Bataille de Dighomi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Digomi

Informations générales
Date 1567
Lieu Dighomi, près de Tbilissi
Issue Victoire géorgienne
Belligérants
KarthliSafavid Flag.png Empire séfévide
Commandants
Simon Ier de KarthliSafavid Flag.png Daoud Khan
Forces en présence
??
Pertes
2 000 morts?

Invasions persanes en Géorgie

Batailles

Coordonnées 41° 54′ 00″ nord, 3° 28′ 01″ ouest

La bataille de Digomi est un épisode de la campagne lancée par le roi Simon Ier de Karthli en 1567, afin de délivrer la ville de Tbilissi occupée par les Persans.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après une longue période de chaos et de décadence, la Géorgie se divisa officiellement en 1490, donnant naissance à trois royaumes indépendants : le Karthli, la Kakhétie et l'Iméréthie. De plus, deux nouveaux ennemis (la Perse séfévide et la Turquie ottomane) apparurent aux frontières de ces États géorgiens. Bientôt, les Ottomans s'approprièrent la Géorgie occidentale, tandis que le Karthli et la Kakhétie furent laissés aux invasions des Séfévides. Cette situation fut confirmé par le traité d'Amasya en 1555 et les rois géorgiens durent combattre seuls contre les envahisseurs musulmans.

En 1556, le roi Louarsab Ier de Karthli remporta une victoire à Garissi, mais perdit la vie durant la bataille, laissant ainsi son trône à son fils Simon Ier. Ce dernier, comme son père, dut affronter l'usurpation de son cousin pro-persan Daoud Khan dans le sud du pays et la guerre entre la Perse et la Géorgie redoubla de violence.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le roi Simon avait participé en 1555 à la victoire de Garissi qui vit également la mort de son père et son propre avènement au trône. Encouragé par cette victoire, les Géorgiens décident de continuer leur chemin pour reprendre Tbilissi, la capitale du royaume occupée par l'usurpateur Daoud Khan.

En 1567, les troupes de Simon Ier arrivent au bord de la Koura, dans la vallée de Dighomi, un village non loin de Tbilissi. Par surprise, des troupes persanes dirigées par Daoud Khan organisent une incursion contre les armées géorgiennes pour empêcher (ou retarder) le siège de Tbilissi, mais Simon Ier, à la tête de ses forces, parvient à le mettre en déroute, non sans pertes car le nombre de morts géorgiens s'élèvent jusqu'à 2 000 âmes. L'usurpateur retourne alors s'enfermer derrière les murs de Tbilissi, tandis que les loyalistes continuent leur route en poursuivant les Persans.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le siège de Tbilissi par les troupes géorgiennes se solde en échec en raison des pertes humaines de Dighomi, mais aussi à cause du renforcement de la résistance de Daoud Khan. Cette défaite sera toutefois compensé par une nouvelle victoire à Samadlo en 1568. La capture en 1569 du roi Simon Ier par les troupes persanes arrêtera provisoirement le mouvement de libération du Karthli, tout en laissant Daoud Khan et les Qizilbashs occupés une importante partie du royaume.

Autres[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]


Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]