Batailles

Bois-Caïman · Croix-des-Bouquets · Morne Pelé · 1re La Tannerie · Port-au-Prince · Le Cap-français · Marmelade · Fort-Dauphin · 1re Tiburon · Acul · La Bombarde · 2e Tiburon · Les Gonaïves · Port-Républicain · 1re Dondon · 2e La Tannerie · Saint-Marc · Léogane · Saint-Raphaël · Trutier · 3e Tiburon · 1re Verrettes · Grande-Rivière · Las Cahobas · Mirebalais · 2e Verrettes · Petite-Rivière · 2e Dondon · 1re Les Irois · Jean-Rabel · 2e Les Irois · Jacmel

La Ravine-à-Couleuvres · Kellola · Plaisance · La Crête à Pierrot · Port-au-Prince · Vertières
Coordonnées 19° 57′ nord, 72° 50′ ouest

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Bataille de Kellola

Géolocalisation sur la carte : Caraïbes

(Voir situation sur carte : Caraïbes)
Bataille de Kellola

Géolocalisation sur la carte : Haïti

(Voir situation sur carte : Haïti)
Bataille de Kellola

La bataille de Kellola se déroula pendant l'expédition de Saint-Domingue au cours de la Révolution haïtienne.

La bataille[modifier | modifier le code]

Les troupes rebelles du 9e régiment de grenadiers commandés par le général Jacques Maurepas occupait la ville de Port-de-Paix.

Le régiment, fort de 2 000 hommes, avait été renforcé par 5 000 cultivateurs insurgés.

Au début du mois, le général Jean Humbert débarqua avec 1 200 hommes dans la ville, mais il fut repoussé avec perte de 400 hommes. Cependant la défaite de Toussaint Louverture à la bataille de la Ravine à Couleuvres isolait le régiment de Maurepas.

Leclerc commença par envoyer en renfort à Humbert 1 500 hommes par la mer, commandés par le général Debelle, puis les troupes de Edme Desfourneaux, forte également de 1 500 hommes, qui passèrent par le Gros Morne.

Encerclé et désespéré par la défaite de Toussaint, Maurepas se rendit le 25 février.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]