Bataille de Bordeaux (732)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille de Bordeaux)
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Bordeaux (732)
Informations générales
Date 732
Lieu Bordeaux, Duché d'Aquitaine (actuelle France)
Issue Victoire omeyyade décisive
Changements territoriaux Conquête du Duché d'Aquitaine par les omeyyades
Belligérants
Umayyad Flag.svg Califat omeyyade Arms of Eleanor of Aquitaine.svg Duché d'Aquitaine
Commandants
Abd al-Rahman Eudes
Forces en présence
65 000-70 000 hommes
(sources chrétiennes)
20 000-30 000 hommes
(sources musulmanes)
20 000-35 000 hommes
(sources chrétiennes)
Pertes
Inconnues Très lourdes

Campagnes omeyyades en Europe de l'Ouest

Batailles

Guadalete (711) · Narbonne (719) · Toulouse (721) · Covadonga (722) · Bordeaux (732) · Poitiers (732) · Avignon (737) · Narbonne (737) · Berre (737) · Tourtour (973) · Cap Colonne (982)
Coordonnées 45° 02′ 29″ nord, 0° 36′ 24″ ouest

La bataille de Bordeaux met aux prises en 732 le Califat omeyyade et le Duché d'Aquitaine. La victoire qu'y obtiennent les Omeyyades durant la présence sarrasine en France est importante et leur permet de continuer leur campagne vers le nord.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite de leur défaite à la bataille de Toulouse en 721, les arabo-berbères arrêtent momentanément leurs attaques au-delà des Pyrénées pour reconstituer leurs forces. En 730, ʿAbd Ar-Raḥmān ibn ʿAbd Allāh Al-Ġāfiqiyy est nommé gouverneur d'Al-Andalus. Il met sur pied une grande armée, afin de conquérir le Royaume franc. Il rassemble l'armée à Pampelune et traverse les Pyrénées par l'ouest, passant par Roncevaux[1]. Avançant à grande vitesse, il traverse l'Aquitaine et arrive jusqu'à Bordeaux.

Forces en précense[modifier | modifier le code]

L'armée musulmane a été estimée entre 70 000 et 80 000, et a battues celle d'Eudes, d'après Benett[2]. Malgré tout, ce genre d'estimations dans la tradition des chroniques médiévales semblent largement exagérées. Néanmoins, les forces d'Eudes ont été sévèrement battues.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le commandant de la garnison de la ville meurt au cours de la bataille et la ville est prise. Les troupes d'Eudes, le duc d'Aquitaine, fuient en suivant le cours de la Garonne (ou de la Dordogne), mais sont rattrapées par les Omeyyades, qui leur infligent de lourdes pertes.

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la suite de cette défaite qui décime l'armée aquitaine, Eudes décide de demander l'aide de son ennemi Charles Martel afin de contenir l'avancée des omeyyades. Après quoi, les musulmans ont pillé de riches monastères du nord de l'Aquitaine, avant de stopper leur marche devant Tours, une ville réputée pour détenir une grande richesse et des trésors abondants. Les omeyyades sont vaincus par les Francs et les Aquitains à la bataille de Poitiers la même année.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) William Montgomery Watt et Pierre Cachia, A History of Islamic Spain, Edinburgh University Press, (ISBN 0748608478), p. 22.
  2. (en) Matthew Bennett, The Hutchinson Dictionary of Ancient & Medieval Warfare, (ISBN 1579581161), p. 319 :

    « En 732, une large armée (70,000-80,000) menée par Abd ar-Rahman a défait les Aquitains sous le duc Eudes lors de la bataille de Bordeaux. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Khalid Yahya Blankinship, The End of the Jihâd State : The Reign of Hishām Ibn ‘Abd-al Malik and the Collapse of the Umayyads, Albany, State University of New York Press, (ISBN 0791418278).
  • Blankinship, Khalid Yahya, The End of the Jihad State: The Reign of Hisham Ibn 'Abd Al-Malik and the Collapse of the Umayyads. SUNY Press, 1994
  • Henry Coppée, History of the Conquest of Spain by the Arab Moors. Gorgias Press LLC, 1881 (réédition 2002)
  • Edward Sylvester Ellis, The Story of the Greatest Nations: A Comprehensive History, Extending from the Earliest Times to the Present, Founded on the Most Modern Authorities Including A Complete Chronology of the World and a Pronouncing Vocabulary Of Each Nation. New York, NY: F.R. Niglutsch, 1913