Bataille de Goma (2008)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de Goma.
Première bataille de Goma
Description de l'image Kivu.png.
Informations générales
Date [1]
Lieu Environs de Goma (Kivu, république démocratique du Congo)
Issue Victoire des rebelles
Belligérants
Rebelles du CNDPDrapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Flag of the United Nations.svg MONUC forces
Commandants
Laurent NkundaFlag of the Democratic Republic of the Congo.svg FARDC
Flag of the United Nations.svg Lieutenant Général Babacar Gaye
Forces en présence
6 000–8 000[2]20 000 (gouvernement)
17 000 (Nations unies)[3]

Guerre du Kivu

La bataille de Goma est livrée en 2008 aux environs de la ville de Goma en république démocratique du Congo entre les Forces armées de la république démocratique du Congo, aidées par les forces de Nations unies, et les rebelles Batutsi du général Laurent Nkunda.

Les combats débutent le 27 octobre, provoquant la fuite de 200 000 civils, amenant le nombre total de personnes déplacées par la guerre du Kivu à 2 millions de personnes[4] entrainant de nombreux troubles sociaux[5] et d'importantes pénuries alimentaires[4].

Les prémices[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre du Kivu.

Les troupes rebelles de Nkunda sont actives depuis 2004, époque à laquelle elles occupèrent Bukavu où elles commirent divers crimes de guerre[6]. Les combats se poursuivirent jusqu'à la conclusion de la conférence de Goma en janvier 2008. Les incidents continuèrent cependant[7].

Les affrontements[modifier | modifier le code]

Les rebelles avancent vers Goma[modifier | modifier le code]

Le 26 octobre, les rebelles de Nkunda s'emparent d'un important camp militaire, ainsi que du parc national des Virunga qui constituent autant de bases pour de futures attaques. Ceci se déroule après que la conclusion d'un traité de paix a échoué, entrainant la fuite de milliers de civils[8]. Le parc fut choisi comme cible en raison de son emplacement stratégique à proximité de la route principale menant à Goma.

Le 27 octobre, des confrontations intervinrent aux environs du camp de la MONUC à Goma, avec des civils attaquant les bâtiments avec des pierres et des cocktails Molotov, se plaignant d'une inaction des forces des Nations unies face à l'avance des rebelles[5]. L'Armée national congolaise opéra par ailleurs un « retrait important » sur pression de l'armée rebelle[5]. Pendant ce temps, des hélicoptères et des véhicules blindés des Nations unies furent utilisés afin d'arrêter la progression des rebelles, désormais situés à 11 kilomètres de Goma[3]. Le responsable de la MONUC Alan Goss expliqua la nécessité d’affronter les rebelles, déclarant que « ...[les Nations unies] ne peuvent permettre que les zones peuplées puissent être attaquées... [les Nations unies] devaient intervenir. »[9]

Le 28 octobre, cinq roquettes furent tirées sur un convoi de véhicules des Nations unies sécurisant la route de Goma vers la localité de Rutshuru, touchant 2 transports de troupes. Les forces rebelles prirent ensuite la localité. Pendant ce temps, des civils restèrent engagés dans des émeutes, attaquant par endroits les troupes gouvernementales en déroute avec des pierres, alors que la porte-parole de Nations unies Sylvie van den Wildenberg déclara que les Nations unies « avaient renforcé leur présence » sur le terrain[10].

Cessez-le-feu[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre, les rebelles décrétèrent un cessez-le-feu unilatéral alors qu'ils approchaient de Goma, alors qu'ils ambitionnaient toujours de prendre la ville[11]. Le même jour, la France plaida pour un renforcement par l'Union européenne d'un contingent de 1 500 personnes. Ceci fut refusé par plusieurs États et n'apparaît dès lors pas être envisageable. Les forces de la MONUC annoncèrent par ailleurs leur intention de protéger les agglomérations[11],[12]. Tout au long de la journée, les rues furent arpentées par des réfugiés et des troupes en dérive, avec leurs camions et tanks[11]. Il y eut également de nombreux vols et des réquisitions de véhicules par les troupes congolaises[13]. Le Conseil de sécurité des Nations unies adopta dans la nuit une résolution non contraignante qui condamnait l'avance des rebelles et demandait son arrêt[14]. Selon les analystes, le cessez-le-feu fut décrété pour préserver la crédibilité de Nkunda, comme il en fut de même pour la création d'un corridor humanitaire[13].

Malgré le cessez-le-feu, la situation restait instable; selon le porte-parole de World Vision Michael Arunga, les hommes de World Vision durent se rendre vers la frontière rwandaise pour opérer, et des tirs intervenaient toujours. Le département d'État des États-Unis annonça l'envoi de l’Assistant Secretary of State for African Affairs (en) Jendayi Frazer dans la région[15].

Le 30 octobre, les vols et violences de la part de soldats de l'armée régulière, dont certains saouls, se poursuivirent, alors que d'autres troupes et polices paramilitaires tentaient de contenir les vols en patrouillant dans les rues en pick-ups[16]. Nkunda appela à des discussions directes avec le Gouvernement congolais[17], affirmant par ailleurs vouloir prendre « s'il n'y avait pas de cessez-le-feu, de sécurité et d'avancée dans le processus de paix. »[18]

Initiatives diplomatiques et humanitaires[modifier | modifier le code]

Pertes[modifier | modifier le code]

Après le cessez-le-feu du 29 octobre, les combats à Goma auraient fait au moins 20 morts[19], ainsi que de nombreux blessés et personnes déplacées.

Réactions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Les rues de Goma désertées après le départ de l'armée », LaLibre.be,‎ (lire en ligne)
  2. « Congo rebels call for peace talks », BBC News,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « U.N. gunships battle rebels in east Congo », CNN,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « U.N. says recent Congo fighting uproots 200,000 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 20 mars 2013)
  5. a b et c « Protesters attack U.N. HQ in eastern Congo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 20 mars 2013)
  6. Declan Walsh, « Rebel troops capture Bukavu and threaten third Congo war », The Independent,‎ (lire en ligne)
  7. « After Two Key Deals, What Progress Towards Peace in North Kivu? », AllAfrica.com,‎ (lire en ligne)
  8. « Thousands flee fighting as Congo rebels seize gorilla park », CNN,‎ (lire en ligne)
  9. « UN joins battle with Congo rebels », BBC,‎ (lire en ligne)
  10. « Thousands flee rebel advance in Congo », CNN,‎ (lire en ligne)
  11. a b et c Catherine Philp, « UN peacekeepers braced for full-scale war in central Africa », The Times,‎ (lire en ligne)
  12. Michelle Faul, « Congo rebels reach Goma edge, declare cease-fire »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Associated Press, (consulté le 29 octobre 2008)
  13. a et b Jeffrey Gettleman, « Many Flee as Congo Rebels Approach Eastern City », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  14. « Le Conseil de sécurité condamne l'avancée des rebelles dans l'Est de la RDC », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. « Congo rebels declare cease-fire to prevent panic », CNN,‎ (lire en ligne)
  16. Patrick Barth, « Drunk and in retreat, troops unleash wave of death on their own people », The Times,‎ (lire en ligne)
  17. « Rebels call for talks in Congo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 20 mars 2013)
  18. Yves Boussen, « Congo rebels warn of city occupation », The Independent,‎ (lire en ligne)
  19. « Rebel general offers aid corridor for Congo », CNN,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]