Bataille de Durrës

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Informations générales
Date 7 avril 1939
Lieu Port de Durrës, Albanie
Issue Victoire italienne.
Belligérants
Drapeau de l'Italie Royaume d'ItalieDrapeau de l'Albanie Royaume albanais
Commandants
• Général Giovanni Messe.• colonel Abaz Kupi
• capitaine de corvette Mujo Ulqinaku (en)
Forces en présence
10 000 hommes, une division.
4 croiseurs
4 destroyers
4 torpilleurs
10 transports de troupes
500 hommes, 360 de la gendarmerie, 140 de la marine royale.
4 navires classe patrouille
batteries côtières
Pertes
de 25 à 400 morts selon les sources
~ 97 blessés
160 morts
~ plusieurs centaines de blessés et de disparus y compris parmi la population civile

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne des Balkans
Invasion de l'Albanie · Guerre italo-grecque · Invasion de la Yougoslavie · Opération Châtiment · Bataille de Grèce · Opération Abstention · Bataille de Crète


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

Le , l'armée italienne débarque dans le port albanais de Durrës. Les 360 gendarmes albanais et les 140 marins de la marine royale de la garnison du port résistent durant plusieurs heures. Sous la direction du colonel Abaz Kupi et du capitaine de corvette Mujo Ulqinaku (en) qui meurt durant la bataille, ils repoussent le premier assaut de la division italienne du général Giovanni Messe, mais doivent battre en retraite devant les chars italiens. C'est la seule bataille d'envergure de la campagne d'Albanie.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Les forces armées italiennes ont engagé 100 000 hommes sous le commandement du général Alfredo Guzzoni à l'invasion de l'Albanie. L'une des 3 forces principales était placée sous le commandement du général Giovanni Messe et devait être débarquée à Durrës; elle se composait de deux bataillons du 3ème Régiment Grenadiers de Sardaigne, d'un bataillon du 47ème Régiment d'Infanterie, de cinq bataillons Bersaglieri (deux appartenant au 2ème Régiment Bersaglieri et un des 3ème, 7ème et 11ème Régiments Bersaglieri), deux des bataillons de L3 / 35, une batterie de 65/17 mm et une batterie antiaérienne 20/65, tous sous le commandement du général Giovanni Messe. Les troupes terrestres étaient transportées par dix navires de transport de troupes: Adriatico, Argentario, Barletta, Palatino, Toscana et Valsavoia, le navire de réparation Quarnaro, le porte-hydravion Giuseppe Miraglia, utilisé pour transporter des tankettes et chars, et les navires citernes Adige et Tirso, qui pourraient également fonctionner comme navires de débarquement. Le débarquement a été soutenu par une force navale commandée par l'amiral Ettore Sportiello et composé des croiseurs lourds Zara, Pola, Fiume et Gorizia, les destroyers Alfieri, Oriani, Gioberti, et Carducci, et les bateaux torpilleurs Lupo, Lince, Balance et Lira.

Albanie[modifier | modifier le code]

Les défenseurs albanais se composaient d'un bataillon de garde frontière, d'un bataillon de gendarmes albanais, d'un peloton de marins de la marine royale albanaise et d'une compagnie de génie, une batterie de montagne avec deux canons de 75/13 mm (soit 360 soldats et 140 marins selon des sources albanaises) ainsi que de nombreux volontaires armés uniquement d'armes légères. Les défenseurs étaient dirigés par le commandant de la gendarmerie de Durrës, le colonel Abaz Kupi, et le major Alibali de l'armée albanaise. La batterie côtière Prandaj (commandée par le major Gaqe Jorgo), armée de quatre canons Skoda de 75/27 mm et des deux canons de 75/13 mm de la batterie de montagne, soutient les défenseurs, dont l'armement principal est constitué de fusils et de trois mitrailleuses lourdes Schwarzlose. Les quatre patrouilleurs composant la Marine royale albanaise étaient armés principalement d'un canon de 76 mm lors de leur mise en service en 1926. Cependant, au moment de l'invasion italienne, leur armement a été réduit à une mitrailleuse obsolète, puisque leurs canons principaux ont été débarqués pour former une batterie côtière sur une colline voisine, donnant sur le port de Durrës. En effet, le capitaine de corvette Mujo Ulqinaku, jugeant que les quatre petits patrouilleurs de la marine royale n'avait guère de chance face à la puissante flotte italienne engagée, préféra en retirer les canons afin de les placer sur la côte, en hauteur afin de renforcer la batterie côtière.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Les navires de guerre italiens sont arrivés près de Durrës dans l'après-midi du 6 avril, alors que les transports transportant les forces d'atterrissage sont arrivés à 4h50 du matin du 7 avril, avec un retard de 30 minutes causé par le brouillard. Avant l'attaque, un bateau avec vingt officiers italiens a été envoyé à terre, mais les Albanais ont refusé de leur accorder le passage. Un échange de feu s'ensuivit, et c'est ainsi que la bataille commença; le débarquement de la force italienne a commencé à 5:25. Les marines et les troupes italiennes débarquèrent et avancèrent en formation serrée, ne s'attendant à aucune résistance, car la ville était éclairée et il ne semblait y avoir aucun signe de l'armée albanaise. Cependant, lorsque les troupes ont débarqué sur les jetées, elles ont été accueillies par un tir nourri de fusil et de mitrailleuses par les défenseurs, qui attendaient cachés parmi les bâtiments du port à proximité, causant de nombreuses victimes. Un deuxième débarquement italien a été effectué peu de temps après, avec un plus grand nombre de troupes. Les défenseurs albanais, cependant, ont pris des positions plus près du brise-lames en béton du port et ont attendu que tous les Italiens débarquent, puis ont de nouveau ouvert le feu avec les mitrailleuses. La troisième vague réussie finalement à rentrer dans la ville, soutenue par des tirs navals des navires de guerre italiens. Dans l'ensemble, les combats se sont poursuivis pendant plusieurs heures, y compris dans certains cas au corps-à-corps, et les défenseurs albanais ont fini par se replier. Vers dix heures du matin, tout Durrës était aux mains des Italiens, après que les Italiens aient débarqué de nombreux petits chars et des véhicules blindés d'un de leurs navires de guerre. La batterie côtière albanaise était également active durant la bataille, bombardant les positions italiennes. Dans la dernière heure de la bataille, le capitaine de corvette Mujo Ulqinaku, commandant le détachement de la Marine Royale, l'un des trois mitrailleurs albanais, a été tué par un obus d'un navire de guerre italien. Le lycée de Durrës porte le nom Mujo Ulqinaku en hommage à ce capitaine de corvette. Mujo Ulqinaku obtient également à titre posthume la médaille Héros du peuple d'Albanie, la plus haute distinction militaire albanaise. Les quatre patrouilleurs de la Marine royale albanaise ont été capturés par les Italiens, tout comme la batterie côtière. Les combats de Durrës ont été le théâtre de la plus forte résistance aux forces de débarquement italiennes en Albanie. De Durrës, la force d'invasion italienne a marché vers Tirana, qui a été capturé le jour suivant après quelques escarmouches avec des unités albanaises.

Controverse et propagande[modifier | modifier le code]

Les Albanais déclarent avoir perdu environ 160 soldats dans la bataille, les Italiens parlent de plusieurs centaines. On constate la même chose pour les pertes italiennes: 25 tués et 97 blessés enregistrés du point de vue italien, jusqu'à 400 tués d'après les autorités albanaises. D'après des habitants de Durrës, témoins de la bataille, les corps des soldats Italiens tombés étaient rapidement évacués vers les bateaux. Plusieurs vidéos de propagande italiennes (tournées après la bataille) montrent les troupes de Mussolini prendre la ville sans aucune résistance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]